Close

Bonjour Saskatchewan

Politique

Élection provinciale : une fransaskoisie divisée

Drapeau fransaskois et Assemblée législative de la Saskatchewan

Drapeau fransaskois et Assemblée législative de la Saskatchewan

Crédit : Daniel Paquet
La Saskatchewan tiendra une élection provinciale le 26 octobre prochain. Nous avons demandé à la communauté fransaskoise de présenter ses principaux enjeux politiques. Selon Wilfrid Denis, un sociologue ayant dirigé la Commission sur l'inclusion dans la communauté fransaskoise en 2005-2006, les enjeux varient selon la situation géographique -  nord ou sud, rurale ou urbaine - et selon les orientations politiques. « La Fransaskoisie est loin d’être homogène », prévient-il.

La communauté fransaskoise

Explorons d'abord l’origine du terme Fransaskois, popularisé au cours des années 1970. Le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), Denis Simard, œuvre pour la Fransaskoisie depuis quarante ans. Il souligne en premier lieu le travail accompli par la génération qui l’a précédé en défendant la langue au risque de mettre des vies en péril et de voir ses institutions persécutées. À cette époque, raconte-t-il, on parlait de Canadiens-français.

Avec l’influence des jeunes en immersion française, la communauté francophone de Saskatchewan a été amenée à réfléchir sur l’évolution de son accent et de sa culture. Puis, l’immigration s’est imposée. Ces bouleversements ont créé, rappelle Denis Simard, de grandes tensions qui ont mené à la création du terme Fransaskois, une appellation d’abord protectionniste qui s’est depuis ouverte au monde.

« On ne peut pas donner le nom de Fransaskois à personne, explique Denis Simard, on doit se le donner à nous-même ». Cette précision a mis fin, selon lui, à bien de la frustration chez ceux au profil atypique qui avaient le désir de s’associer à la communauté fransaskoise. Il donne en exemple une mère anglophone qui ne parle pas le français, mais qui s’est « battue » pour l’avancement des écoles d’immersion pour ses enfants.

Éducation : une évolution à pas de tortue

Selon Denis Simard, comme les jeunes représentent l’avenir de la communauté, les infrastructures scolaires restent un enjeu phare constant. Il accueille avec optimisme la décision rendue par la Cour suprême du Canada en juin dernier, fruit d’une saga judiciaire ayant duré plus de dix ans, en faveur d’une éducation britanno-colombienne en français équivalente à celle en anglais. Il confie cependant que la communauté fransaskoise aimerait éviter les recours juridiques pour obtenir de nouvelles écoles.

Santé : une progression lente mais positive
« Le gouvernement a depuis maintenant 14 ans une politique de service en français », indique Denis Simard. Comme c’est une politique et non une loi, précise-t-il, les secteurs des services sociaux, de la justice et de la santé peinent à l’appliquer.

La directrice générale du Réseau Santé en français de la Saskatchewan, Frédérique Baudemont, dénote une difficulté à identifier les professionnels de la santé pouvant offrir des services en français et à obtenir de l’information en français dans des délais équivalents à la majorité lors de circonstances particulières telle que la pandémie.

Les services offerts aux Fransaskois en milieu rural sont encore plus précaires, affirme-t-elle. Aussi, les aînés, qui forment plus de 50 % de la population fransaskoise, nécessitent plus de services en soins de longue durée et en transport public. Les nouveaux arrivants, eux, font souvent face à un manque de connaissance du système de santé, à de l’isolement et à une connaissance de l’anglais limitée. La santé mentale, ajoute-t-elle, est aussi un enjeu qui touche des gens de tout âge et pour lequel il n’y a aucun service offert en français.

Malgré tout, Denis Simard et Frédérique Baudemont s’accordent sur le fait qu’il existe un dialogue actif et plutôt prometteur avec le gouvernement à l’égard des défis de la communauté fransaskoise en santé.

Les Fransaskois et la politique

Selon Wilfrid Denis, d’autres enjeux politiques ressortent en culture, en économie et en environnement. De façon générale, en temps de crise, indique-t-il, la culture passe en dernier lieu. « Or, c’est la même chose pour les Fransaskois, renchérit-il. Peu de gens s’en préoccupent, sauf ceux qui sont actifs dans ce secteur. »

Il souligne également que les fermiers sont toujours préoccupés par les récoltes, le prix de leurs denrées et l’à-propos des efforts des gouvernements pour leur venir en aide, surtout en temps de pandémie. Il ajoute à ces préoccupations l’extraction du pétrole et son transport via les pipelines. « Les Fransaskois sont comme les autres électeurs, suppose-t-il, soit très divisés entre les pro et les anti-pipelines. »

« Les besoins sont très diversifiés et fragmentés tout comme les opinions et les options politiques, conclut Wilfrid Denis, ce qui divise le vote fransaskois et l’empêche d’avoir une force politique lors des élections ». Il y a peu de circonscriptions où le vote fransaskois peut avoir un impact, renchérit-il, comme ils votent selon des enjeux fort divers et selon leur préférence politique, rarement selon leurs besoins spécifiques en tant que Fransaskois.

Imprimer
487

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Assemblée communautaire fransaskoise

Nouvelles de l'ACF

Résultats, fin de la période de mise en candidature

Avis de scrutin dans les districts de Regina et de Moose Jaw
13 octobre 2020/Auteur: Assemblée communautaire fransaskoise/

Résultats partiels suite à la fin de la période de mise en candidature

Monsieur Denis Simard est élu par acclamation au poste de président de l’ACF
9 octobre 2020/Auteur: Assemblée communautaire fransaskoise/

Réunion régulière de l’ADC :

Dernière rencontre avant l’élection générale du 30 novembre.
26 septembre 2020/Auteur: Assemblée communautaire fransaskoise/
RSS
1345678910Dernière

Theme picker

Back To Top