Close

Mots d'ados





Les Mots d’Ados est un projet développé par La Troupe du Jour (LTDJ) en collaboration avec le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF). De 2008 à 2015, le projet a permis à quelques centaines d'élèves de développer leur créativité et de s’exprimer dans différents genres littéraires. Des textes sélectionnés ont été mis en lecture chaque année par La Troupe en plus d’être publiés dans l’Eau vive

 

21 février 2020

Laissez les bons temps rouler à La Nouvelle-Orléans!

Le Mardi gras a lieu le 25 février et La Nouvelle-Orléans s’attend à accueillir environ 1 million de touristes. Ce festival annuel attire des visiteurs qui aiment festoyer, mais La Nouvelle-Orléans offre bien plus qu’une simple foire. Elle nous séduit aussi grâce au panache de sa musique et l’éclat de sa nourriture.

Né de souches françaises et catholiques, le Mardi gras est la dernière journée d’une période de festivités qui commence le 6 janvier, le jour de l’Épiphanie. Chaque semaine, et parfois chaque jour, des parades et des fanfares défilent dans les rues du Vieux Carré, aussi appelé « French Quarter », le quartier le plus célèbre de la ville. La rue Bourbon se veut le centre des célébrations. Les spectateurs, souvent costumés, sont libres de se joindre à certaines parades.

Le soir du Mardi gras, une immense foule de fêtards se tasse dans la rue Bourbon. Mais à minuit, c’est le mercredi des Cendres, le carême commence et, selon la tradition, on ne doit plus faire la fête. La police municipale, à cheval, forme une ligne de trottoir en trottoir et descend la rue Bourbon afin d’écarter la foule et mettre fin aux célébrations.  

Au rythme de la musique néo-orléanaise

En plus de ses traditions, La Nouvelle-Orléans est empreinte de musique. Il est pratiquement impossible de ne pas entendre les concerts émaner des multiples clubs et bars sur la rue Bourbon. Ailleurs au Vieux Carré, des musiciens ambulants jouent sur les coins de rue ou devant la cathédrale Saint-Louis.

Dotée d’un héritage européen et africain, La Nouvelle-Orléans a donné naissance au jazz. Les résidents valorisent à la fois la musique et les musiciens : on y trouve de grands noms comme Louis Armstrong, Antoine « Fats » Domino et Dr. John, ou encore les chanteurs contemporains Harry Connick, Jr. et Lil Wayne. Un voyage à La Nouvelle-Orléans devient facilement un cours d’histoire de la musique américaine et, pour les plus passionnés, un pèlerinage.

Un charme culinaire indéniable

La ville dispose aussi d’un grand nombre de restaurants exquis, trop nombreux pour être tous nommés. Concentrons-nous donc sur le plus vieux, Chez Antoine. Fondé en 1840 par le chef français Antoine Alciatore, le restaurant célèbre cette année son 180e anniversaire. Les membres de la famille gèrent Chez Antoine depuis cinq générations. Le menu s’inspire des traditions culinaires françaises et créoles. On y trouve par exemple des fruits de mer, du coq au vin et même de l’alligator. Le plat le plus célèbre, les huîtres Rockefeller, a été inventé ici. De nombreux présidents américains ont mangé Chez Antoine, et même le pape Jean-Paul II.

Des restaurants tels que Chez Antoine démontrent que la culture française a influencé La Nouvelle-Orléans. De plus, les noms de rue et certains noms de famille témoignent de l’héritage francophone, mais ces noms donnent la fausse impression qu’il s’agit d’une ville où les citoyens parlent encore français. Ce n’est plus le cas. Pour rencontrer la culture cajun et les francophones, il vaut mieux explorer les communautés louisianaises comme Lafayette, Arnaudville ou Ville Platte.

Imprimer

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Galerie de photos - Les Mots d'ados

Les mots d'ados - Index

Laissez les bons temps rouler à La Nouvelle-Orléans!

Laissez les bons temps rouler à La Nouvelle-Orléans! 21 février 2020

Laissez les bons temps rouler à La Nouvelle-Orléans!

