Close

Horizons - chronique littéraire du Cercle des écrivains de la Saskatchewan

Laurier Gareau

La chanson du vieux métchif

Les vieilles ça l’étaient à faire la grub,

Pis les ptchits ça l’étaient à jouer dans la tub.

Mon père, lui, ça l’était dans l’coin,

Près du foyer,

Pis ça nous contait une histoire de loin,

À propos du vieux Royer.

 

Le vieux Royer ça l’onvait été un bon chasseur,

Dans l’bon vieux temps, avant d’être casseur[1],

La vie d’fermier ça l’était pas pour lui.

Encabané près d’la rivière,

À laisser tomber son marteau sur étui,

Tout en guettant sa vieille, la bouvière[2].

 

Mais le vieux chasseur ça l’était apitoyé,

Pis aucun métchif nommé Royer,

Ça pouvait accepter d’entendre bavasser,

Ceux ça le prenaient en pitié,

Parce que ça l’onvait eu sa jambe écrasée

Par un buffalo sans amitié.

 

Un jour le vieux Royer ça l’onvait grimpé

Après sa plus p’tchite ça l’onvait guimpé[3]

Dans le couvent avec les bonnes sœurs

Sur la rivière

Ça l’était partchi, le cœur plein de rancœur

Laissant derrière sa ravière[4].

 

Dans son coin près du foyer

Mon père, son histoire, ça allait charroyer

Le vieux Royer ça l'onvait fait acte de disparaître

Parti pour toujours

Ne pouvant pas accepter que le buffalo ne serait plus maître

Ne reviendrait plus aux alentours.

 

[1]
                        [1] Casseur : Personne qui casse quelque chose, dans ce cas casser la terre (défricher).

[2]
                        [2] Bouvière : Personne qui garde et conduit les bœufs.

[3]
                        [3] Guimpé : Partie du vêtement des religieuses, couvrant le cou et la poitrine.

[4]
                          Ravière : Terrain où l'on cultive des betteraves, navets, rutabagas.

Previous Article Contes bleus à encre économe (extraits)
Next Article Confession d’un athée
Print
540
Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top