Close
Société

Un million d’internautes branchés pour Haïti en Folie

Cest sous une formule en ligne que le festival Haïti en Folie de Montréal, en collaboration avec celui de la Ville de New York, sest tenu cette année du 24 au 26 juillet. Cuisine, littérature, arts de la scène et conférences ont ponctué cette 14e édition, saccompagnant dune campagne de sociofinancement pour appuyer les activités gratuites. Avec plus dun million de spectateurs connectés à travers la planète, le festival a su insuffler un vent de renouveau.

Cette année, la communauté haïtienne a dû relever un défi de taille : transmettre sa culture par temps de pandémie. Selon Véronique Fecteau, attachée de presse du festival, des défis énormes se sont présentés, notamment pour représenter le défilé « Rara », une tradition haïtienne qui se veut être une explosion musicale dans la rue avec des instruments de l’île des Caraïbes.

En outre, il fallait trouver des sources de financement pour cette édition 100 % numérique et gratuite : « On sait que les artistes haïtiens souffrent habituellement de ne pas avoir accès à différentes subventions », souligne Mme Fecteau.

Avec la campagne de sociofinancement, l’objectif était ainsi de venir en aide aux artistes en leur offrant un cachet pour leurs prestations : « On voulait être présent pour soutenir les artistes », mentionne la relationniste.

Le numérique comme outil rassembleur

Innovation et créativité ont été les maîtres-mots pour cette édition virtuelle. Le numérique a offert un espace de rassemblement pour un million de festivaliers pour qui il n’était pas question d’abandonner la culture et les arts haïtiens : « On pense que c’est très rassembleur et que ça peut aider les gens en temps de pandémie, tout le monde a besoin de culture et de se changer les idées », évoque Véronique Fecteau.

Fabienne Colas, présidente et fondatrice du festival, s’est quant à elle réjouie de l’affluence mondiale : « Les mots me manquent pour traduire l'ampleur de ma gratitude à plus d'un million de festivaliers du monde entier qui ont voulu festoyer en solidarité à la culture haïtienne. »

Même son de cloche pour la francophile Sarah Fox, qui a participé au festival depuis chez elle à Regina. Pour elle, le virtuel a permis de réunir un public issu des quatre coins du Canada autour de la célébration de la culture haïtienne.

Toutefois, elle mentionne que l’expérience en ligne prive d’un aspect important : vibrer musicalement avec l’ensemble des festivaliers. « La culture haïtienne doit être sentie, vécue et appréciée en personne », tempère-t-elle.

La francophile assure tout de même que, malgré les défis, la communauté haïtienne a réussi à transmettre sa culture et sa joie de vivre. « J’ai pu apprendre énormément de ce magnifique peuple », ponctue-t-elle. Durant son voyage musical depuis le confort de son foyer, elle aura appris ce mot créole qui signifie amen : « Ayibobo ».

Le festival Haïti en Folie a été créé en 2007 par la Fondation Fabienne Colas. Il s’agit du plus important festival pluridisciplinaire en dehors d’Haïti entièrement dédié à la culture haïtienne. Chaque année, le meilleur de la culture haïtienne en une semaine est offert en plein cœur de Montréal.

Le festival a déjà accueilli plusieurs artistes de renom tels que Dany Laferrière, Wyclef Jean, Manno Charlemagne, Ti Corn, Boukman Eksperyans, Sylvie Desgroseilliers, Boulo Valcourt, Groupe Vocal Desandan, Marie Josée Lord, Joujou Turenne, Toto Laraque, Wesli, BIC, Lorraine Klaasen et Sara Renelik.

 

Plus d’informations sur haitienfolie.com
 

Imprimer
5422
Back To Top