Close

Mots d'ados





Les Mots d’Ados est un projet développé par La Troupe du Jour (LTDJ) en collaboration avec le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF). De 2008 à 2015, le projet a permis à quelques centaines d'élèves de développer leur créativité et de s’exprimer dans différents genres littéraires. Des textes sélectionnés ont été mis en lecture chaque année par La Troupe en plus d’être publiés dans l’Eau vive

 

4 mai 2020

Junk City : un roman jeunesse dans les confins du cyberespace

Raphaël est accro à un jeu vidéo de recyclage des déchets urbains

Junk City : un roman jeunesse dans les confins du cyberespace

Jeux vidéo et écologie font bon ménage chez l’auteur jeunesse David Baudemont. Dans son dernier ouvrage, Junk City, l’auteur fransaskois part à l’exploration du monde vertigineux du virtuel tout en explorant le thème de l’environnement, deux passions chères à la nouvelle génération.

Dans ce huitième roman, David Baudemont raconte l’histoire de Raphaël, un adolescent de 13 ans accro aux jeux vidéo, dont Junk City, un jeu de recyclage des déchets urbains. Cette passion contrarie son père marin pêcheur et va aboutir à une série de péripéties au sein de la famille et de l’école du héros.

« C’est le dernier sujet que j’aurais choisi ! », lance l’écrivain. Le thème provient en fait de la douzaine d’ateliers qu’il a réalisés auprès des élèves de 5e année de l’École canadienne-française de Saskatoon en 2018. Publié fin janvier dans la collection jeunesse Escapade des Éditions de la nouvelle plume à Regina, le roman s’inspire ainsi d’une réflexion collective.

« Tout est parti d’une peinture, raconte l’auteur de Saskatoon. Un très joli tableau d’art naïf de Maud Lewis qui montre un village de pêcheurs de la côte est des Maritimes. » De là naîtra l’idée d’un père pêcheur victime de la baisse des stocks de poissons et du sous-thème de l’écologie, très présent dans le livre.

« Les jeunes sont très concernés par l’écologie, la planète, les déchets. Junk City, avec ses déchets, c’est la métaphore du junk que l’on voit s’installer dans la vie moderne : les tensions dans les couples, les familles, les classes… », éclaire l’auteur.

La passion d’une génération

Art-thérapeute depuis bientôt 20 ans, David Baudemont a eu affaire à de jeunes adultes souffrant d’addictions aux jeux vidéo, dont le célèbre World of Warcraft qui rassemblait jusqu’à 12 millions d’utilisateurs en 2010. « J’avais un a priori très défavorable envers les jeux vidéo, reconnaît-il. Mais ça a changé avec ces ateliers. Je trouve que c’est une source de créativité absolument extraordinaire. »

Le monde virtuel passionne la jeune génération. « C’est un mythe pour eux, analyse l’écrivain et art-thérapeute. Il n’y a rien de plus glorieux et épanouissant qu’être un bon joueur de jeux vidéo pour eux. Le couronnement ultime, ce serait d’être un créateur de jeux vidéo, plus que médecin ou ingénieur », observe-t-il.

L’auteur aborde aussi la question du cyberharcèlement, nouvelle réalité dans la vie des jeunes d’aujourd’hui. « On se rend compte que, derrière ces intimidations, il y a des malaises familiaux. Dans une génération où il y a beaucoup de divorces et de tensions entre hommes et femmes, je pense qu’une partie des choses sont projetées dans les jeux vidéo ou dans les messageries et se traduisent par des abus ou des intimidations », pense l’écrivain.

Immersion dans un monde nouveau

À 60 ans, l’auteur a dû parfaire ses connaissances de l’univers des jeux vidéo, inconnu jusqu’alors. « J’ai eu pas mal d’aide, reconnaît-il. Je n’y connais absolument rien. Le seul jeu auquel j’ai jamais joué, c’est le fameux Pong ! [Un jeu de ping-pong sorti en 1972]. »

Aidé par sa nièce, l’écrivain a pu donner à ses dialogues une saveur authentique. « Mon langage était archaïque, ma nièce m’a donné des leçons de ce qu’elle appelle le ‘langage jeune’. C’est un langage sympathique, une espèce de créole de français-anglais, d’acronymes, ça fait un mélange dynamique », perçoit l’homme de lettres.

En se penchant sur le 10e art, le Fransaskois étudie les codes d’une génération connectée. « Il y a une fuite de la réalité, c’est certain. Je l’ai vu dans mes exercices. Ils ont un enthousiasme et une imagination absolument infinis pour ce qui est des jeux vidéo. » David Baudemont évoque ainsi ces « mythes du gamer et du hacker », très vivaces chez la jeunesse actuelle. « Comme nous nous avons été portés par Zorro ou Tintin… C’est leur mythologie », conclut-il.


