Close
Éducation
Réjean Paulin

Le devoir des écoles sans ressources

Il faut enseigner la langue et la culture en même temps

Image
Photo : CEF (2015)
« Il faut enseigner la langue et la culture en même temps. Si on ne le fait pas, on est voué à disparaître. » 

Ces paroles sont de Roger Paul, directeur général de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF). On les a entendues devant le Comité permanent du Sénat sur les langues officielles, en présence de la Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) et de la Commission nationale des parents francophones (CNPF), le 26 septembre.

On y a beaucoup discuté de l’aide financière fédérale aux provinces en matière d’éducation en français.

Les propos de M. Paul sont lourds de sens. Ils expriment le devoir de l’école dans les communautés francophones, là où les enfants plongent dans un univers anglophone dès qu’ils mettent le nez dehors, là où l’assimilation va jusqu’à effacer la langue française des mémoires.

En milieu majoritaire, on fait des mathématiques, de l’histoire, de la littérature, de la géographie, des sciences sans se préoccuper de l’identité culturelle. La société est là pour y voir.

C’est une autre paire de manches quand on vit en minorité. L’école doit se faire citoyenne et communautaire pour compenser. Au défi de l’enseignement, s’ajoute la sauvegarde de la langue et de la culture. Pour ce faire, il lui faut plus de ressources que dans une école qui baigne paisiblement dans le milieu culturel et linguistique de ses élèves.

Et c’est là que le bat blesse. Ces ressources pourtant si nécessaires font défaut.

Le gouvernement fédéral a beau verser de l’argent aux provinces pour soutenir l’enseignement en français, il n’a aucun contrôle sur la façon dont il est dépensé. Tous ces fonds n’aboutissent pas toujours en salle de classe, selon Roger Paul.

Il faudrait pourtant s’assurer que les provinces respectent la Charte des droits et libertés, a fait remarquer Percy Mockler, sénateur du Nouveau-Brunswick. Or, c’est impossible actuellement.

Le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, admet lui-même que les contrôles sont déficients. Patrimoine canadien reçoit des rapports de la part des provinces qui ne contiennent que des généralités.

Qui plus est, les ministères de l’Éducation attribuent ces fonds sans consulter les conseils scolaires.

La Fédération nationale des conseils scolaires le déplore. C’est pourquoi elle demande au gouvernement fédéral de moderniser le Protocole d’entente relatif à l’enseignement dans la langue de la minorité et l’enseignement de la langue seconde. 

Ce protocole existe depuis 1970, bien avant que les écoles françaises soient reconnues partout au pays, et surtout, bien avant que toutes les communautés aient le droit d’élire leur conseil scolaire. Il se négocie entre le gouvernement fédéral et le Conseil des ministres de l’Éducation (CMEC). Aucun représentant des communautés francophones n’a un siège à la table.

Puisque rien n’oblige les provinces à consulter sa minorité, elles peuvent déterminer seules l’allocation des fonds en matière d’éducation. Insensé selon la FNCSF.

Pour reprendre une expression qui fait fortune, nous sommes en 2016. Le milieu de l’éducation en français est mieux structuré qu’il l’était avant la Charte des droits. Ses conseils scolaires sont ses porte-parole. La FNCSF veut donc participer aux négociations entre le fédéral et les provinces au sujet du financement. Elle demande que cette participation soit garantie par le prochain protocole, qui entrera en vigueur en 2018.

La Cour suprême de la Colombie-Britannique vient de rendre un jugement qui confirme les craintes de la FNCSF.

Ce jugement reconnaît que le mode de financement actuel est inadéquat. Le système scolaire franco-colombien a besoin de nouvelles écoles. On devra de plus ouvrir un nouveau programme secondaire. Quant aux établissements qui existent déjà, plusieurs sont désuets comparés aux écoles anglaises.

La Fédération des parents francophones de Colombie-Britannique (FPFCB) est heureuse de ce dénouement. Elle espère qu’il servira la cause des autres communautés au pays. Au Nunavut, par exemple, aucun élève n’étudiera en français cette année, faute d’infrastructures… Oui, il fait froid là-haut.

Imprimer
6116

Comments are only visible to subscribers.

Conseil des écoles fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Dernièrement dans nos écoles – Septembre 2018

Toutes nos félicitations à Joëlle à Lapierre de Saskatoon. Cette finissante du PGD de l'École canadienne-française en juin 2018 a fièrement représenté la Saskatchewan au spectacle Jamais trop tôt du Festival international de la chanson de Granby...
4 septembre 2018/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Journée portes ouvertes à l'école du Parc

Plus de 200 personnes ont profité de la soirée portes ouvertes le 30 août dernier pour venir découvrir la nouvelle école du Parc à Regina, tout juste prête pour la rentrée. Il y avait des parents, des élèves et membres de la communauté qui, comme...
4 septembre 2018/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Le CÉF présent au Festival Fête fransaskoise

Le CÉF a participé au Festival Fête Fransaskoise les 6-7-8 juillet dernier à Pike Lake, en collaboration avec se partenaires communautaires. Les familles ont pu participer à notre Rallye découverte et au Rallye nature qui leur offrait la chance...
4 septembre 2018/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/
12345678910Dernière

Le CEF sur Facebook


Back To Top