Close
Art et culture
Quatre livres pour mieux comprendre le monde
Mychèle Fortin

Quatre livres pour mieux comprendre le monde

J'aime la lecture. Certains romans parviennent à nous plonger dans des univers bien au-delà des chiffres et des grands titres de l‘actualité, nous aident à mieux les comprendre, nous offrent un regard sur le monde, nous ouvrent une fenêtre sur un pays, une culture. Car derrière les guerres, les camps de réfugiés, les ethnies opprimées, les catastrophes climatiques et les régimes totalitaires, il y a des hommes, des femmes, des enfants, des sociétés – la vie au quotidien.

Être femme en Afghanistan

Il est des romans qui nous permettent de comprendre un pays, un peuple, une nation, mieux que bien des livres d'histoire ou des études sociologiques. A Thousand Splendid Suns (Mille soleils splendides), de Khaled Hosseini, est de ceux-là. 

Ce roman magistral raconte les destins entremêlés et bouleversants de deux femmes afghanes, entre le début des années 1960 et le début des années 2000, sur fond de chaos dans un pays gangrené par la guerre et l'occupation soviétique, puis écrasé sous le régime des talibans (1996-2001). 

À travers l'histoire de Mariam et Leila, c'est l'histoire de femmes afghanes qu'on découvre, des femmes victimes d'une société profondément inégalitaire et qui les méprise. Les trésors d'ingéniosité qu'elles doivent déployer pour survivre sont inouïs.

Le roman se termine sur une note d'espoir, alors que reviennent les sourires à Kaboul et que commence l'ère de reconstruction post-talibane. A Thousand Splendid Suns a été publié en 2007. Mais le retour des talibans à Kaboul en août dernier le rend terriblement actuel.

Une Inde qui fascine et qui inquiète

L'auteure, essayiste et militante indienne Arundhati Roy a publié en 2017 un roman complexe, touffu, à l'image de l'Inde contemporaine. The Ministry of Utmost Happiness (Le Ministère du Bonheur suprême) nous entraîne au cœur de l'histoire indienne récente et des épisodes parmi les plus sombres et les plus violents qui l'aient marquée : révoltes indépendantistes au Cachemire, réforme agraire aux effets dévastateurs, tensions de plus en plus vives entre indous et musulmans.

Au cœur de ce roman monumental, Anjum, une hijra, vit depuis des années dans un cimetière de Delhi. Souvent appelés transgenres par les Occidentaux, les hijras constituent une communauté distincte qui existe depuis des siècles.

On les regarde avec un mélange de respect et de méfiance. On ne les fréquente pas, mais leur présence est requise lors d'événements importants, tels un mariage ou la naissance d'un enfant. Anjum incarne la résilience, l'exubérance de ce pays pluriel, où le plus grand modernisme côtoie des traditions millénaires, où la richesse la plus obscène se déploie à quelques pas du plus grand dénuement.

Autour d'Anjum, une fresque de personnages dont les destins nous entraînent dans les dédales d'un Delhi surchauffé. L'impression qui se dégage de tout ça est celle d'une immense pagaille, aussi joyeuse que tragique, aussi colorée que sombre, aussi fascinante qu'inquiétante. L'Inde d'aujourd'hui, si vieille et si jeune.

L‘Union soviétique de Lénine à Staline

Quelques mots sur une œuvre savoureuse pour qui s'intéresse à l'Union soviétique, régime qui n'est plus, mais dont le legs aide à comprendre la Russie d'aujourd'hui. Paru en 2016, A Gentleman in Moscow (Un gentleman à Moscou), de Amor Towles, raconte l'histoire du comte Alexandre Ilitch Rostov qui, en juin 1922, est condamné par le tribunal bolchévique à vivre en résidence surveillée au Metropol, luxueux hôtel de Moscou, à quelques pas du Kremlin. 

Du moment où Rostov est assigné à résidence jusqu'à sa mystérieuse disparition en 1954 (disparition dont je ne livre pas les secrets pour ne pas gâcher le plaisir d'éventuels lecteurs), on est happé par ce lieu clos où se mélangent traditions de l'ancienne Russie, manies du nouveau pouvoir bolchévique, lubies staliniennes, rencontres étonnantes. Fascinant.

Une Amérique francophone et autochtone

En terminant, je vous recommande Les yeux tristes de mon camion de Serge Bouchard, paru en 2016. Les vingt-huit petites histoires que l'on savoure procurent une lecture intelligente et apaisante tout en nous offrant un coup d‘œil sur l’Amérique telle que les livres d’histoire devraient l’enseigner. C’est un livre également rempli d’humanité qui donne envie de faire confiance à l'humain.

Heureux temps des Fêtes, et bonne lecture !

Mille soleils splendides (A Thousand Splendid Suns - 2007)
Mille soleils splendides a été publié en 2020 par Khaled Hosseini aux éditions Belfond.

Le Ministère du Bonheur suprême (The Ministry of Utmost Happiness – 2017)
Le Ministère du Bonheur suprême a été publié en 2018 par Arundhati Roy aux éditions Gallimard.

Un gentleman à Moscou (A gentleman in Moscow – 2016)
Un gentleman à Moscou a été publié en 2020 par Amor Towles aux éditions Le livre de poche.

Les yeux tristes de mon camion
Les yeux tristes de mon camion a été publié en 2016 par Serge Bouchard aux Éditions du Boréal.

Print
2360

Index - Culture

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next

Conseil culturel fransaskois

 


 

Le CCF sur Facebook




Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top