Le Mardi gras attire des visiteurs qui aiment festoyer, mais La Nouvelle-Orléans offre bien plus qu’une simple foire. Elle nous séduit aussi grâce au panache de sa musique et l’éclat de sa nourriture.

Un cœur d’or

21 mai 2015

Un cœur d’or

Joëlle Lapierre, 9ième année, École canadienne-française de Saskatoon

Je suis à la table avec ma mère et mon père. Tout est silencieux.  Ils me regardent d’une drôle de façon… Ma mère me dit :

     -  Audrey Stéphanie Archer, nous avons quelque chose que nous voulons que tu lises.

Cela ne doit pas être très bon. Mes parents utilisent seulement mon nom au complet quand c’est quelque chose de sérieux. 

 

La fuite

30 avril 2015

La fuite

Texte de Gils Mariani, 9ème année, École Valois, Prince Albert

Je m’appelle Hurley, j’ai 5 ans, et je vis dans l’enclos derrière le garage « Mean Machine ». Mon travail est de faire en sorte que personne n’entre ici.

L’héritage de Jérôme Simard

15 avril 2015

L’héritage de Jérôme Simard

Texte de Roxanne Masson 2015 9ème année, École Monseigneur de Laval, Regina

Il fut un temps : Odienné

11 septembre 2014

Il fut un temps : Odienné

Texte de Deborah Seye

 « Si un jour tu reçois cette lettre, Yohan,  c’est que tout a mal tourné, que le plan est tombé à l’eau. Avant que tu ne te poses plus de questions, nous préférons te laisser comprendre par toi même…

« Une toute petite exagération de rien du tout »

10 juillet 2014

« Une toute petite exagération de rien du tout »

Texte de Marie Hardouin

« Ô Grand Dryadalis! Raconte-nous une histoire! »

Samba et Sogolon la sorcière

11 juin 2014

Samba et Sogolon la sorcière

Il était une fois une sorcière du nom de Sogolon qui vivait dans un village africain appelé Zabota. Elle voulait tuer tous les hommes du village et rendre leurs femmes malheureuses par pure méchanceté. Personne ne savait pourquoi Sogolon agissait ainsi. Dans le village, toutes les femmes s’étaient habituées à la colère de Sogolon et continuaient à vivre leur vie sans s’en préoccuper sauf Samora qui était plus sage, plus belle que toutes les autres.  Elle était malheureuse parce que lorsqu’elle est tombée enceinte, son époux est allé combattre la sorcière et depuis ce jour, personne ne l’a revu.

La légende du cheval enflammé

22 mai 2014

La légende du cheval enflammé

Tout à coup, j’entends un bruit comme un mur qui se brise. Je sursaute et je peux entendre le feu et je commence à sentir la fumée. Rapidement, je prends mon fils par la main et je lui dis qu’on doit se sauver. C’est la quatrième fois cette année que notre maison brûle. Je suis très triste, mais ma peur m’empêche de le montrer. On embarque dans la voiture et on part à toute vitesse. Dans le miroir de ma voiture, je le vois, il est devant ma maison et me regarde. Je ferme les yeux et quand je les ouvre, il a disparu. Était-ce mon imagination?

La potion d’amour

La potion d’amour 1 mai 2014

La potion d’amour

Texte d'Andréanne Lavoie créé dans le cadre du projet Mots d'ados.

Angéline n’est ni belle, ni laide, ni intelligente, ni stupide. Pour dire la vérité, elle est plutôt plate, mais cache un gros cœur tendre. Gustave, son père, propriétaire d’une auberge, a aussi un gros cœur, mais contrairement à sa fille, il a des idées, pour dire le moindre, extrêmes. Gustave a des ambitions pour sa fille et lors de l’arrivée d’un Duc, il saute à l’occasion. Comme sa fille n’attire pas l’œil de celui-ci, il décide d’intervenir… à l’aide d’une potion magique!

RSS

Arts et culture

RSS

Theme picker

Back To Top