Close
Éducation

Sciences infirmières : un examen national décrié par les francophones

Première cohorte du programme de sciences infirmières bilingue

Première cohorte du programme de sciences infirmières bilingue

Les sept étudiantes de la première cohorte du programme, offert conjointement par la Faculté de sciences infirmières de l’Université de Regina et Saskatchewan Polytechnic, en partenariat avec La Cité universitaire francophone.
Photo : Avec l’autorisation de l’Université de Regina
La période d’inscription à l'option bilingue du programme collaboratif en sciences infirmières de l'université de Regina est ouverte. Alors qu’une 2e cohorte de sept élèves a fait sa rentrée cet automne, plusieurs s’inquiètent de l’examen national que les étudiants devront passer à la fin de leurs études. Dans le contexte actuel, l’existence même de programmes bilingues devient paradoxale.

Les inscriptions pour la 3e cohorte du Baccalauréat collaboratif en sciences infirmières de la Saskatchewan (SCBScN) sont ouvertes depuis le 1er octobre. À l’automne 2020, sept nouveaux élèves rejoindront les rangs du programme. Au bout de leurs quatre ans d’études, ils devront passer le très redouté NCLEX (National Council Licensing Examination).

Le NCLEX fait trembler bien des candidats. Déjà dans sa version anglaise, le test informatisé en fait baver plus d’un. Si plus de 80 % d’entre eux réussissent malgré tout au niveau national, le taux de réussite tombe de façon vertigineuse à 30 % pour les candidats en français, selon le rapport du Conseil canadien des organismes de réglementation de la profession infirmière.

« La traduction de l’anglais est un cauchemar, dénonce Lily Crist, élève infirmière et présidente de l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne. C’est une source d’échec et de stress pour les élèves infirmières », estime-t-elle. Traduction approximative, ambiguïté des questions, manque de matériel pédagogique en français… « C’est à s’en arracher les cheveux », témoigne l’étudiante. Le NCLEX accumule les défauts au point de devenir un fardeau pour les candidats.

Un vrai paradoxe

Sans surprise, les élèves francophones s’éloignent de la version française. En Ontario, par exemple, tous les finissants de 2016 du programme en français de l’École des sciences infirmières de l’Université Laurentienne ont privilégié la version anglaise. Une vraie ironie quand on sait à quel point il est difficile d’obtenir des programmes en français.

En Saskatchewan, une étude de faisabilité publiée en 2013 indiquait que la province aurait dû disposer de 150 infirmières francophones ou bilingues, contre 70 dans les faits. D’ici 2025, il en faudra plus de 200 selon cette même étude. « Il y a un besoin criant », rejoint Francine Proulx-Kenzle, agente de liaison du programme bilingue de La Cité universitaire de Regina.

Le programme a vu le jour à l’automne 2018 en accueillant la première cohorte de sept étudiants. Les places sont limitées, mais l’espoir est grand : « On vient combler un besoin dans la communauté francophone. Quand on voit nos étudiants du secondaire en écoles francophones et d’immersion, quand on voit tout ce potentiel, avoir un programme comme celui-là est très viable », croit l’agente.

Toutes les provinces ne disposent pas de tels programmes. Lily Crist, qui vit en Colombie-Britannique, n’a le choix que d’étudier en anglais. Au moins, de son côté, les ressources abondent. Car en français, « à part des profs bienveillants, il n’y a pas grand-chose », déplore-t-elle. Aussi, ceux qui étudient les sciences infirmières en français doivent bien souvent se résoudre à opter pour la langue de la majorité. D’autant plus que le test coûte 500 dollars aux étudiants et qu’il ne peut être tenté que trois fois.

La situation semble bien paradoxale. Les étudiants en programmes bilingues ou francophones peuvent s’estimer chanceux, mais du même temps se retrouvent désavantagés. « Pourquoi poursuivre une formation en français si, en fin de compte, tu dois passer un test très rigide en anglais ? », s’interroge Francis LaBossière, président du réseau Santé en français au Manitoba. D’après lui, ce paradoxe pourrait même dissuader de potentiels étudiants de se former en français.

Un problème qui dure

Les critiques ne datent pas d’hier. Le nouvel examen vient en fait tout droit des États-Unis et remplace depuis 2015 le test national conçu initialement au Canada. L’objectif est d’avoir ici un test standardisé, commun à l’Amérique du Nord. Mais depuis son entrée en vigueur, les protestations pleuvent.

La situation a été portée devant les tribunaux à plusieurs reprises au pays. Au Nouveau-Brunswick, une plainte de plusieurs étudiants a mené la commissaire aux langues officielles Katherine d’Entremont à condamner l’Association des infirmières et infirmiers de la province pour avoir manqué d’outils de préparation en français, estimant que la Loi sur les langues officielles avait ainsi été bafouée. En août 2019, une nouvelle plainte a été déposée.

Peu de mesures pour le moment

Le Consortium national de formation en santé (CNFS) dit être conscient des problèmes. Pour répondre à la crise, l’organisme a mis en place un outil en ligne hébergé sur la plateforme de l’Université Laurentienne. « Une solution partielle qui ne représente qu’une infime partie de ce qui est disponible en anglais », concède Lynn Brouillette, présidente-directrice générale de l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), à laquelle appartient le CNFS. De nouveaux fonds de Santé Canada sont en attente pour mettre à jour l’outil.

« L’arrivée de l’examen NCLEX a freiné et même renversé les avancées qui ont été réalisées depuis 20 ans en ce qui a trait à la promotion des études postsecondaires en français », soulève Lynn Brouillette. Cette dernière considère même le dossier comme un exemple des barrières et embûches dans l’accès des communautés francophones en situation minoritaire à la santé en français.

Les inscriptions pour l’option bilingue du programme en sciences infirmières de l'université de Regina sont ouvertes jusqu’au 15 février pour la rentrée de septembre 2020. Avant que des mesures concrètes ne soient prises, les étudiants les plus téméraires devront se confronter au redoutable NCLEX version française au bout de leurs quatre ans d’études.

Imprimer
1293

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

 

Nouvelles du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Lendemains du CSF – rencontre du 22 novembre 2019

Faits saillants de la réunion de la séance régulière du Conseil scolaire fransaskois qui s’est tenue à Régina le 22 novembre 2019.
2 décembre 2019/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Nouvelle embauche au sein du Conseil des écoles fransaskoises

Le conseil des écoles fransaskoises (CEF) est heureux d'annoncer que les services de monsieur Michel Dubé ont été retenus à titre de consultant aux partenariats scolaires communautaires dans la région de Prince Albert.
18 octobre 2019/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Concours : Slame tes accents

Enseignants et éducateurs d’élèves de 12 à 18 ans préparez-vous, le concours international Slame tes accents est de retour alliant nouveautés et surprises! Pour y participer, écrivez un slam de classe et déclamez-le dans une vidéo de 60 à 90...
7 octobre 2019/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/
1345678910Dernière

Theme picker

Le CEF sur Facebook


Back To Top