Close

La vie des élèves du Conseil des écoles fransaskoises

Nos élèves qui façonnent le monde : Les Perreaux

Nos élèves qui façonnent le monde : Les Perreaux

Correspondant du Globe and Mail à Montréal

Je suis allé à l'école de Bellegarde jusqu'en 1989, avant l'avènement de la gestion scolaire francophone. Mon père était francophone et ma mère était anglophone. Je suis Fransaskois. À l'époque, la moitié des cours étaient donnés en français et le reste en anglais. Cela n'était pas cool de parler français. Les religieuses ont tout de même bien réussi à nous faire entrer la grammaire dans la tête. Cela m'a aidé énormément. J'ai poursuivi mes études en anglais. J'ai décroché un emploi de journaliste au StarPhoenix à Saskatoon, puis je suis passé au National Post à Winnipeg. J'ai passé une douzaine d'années sans vraiment parler français, jusqu'en 2003. Après les compressions au journal qui ont mené à des mises à pied, j'ai accepté un poste comme correspondant de l'agence Canadian Press à Québec. C'était la première fois que j'allais travailler dans un milieu majoritairement francophone.

Quand on couvre l'Assemblée nationale, on rencontre des députés de toutes les régions du Québec qui parlent avec différents accents. Je me suis adapté, un peu comme en immersion française. Même si j'avais parfois un français hésitant, mon cerveau avait encore suffisamment de circuits francophones. J'étais un peu étrange aux yeux des politiciens et de mes collègues. On me disait: « tu as un nom francophone », mais tu viens de l'Ouest. Je leur répondais : « On n'est pas beaucoup, mais on est là ».

Aujourd'hui, je suis correspondant du Globe and Mail à Montréal et j'ai trois enfants. Mon plus vieux a dix ans et corrige mes erreurs d'accords en français régulièrement. Il parle même anglais avec un très léger accent français. Dans mon esprit, c'est assez incroyable. Quand je regarde mon parcours scolaire et le compare à celui des jeunes de l'école de Bellegarde aujourd'hui, je ne peux faire autrement que d'admirer leur fierté d'être francophones. Je me dis que le système scolaire a vraiment sauvé les Fransaskois.

Article précédent La construction de nouvelles écoles à Regina, Prince Albert et Saskatoon se fait attendre
Prochain article Nos élèves qui façonnent le monde : Amélie Boutin
Imprimer
3149

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

 

Nouvelles du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Message de la direction générale à l'occasion de la rentrée

Le 8 septembre 2020 Bonjour chers parents et tuteurs, Permettez-moi, en cette rentrée scolaire, de vous remercier pour votre précieuse collaboration dans la réussite de vos enfants, particulièrement depuis plusieurs mois. Je suis sûr qu'avec...
9 septembre 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Quelques rappels au familles du CÉF et mise à jour du plan de reprise des activités

Le 25 août 2020 Chères familles du CÉF, Aux quatre coins de la province, nos équipes s'affairent à préparer un retour en classe mémorable. Nous pouvons l'appeler la rentrée COVID, un incontournable cette année. Ce sera aussi une rentrée truffée...
27 août 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Mise à jour du plan de reprise des activités du CÉF

Le 11 août 2020 Bonjour chers parents et tuteurs, À la lumière des plus récentes informations communiquées par les autorités provinciales, le CÉF a procédé à une mise à jour de son plan de reprise des activités. Cette mise à jour comprend des...
12 août 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/
1345678910Dernière

Theme picker

Cohorte 2019 du CÉF

Félicitations aux élèves de la cohorte 2019 du Conseil des écoles fransaskoises.

Vous pouvez télécharger la section spéciale de l'Eau vive avec les photos des élèves qui ont complété leur 12e année dans une école fransaskoise en juin 2019 (format PDF).

Qualité écran (2 Mb)
Qualité impression (9 Mb)

 

EasyDNNGallery

Back To Top