Close

Le 7e art - chronique cinéma

Leslie Diaz

Aline, dans l’ombre de Céline

Aline
Crédit : Catteridge

Alinedont le personnage éponyme est incarné par l’actrice française Valérie Lemercier, raconte le destin incroyable d’une chanteuse du Québec devenue mondialement connue. Inspirée de la vie de la méga-star Céline Dion, cette fiction sortie fin 2021 au Québec retrace le parcours d’Aline Dieu, la plus jeune d’une famille de 14 enfants. Vivant modestement au sein d’une famille très unie et au profil artistique, Aline prend goût à la scène dès son plus jeune âge en dévoilant peu à peu une voix hors du commun. Retour sur un long métrage aussi émouvant que réussi.

Valérie Lemercier, qui signe aussi la réalisation du film, offre au spectateur un parfait compromis entre réalité et féerie. 

À 12 ans, Aline, surnommée « le petit bébé » ou encore « la petite princesse » par sa mère, enregistre une première chanson qui se retrouve entre les mains de Guy-Claude Kamar, un producteur de musique québécois. La formule est simple et efficace : présenter un bonheur absolu et une destinée incroyable.

La rencontre avec le producteur ouvre les portes de la célébrité pour la jeune fille, mais également celles de son cœur. Aline tombe amoureuse de cet homme trois fois plus âgé qu’elle et deux fois divorcé. Entourée de plusieurs bonnes fées, dont sa mère Sylvette, son frère Jean-Bobin et son maquilleur Fred, Aline n’aura pour seul objectif que de conquérir le cœur du public et de son prince charmant.

Bien que Valérie Lemercier prenne des libertés pour raconter l’histoire de Céline Dion au travers d’Aline Dieu, la réalisatrice reste fidèle au rêve vécu par la star québécoise. Plateaux de télévision, chaussures à talons pailletées, robes de princesse, tapis rouge et vacances au soleil. Un vrai conte de fées pour notre protagoniste. 

À 20 ans, c’est au cœur d’une crème glacée qu’Aline découvre une bague de fiançailles lui permettant de finalement caresser son rêve d’épouser son prince charmant malgré les critiques de la presse et autres tabloïds. S’ensuit un mariage royal pour l’artiste et son producteur, avec un manoir aux allures de château pour nouvelle demeure, argent et célébrité. Bref, la féerie. 

Ils vécurent heureux, oui, mais eurent-ils beaucoup d’enfants ? Malheureusement, Aline doit faire face à ses tourments de mère en devenir. Le film expose les problèmes de fertilité du couple, faisant bien évidemment repenser aux épreuves vécues par Céline Dion et son feu mari René. 

Les tests de grossesse et injections hormonales s’enchaînent au même rythme que les dates de concerts, puis Aline perd son père. Le jeu de Valérie Lemercier est profond et touchant. Le travail de lumière expose de manière subtile et puissante chaque succès et défi que le personnage traverse. 

La joie d’Aline refait surface lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte. Le couple devient alors parent d’un petit prince aux cheveux longs. Suivront deux autres enfants. 

Au décès de Claude-Guy, la princesse perd son prince et un nouveau chapitre s’ouvre : celui d’une reine. La reine du showbiz, la reine de Las Vegas inspirant et fascinant des millions de fans aux quatre coins du monde. 

Imprimer
1378

Comments are only visible to subscribers.

Back To Top