Close

Aventure et plein air

Lucas Pilleri

Les Fransaskois au rendez-vous du Parlement jeunesse pancanadien

Du 11 au 13 février, une cinquantaine de jeunes âgés de 14 à 25 ans et issus des quatre coins du pays se sont retrouvés de façon virtuelle pour la 11e édition du Parlement jeunesse pancanadien (PJP). Parmi eux, trois Fransaskois, dont deux témoignent de leur expérience auprès de l’Eau vive.

« Je suis un fier francophone né dans une communauté agricole de la Saskatchewan, j’ai 18 ans et le Parlement jeunesse pancanadien 2022 est ma septième simulation parlementaire », présente Louis Prince, élève à l’École canadienne-française de Saskatoon.

Sept participations et autant d’occasions de retrouver ses amis francophones du reste du pays : « Ce sont tous des modèles incroyables », souligne celui qui vient de Delmas, au nord-ouest de Saskatoon, et qui a développé de belles amitiés grâce à l’événement.

Avant tout, Louis Prince participe aux Parlements jeunesse pour se divertir et s’éveiller : « J’adore les conversations chauffées qui t’amènent à prendre des positions différentes et voir les enjeux sous des angles différents, confie-t-il. J'adore cette atmosphère ouverte où je m'amuse comme un enfant avec les débats. »

Le français sur le devant de la scène

Louis Prince
Louis Prince, 18 ans, participait pour la septième fois à un Parlement jeunesse.
Crédits : Courtoisie

Au programme de cette édition 2022 du PJP, les jeunes ont retrouvé les habituelles journées de simulations en chambre, virtuelle cette année encore, des discussions concernant le processus du gouvernement canadien, et des soirées d’interactions sociales.

Le PJP est surtout une occasion en or de s’exprimer en français. Pour Cédric Warren, 16 ans, élève en 11e année à l’école Monseigneur de Laval à Regina, cette édition constituait une première au niveau fédéral. 

« Je me suis inscrit parce que j’ai apprécié mes participations au Parlement jeunesse fransaskois. J’aime ce genre d’événements parce que c’est une opportunité de m’exprimer en français et de rencontrer d’autres jeunes francophones au pays », témoigne l’adolescent.

Une fenêtre sur le monde franco-canadien

Un sentiment d’appartenance se dégage de ces simulations parlementaires pour les jeunes participants. « Pour moi, les Parlements jeunesse représentent la fierté de notre langue et culture. Cette fierté nous rassemble d’est en ouest », clame Louis Prince.

Cédric Warren
Pour Cédric Warren, 16 ans, le PJP 2022 était une première au niveau fédéral.
Crédits : Courtoisie

Une ouverture sur le reste du pays et la diversité francophone que retrouve, lui aussi, Cédric Warren : « En participant au PJP, je peux entendre toutes sortes d'accents. La façon de parler change selon la région et les origines des gens », observe le jeune homme.

Du côté de Louis Prince, c’est la même réjouissance : « Le PJP contribue à mon épanouissement en me donnant l'opportunité de tisser des liens et d’agrandir ma compréhension du monde. En ayant vécu juste en Saskatchewan, j'ai une version du monde très différente de quelqu'un qui vit en Ontario. Avoir un partage d'idées me permet de mieux comprendre des réalités alternatives à la mienne. »

Bien que le PJP 2022 se soit tenu de façon virtuelle, les jeunes faux députés ont apprécié l’expérience. « Mieux vaut avoir l’activité en virtuel que de ne pas l’avoir, souligne Louis Prince. Mais j’ai vraiment hâte de pouvoir y participer en présentiel. » Et Cédric Warren d’ajouter : « Le virtuel est moins immersif et on peut moins rencontrer les autres. »

Quoi qu’il en soit, l’événement était une étape supplémentaire dans l’affirmation de l’identité francophone des jeunes Fransaskois : « Le français est mon repère et ma fierté. Je suis très chanceux d'avoir une famille qui parle français à la maison et de pouvoir aller dans une école francophone », partage Louis Prince. « Le français est ma langue maternelle et j’espère qu’il aura toujours une place importante dans ma vie », complète Cédric Warren.

Le Parlement jeunesse pancanadien (PJP) est organisé tous les deux ans par la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FCJF). Cédric Warren, Louis Prince et Mariam Abdelmalek étaient les trois Fransaskois à participer à l’édition 2022.

Print
2204
Comments are only visible to subscribers.
Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top