À ciel ouvert 11 — Automne 2023 / hiver 2024

Margot Joli (Manitoba)

Un village détruit

Margot Joli (Manitoba)

Michel Saint-Hilaire — Never Tomorrow

Michel Saint-Hilaire — Never Tomorrow

Encre sur toile, 36 par 36 pouces, 2017
Introduction

Ce poème s’inspire de la destruction du village métis de Sainte-Madeleine suite à l’entrée en vigueur d’un programme lancé par l’Administration du rétablissement agricole des Prairies pendant les années trente. Pour sauver la prairie étouffée par la sécheresse, le gouvernement fédéral fit déménager plusieurs fermiers de leurs terres sableuses avec compensation afin qu’ils s’établissent ailleurs. Tout le village fut détruit et les terres converties en pâturage communautaire. Certains membres de la petite communauté ne reçurent aucune compensation pour la perte de leur propriété et n’obtinrent aucune assistance pour se rétablir ailleurs. La communauté fut éparpillée un peu partout au Manitoba et en Saskatchewan. Pour ces Métis, l’histoire se répétait puisqu’ils avaient autrefois été chassés de leurs terres qui longeaient la rivière Rouge.

Les personnages sont fictifs et le déroulement de l’action n’est qu’une représentation imaginative de ce qui s’est réellement passé. Ce moment de l’histoire n’a pas été très documenté.   

 

À l’aube, les chiens jappent

des coups de feu éclatent

Édouard écarte les rideaux

Des hommes tuent les chiens,

sa voix tremble d’émotion 

le jour tant redouté est arrivé

on empoigne le peu qui nous appartient

un dernier regard dans la maison

Pourquoi on peut pas rester ?

Édouard secoue la tête, montre du doigt

les hommes à cheval, qui mettent le feu

je hoche la tête, contrainte 

Partons,  sa voix tremble.

Près du perron, Finette gît

je me penche pour la flatter

du sang sur mes mains

plus loin, Prince les yeux voilés

sa fourrure maculée de sang.

 

Dans la calèche la fumée âcre

nous étouffe, fait peur aux chevaux

ils hennissent, se mettent au trot

Sainte-Madeleine ravagé par les flammes.

Je ferme les yeux et je me souviens : 

l’église bâtie de mains métisses

l’école Béliveau, le rire des enfants

la cloche de l’église qui sonnait

nous invitant à l’office religieux

le bureau de poste, l’épicerie

où l’on jasait entre amis.

 

Émergeant du nuage de fumée

en grosses lettres métalliques,

Cimetière de Sainte-Madeleine

là où sont enterrés nos ancêtres

Vont-ils le détruire aussi ?

Ils ont promis de l’épargner.

 

Promesse d’hommes blancs !

septembre 2023

Article précédent Viande hachée, à feu moyen
Prochain article Scènes de métro
Imprimer
119

No content

A problem occurred while loading content.

Créations

L’improbable rédemption du poète L’improbable rédemption du poète

Courte nouvelle d'une jeune autrice en résidence d'écriture qui fait la rencontre d'un de ses futurs personnages pour se rendre compte qu'il est aussi le personnage d'un autre auteur à une autre époque, Pierre Lardon, qui a des crimes à faire pardonner. 

Bref, la fuite Bref, la fuite

Dans ce récit disloqué, les pensées humanistes d’une physicienne forcée de quitter son pays la soutiennent jusqu’au bout de la fuite.

depuis la garde du matin depuis la garde du matin

Troisième extrait sous un 3e titre d'un recueil en construction. Journal poétique inspiré du Livre des Psaumes en haïkus/haïbuns. Comment faire l'expérience du Psautier par le moyen de la poésie contemporaine.

Arc-en-noir Arc-en-noir

Une relance contemporaine du style Beatnik, le poème Arc-en-noir donne voix aux désirs, pensées non-filtré et conflits interne d'un homme indigiqueer du Manitoba.

Séjour dans le désert Séjour dans le désert

Extrait du roman en chantier Jésus de Nicolet. Le narrateur, Jésus de Nicolet, raconte les souvenirs de ses vies antérieures, dont celle de Jésus de Nazareth, à son voisin de siège lors d’un voyage en train de Toronto à Vancouver. 

Mon corps pour tout royaume Mon corps pour tout royaume

Récit poétique de la quête d'une femme afrodescendante dans un processus de décolonisation du corps et de l'esprit. Ses pas la mènent sur les terres méconnues du Nord canadien. Lorsqu'on est née d'exil, on a le corps pour tout royaume.

Scènes de métro Scènes de métro

Réflexions inspirées par des moments vécus dans diverses stations de métro montréalaises. 

Un village détruit Un village détruit

Représentation imaginaire et poétique de la destruction du village métis de Sainte-Madeleine au Manitoba dont il ne reste que le cimetière. Aucun chemin ne s'y rend et il faut passer par un paturage communautaire très peu carossable pour le rejoindre. 

Viande hachée, à feu moyen Viande hachée, à feu moyen

Une femme célibataire et solitaire prépare un repas spécial à l'occasion du retour d'une ancienne flamme. Le processus la mène à réfléchir à ses habitudes, ses besoins et ses désirs.

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next

  

À ciel ouvert numéro 11

Téléchargez gratuitement la version PDF du numéro 11 d'À ciel ouvert.

Bonne lecture!


 

Les artisans de ce numéro

Coordination de la publication :
Jeffrey Klassen

Comité de rédaction :

  • Madeleine Blais-Dahlem
  • Marie-Diane Clarke
  • Tania Duclos
  • Mychèle Fortin
  • Lyne Gareau
  • Jeffrey Klassen
  • Jean-Pierre Picard

Auteur·e·s :

  • Émanuel Dubbeldam
  • Mychèle Fortin
  • Margot Joli
  • Murielle Jassinthe
  • Jean-Pierre Picard
  • Eric Plamondon
  • Laurent Poliquin
  • Sébastien Rock
  • Gisèle Villeneuve

Artiste invité :
Michel Saint Hilaire

Mise en page et mise en ligne :
Jean-Pierre Picard

Merci à l’Association des auteur·e·s du Manitoba français qui a piloté l’organisation du Concours de création littéraire de l’Ouest et du Nord canadiens (CCLONC).

La revue À ciel ouvert est publiée et diffusée par :

Coopérative des publications fransaskoises

en partenariat avec

Collectif d'études partenariats de la FransaskoisieRegroupement des écrivains·e·s du Nord et de l'Ouest canadiens


Merci à nos commanditaires:

    Conseil culturel fransaskois   Saskculture Fondation fransaskoiseGouvernement du Canada