Close
Société

Un été d’aventures avec le retour du Camp voyageur

Spikebal
Des enfants jouant au spikeball
Crédit : Spikeball / Unsplash

Les restrictions sanitaires sassouplissant, les organismes fransaskois relancent leurs activités en personne. C’est le cas du très attendu et annuel Camp voyageur créé il y a plus de 30 ans. Le camp d’été de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) est de retour, destiné à offrir aux jeunes âgés de 6 à 11 ans l’été qu’ils méritent.

« À ce jour, nous avons 200 familles inscrites. C’est beaucoup de responsabilités et d’organisation, mais c’est un beau défi. J’ai passé plusieurs années à travailler avec des enfants et j’aime l’idée de pouvoir leur offrir une expérience comme celle-ci », explique Tai Lin Young, coordinatrice du camp depuis mars 2020. 

En partenariat avec l'Association jeunesse fransaskoise (AJF) et le Conseil culturel fransaskois (CCF), le camp se déroulera en personne du 12 juillet au 19 août et offrira aux jeunes de Regina, Debden, Zenon Park, Saskatoon, Trinité, Prince Albert, Moose Jaw et Gravelbourg la chance de participer à de nombreuses activités à la fois virtuelles et en personne.

Au vu de son succès depuis plusieurs années, la réputation du camp n’est plus à faire. Aussi les listes d’attente s’allongent-elles chaque année : « Nous avons actuellement 10 familles par semaine de camp sur liste d’attente », souligne Tai Lin Young. 

Un engouement également rapporté par Elena Popova, travailleuse en établissement dans les écoles du sud de la province et conseillère en inclusion communautaire pour le Service d’accueil et d’inclusion francophone en Saskatchewan (SAIF-SK). « Le camp s’est rempli en une matinée. L’intérêt pour les activités parascolaires en français auprès des familles des nouveaux arrivants et des familles établies dans la communauté est immense. C’est un beau défi à relever. »

Un nouveau modèle

Tai Lin Young
Tai Lin Young, coordinatrice du Camp voyageur
Crédit : Courtoisie

Avec ce nouveau format hybride, l’ACF propose un camp provincial, presque mobile, offrant une chance à des enfants de communautés éloignées de participer. C’est le cas notamment des enfants de Debden : « C'est le format que nous espérons toujours avoir à l’avenir », lance Amélie Patrick, coordinatrice du Comité culturel fransaskois de Debden.

À l’aide de moniteurs formés et d’informations claires, les organisateurs du camp et ses partenaires tentent de rassurer les familles au maximum. « Nous planifions d’organiser une rencontre en visioconférence avec les familles, la coordonnatrice du camp et des moniteurs pour que les parents puissent prendre connaissance de leurs responsabilités, connaître l’équipe dynamique et les activités du camp », indique Elena Popova.

Cette confiance entre le camp et les familles passera avant tout par l’établissement et le respect des restrictions sanitaires au sein du camp. À l’intérieur, les groupes seront limités à huit enfants avec un moniteur par groupe. À l’extérieur, un maximum de quatorze enfants sera autorisé. 

« Les distances sociales seront maintenues, les groupes ne seront pas mélangés, les moniteurs resteront avec leur groupe, le port du masque restera obligatoire et un maximum d’activités se déroula en extérieur », détaille Tai Lin Young.

Un événement attendu

logo du Camp voyageur
Le logo du Camp voyageur
Crédit : Courtoisie

Selon Hajar Kaddouri, maman de deux enfants dont une fille de 6 ans, le camp offre enfin une chance aux jeunes de profiter physiquement et moralement d’une activité. « Je pense vraiment que le camp est une très bonne occasion de surmonter les défis psychiques qui ont pu apparaître chez les enfants pendant la pandémie, comme la perte du contact social », pense la mère de famille.

Bien que le risque de contamination existe toujours, Hajar Kaddouri se dit sereine : « Au contraire, je suis très heureuse ! Je fais confiance aux efforts des organisateurs du camp ainsi qu’aux précautions qu’ils vont mettre en place pour protéger nos enfants. » 

Un avis que partage Bélise Nzeyimana, maman de quatre enfants dont trois vont participer au Camp voyageur cet été. « C’est comme s’ils allaient à l’école. Ils vont suivre les instructions sanitaires et tout se passera bien. Je suis très confiante et les enfants sont très excités. »

Une programmation riche et diversifiée

Les activités du camp s’articuleront autour de quatre thèmes: les Super voyageurs avec des activités sportives, les Voyageurs débordent d’imagination avec des activités artistiques, les Voyageurs en plein air avec un intérêt pour la faune et la flore à travers du géocaching et les sciences environnementales, et enfin les Voyageurs à l’école de magie avec l’apprentissage de tours de magie ou encore l’exploration des sciences comme l’astronomie.  

Les enfants auront aussi la chance de faire la connaissance de différents artistes tels que Diana Ntibandetse, artiste visuelle qui mènera un atelier de peinture et de dessin à Moose Jaw dans le but de concevoir une fresque murale avec les enfants. 

Il y aura aussi Diana Frost, fondatrice et artiste autochtone de Colouring It Forward : « Nous allons explorer la roue de la médecine et colorier les dessins qui vont expliquer cette roue. Cette session de coloriage laissera ensuite place à une conversation avec les enfants », exprime celle-ci. 

« La programmation de cette année est beaucoup plus concentrée sur la diversification des activités et donne la chance aux enfants de tout âge d’y trouver un intérêt », se réjouit Hajar Kaddouri, certaine de voir ses enfants passer un bel été plein d’aventures.

 

Imprimer
2035

Theme picker

Back To Top