David Baudemont, un auteur qui sait rester jeune

Géologue de formation, David Baudemont est écrivain et dramaturge. Très actif dans la communauté culturelle de la Saskatchewan, il anime des ateliers de création littéraire dans les écoles francophones depuis 2000. Il a publié son premier roman jeunesse Les Beaux jours en 2003, remportant le Prix du livre français en Saskatchewan et le titre de finaliste au prix Saint-Exupéry en France. Il a également écrit la pièce Les trois points de Tryo qui a été jouée en 2017 au festival Petits bonheurs de Montréal.

Âgé aujourd’hui de 60 ans, David Baudemont est né en France et vit dans l’Ouest canadien depuis ses 29 ans. Après sa carrière de géologue, il s’est reconverti dans l’art-thérapie et a fondé sa propre compagnie.

Pour commander Junk City sur le site des Éditions de la nouvelle plume

Imprimer

Comments are only visible to subscribers.

Galerie de photos - Les Mots d'ados

Les mots d'ados - Index

Laissez les bons temps rouler à La Nouvelle-Orléans!

Laissez les bons temps rouler à La Nouvelle-Orléans! 21 février 2020

Laissez les bons temps rouler à La Nouvelle-Orléans!

Le Mardi gras attire des visiteurs qui aiment festoyer, mais La Nouvelle-Orléans offre bien plus qu’une simple foire. Elle nous séduit aussi grâce au panache de sa musique et l’éclat de sa nourriture.

Un cœur d’or

21 mai 2015

Un cœur d’or

Joëlle Lapierre, 9ième année, École canadienne-française de Saskatoon

Je suis à la table avec ma mère et mon père. Tout est silencieux.  Ils me regardent d’une drôle de façon… Ma mère me dit :

     -  Audrey Stéphanie Archer, nous avons quelque chose que nous voulons que tu lises.

Cela ne doit pas être très bon. Mes parents utilisent seulement mon nom au complet quand c’est quelque chose de sérieux. 

 

La fuite

30 avril 2015

La fuite

Texte de Gils Mariani, 9ème année, École Valois, Prince Albert

Je m’appelle Hurley, j’ai 5 ans, et je vis dans l’enclos derrière le garage « Mean Machine ». Mon travail est de faire en sorte que personne n’entre ici.

L’héritage de Jérôme Simard

15 avril 2015

L’héritage de Jérôme Simard

Texte de Roxanne Masson 2015 9ème année, École Monseigneur de Laval, Regina

Il fut un temps : Odienné

11 septembre 2014

Il fut un temps : Odienné

Texte de Deborah Seye

 « Si un jour tu reçois cette lettre, Yohan,  c’est que tout a mal tourné, que le plan est tombé à l’eau. Avant que tu ne te poses plus de questions, nous préférons te laisser comprendre par toi même…

« Une toute petite exagération de rien du tout »

10 juillet 2014

« Une toute petite exagération de rien du tout »

Texte de Marie Hardouin

« Ô Grand Dryadalis! Raconte-nous une histoire! »

Samba et Sogolon la sorcière

11 juin 2014

Samba et Sogolon la sorcière

Il était une fois une sorcière du nom de Sogolon qui vivait dans un village africain appelé Zabota. Elle voulait tuer tous les hommes du village et rendre leurs femmes malheureuses par pure méchanceté. Personne ne savait pourquoi Sogolon agissait ainsi. Dans le village, toutes les femmes s’étaient habituées à la colère de Sogolon et continuaient à vivre leur vie sans s’en préoccuper sauf Samora qui était plus sage, plus belle que toutes les autres.  Elle était malheureuse parce que lorsqu’elle est tombée enceinte, son époux est allé combattre la sorcière et depuis ce jour, personne ne l’a revu.

La légende du cheval enflammé

22 mai 2014

La légende du cheval enflammé

Tout à coup, j’entends un bruit comme un mur qui se brise. Je sursaute et je peux entendre le feu et je commence à sentir la fumée. Rapidement, je prends mon fils par la main et je lui dis qu’on doit se sauver. C’est la quatrième fois cette année que notre maison brûle. Je suis très triste, mais ma peur m’empêche de le montrer. On embarque dans la voiture et on part à toute vitesse. Dans le miroir de ma voiture, je le vois, il est devant ma maison et me regarde. Je ferme les yeux et quand je les ouvre, il a disparu. Était-ce mon imagination?

La potion d’amour

La potion d’amour 1 mai 2014

La potion d’amour

Texte d'Andréanne Lavoie créé dans le cadre du projet Mots d'ados.

Angéline n’est ni belle, ni laide, ni intelligente, ni stupide. Pour dire la vérité, elle est plutôt plate, mais cache un gros cœur tendre. Gustave, son père, propriétaire d’une auberge, a aussi un gros cœur, mais contrairement à sa fille, il a des idées, pour dire le moindre, extrêmes. Gustave a des ambitions pour sa fille et lors de l’arrivée d’un Duc, il saute à l’occasion. Comme sa fille n’attire pas l’œil de celui-ci, il décide d’intervenir… à l’aide d’une potion magique!

RSS
RSS
Back To Top