Close
L'Écho du bel âge

Lumière sur les troubles anxieux : entretien avec Shawn Jobin

#éléphantsurlaroute

Auteur: Francine Proulx-Kenzle/27 septembre 2019/Catégories: Tabou No More - Réflexions sur la santé mentale, Société, Santé, 2019

Cet été, j’ai eu le plaisir de rencontrer Shawn Jobin, auteur-compositeur-interprète fransaskois de renommée internationale. Il a accepté gracieusement de me parler de son défi quotidien, celui de vivre avec un trouble anxieux. Dans son dernier album Éléphant, Shawn partage en paroles et en musique son expérience de vivre avec ce trouble de santé mentale. Je lui ai posé plusieurs questions, pour comprendre son cheminement vers le rétablissement.

Qui es-tu ?

Une personne qui carbure aux valeurs : liberté, justice. J’aime entreprendre plusieurs projets créatifs, je me divise en quatre pour y arriver, je suis hyperactif dans ma créativité.  

Qu’est-ce qui t’est arrivé ?

Je suis tombé dans une dépression, un tourbillon anxieux. Je n’étais pas capable de voir loin, de voir le futur. 2014 et 2015 ont été les deux pires années de ma vie. Dans cette solitude-là, et j’avais une phobie de la solitude, je pensais que je devenais fou, seul dans mon petit appartement à Saskatoon.

Qu’est-ce qui t’a aidé ?

(Sans hésitation) Ma femme, Géraldine. On s’est rencontrés quand j’étais dans mon pire état : consommation de substances, etc. Elle voyait le potentiel dans ma personne. Elle était sans jugement, sans prétention, sans attentes. En fait, elle était mon phare dans le brouillard.

J’ai fait une thérapie pour gérer mon anxiété : j’ai appris que je devais « sentir » mes sentiments dans mon corps. Cela m’a beaucoup aidé. En crise, tu fais juste sentir ce qui est sous toi, la chaise qui te tient par exemple. Intéressant comment tu peux briser l’enchainement de pensées anxieuses en ressentant avec ton corps.

J’ai aussi suivi le cours de Premiers soins en santé mentale qui m’a aidé à monter vers le plateau. Oui, j’avais soif d’essayer de comprendre mes sentiments. Je sais que c’est un truc individuel. La formation m’a aidé à identifier certains trucs, certains patterns.

Et aujourd’hui ?

Là, je maintiens un plateau stable, je sais ce que ça prend pour faire marcher la chimie dans mon cerveau. Je bois du café le matin seulement, après ça c’est de l’eau. Des fois quand même, il y a des « oups » : pas assez de sommeil ou je bois trop de café. Pour revenir à mon plateau, je choisis de boire mon café le matin et boire de l’eau l’après-midi. Il n’y a pas de guérison à un trouble anxieux, c’est maintenir un style de vie qu’on peut gérer.

Quel est le lien entre ton processus de création et ta guérison ?

Je n’ai jamais arrêté d’écrire, même durant ma pire période. Écrire pour moi est une façon d’exorciser ce que j’ai en dedans. L’album Éléphant englobait cette crise, c’était très personnel, un album bipolaire. Par exemple, on y trouve la chanson Danse ta vie qui parle de te laisser vivre, que tu peux être ce que tu veux. Contrairement à la chanson Autoroute qui parle de pensées suicidaires. Des pensées sombres qui m’habitaient quand je faisais l’aller-retour Saskatoon-Regina pour visiter Géraldine. Des pensées répétitives : « un coup de volant, pis c’est fini, un coup de volant, pis c’est fini ». Tellement répété dans ma tête durant longtemps. Aujourd’hui, je me rappelle ces idées.

La guérison dans le processus de création est le fait qu’on peut se défouler. C’est un privilège d’avoir cette voie-là et d’en faire quelque chose. J’ai mis la noirceur sur l’étagère et je l’ai vendue. D’autres n’ont pas ça : où mettre cet « éléphant » qui prend tellement de place ?

Que penses-tu de l’espoir ? 

Je reviens à la chanson Autoroute. La route est longue vers le rétablissement. C’est vrai. On ne peut pas guérir vite. Le mot clé, c’est le rétablissement, il y en a un. C’est possible de s’en sortir. Pas oublier qu’on a un corps, pas juste des pensées. Étant créatif, j’ai le réflexe de m’entourer de symboles, de métaphores. Mon symbole de rétablissement, c’est l’éléphant. Je l’ai apprivoisé, je l’ai mis dans un cirque.

Merci infiniment Shawn, pour ta candeur et ta franchise. Tu es une inspiration !

Imprimer

Nombre de vues (1059)/Commentaires ()

Balises: Shawn Jobin

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Back To Top