Close
Société
Dominique Liboiron

Les couvertures de la Baie d’Hudson, des chalets aux foyers

Quatre lignes colorées
Les quatre lignes colorées et emblématiques de la Compagnie de la Baie d’Hudson se trouvent non seulement sur les fameuses couvertures, mais aussi sur toute une gamme de produits.
Photo : Dominique Liboiron

Quel objet est capable de rassembler les thèmes du plein air et de l’histoire, de signaler l’arrivée de l’hiver tout en servant de suggestion pour le magasinage de Noël ? Les couvertures de la Baie d’Hudson, bien sûr! 

L’image de la couverture de la Baie d’Hudson en laine blanche avec ses lignes vertes, rouges, jaunes et indigo, nous est très familière. En raison de son importance dans l’histoire de notre pays, elle est devenue un symbole du Canada. Mais savez-vous pourquoi ?

Avant d’explorer ce sujet, il est à noter que plusieurs compagnies vendaient des couvertures en laine dans le temps, y compris Eaton’s et Sears. Certains les appellent « des couvertes en laine », mais il serait plus juste de les présenter comme des couvertures à points. Ces points sont en fait les barres noires sur le bord de la couverture qui indiquent la taille. De nos jours, les couvertures à 3,5 points sont les plus communes.

Passons maintenant à notre exploration. Durant la période de la traite des fourrures, les couvertures en laine remplaçaient les peaux de bisons pour la literie et le linge d’hiver. Bien que les couvertures soient moins chaudes, elles faisaient gagner beaucoup de temps de travail aux femmes autochtones. En moyenne, une femme œuvrait pendant dix jours pour préparer une seule peau de bison.

De plus, le substitut en laine pèse moins, une caractéristique appréciée des peuples nomades. Ses couleurs vives, absentes chez le bison, en ont également fait un objet de mode et de prestige. Souvent, les couvertures se voyaient transformées en manteaux d’hiver et les gens aimaient porter les couleurs les plus en vogue d’année en année.  

Étiquette
Les collectionneurs peuvent déterminer l’âge des couvertures selon l’étiquette. Celle-ci date des années 1920. Dans le passé, les couvertures rouges étaient données aux chefs lors de la signature de traités.
Photo : Dominique Liboiron


À la fin du 19e siècle, alors que l’ère de la traite des fourrures touchait à sa fin, les couvertures en laine demeurent des éléments incontournables pour les gens qui découvrent le pays et les amateurs de plein air. 

Au début du 20e siècle, la Compagnie de la Baie d’Hudson constate qu’un nouveau marché s’ouvre à elle. La population canadienne augmente, s’urbanise et se sédentarise. Pour attirer cette clientèle, des publicités donnent une nouvelle image aux couvertures en laine, les transformant en objets domestiques. La couverture passe de la cabine à la maison. 

Bien que les couvertures de la Baie d’Hudson aient eu auparavant leur place dans la tente, les amateurs de randonnée et de camping ne dorment plus aujourd’hui sous la laine. Surtout, ces derniers diront que la laine les pique, qu’elle sèche plus lentement, qu’elle est plus chère et qu’elle occupe plus d’espace qu’un sac à couchage en matière synthétique. 

Malgré tout, les couvertures à points recouvrent une partie de l’âme du Canada et, pour cette raison, elles resteront toujours un objet chéri de ses habitants. 

Imprimer
835
Back To Top