Close
Réjean Paulin

L’école francophone et les Néo-Canadiens

Je contemple cet impressionnant port de mer qu’est devenu le havre de Saint-Jean à Terre-Neuve, un large ruban d’océan qui entre dans un fjord. Des marins français y ont jeté l’ancre avant que Jacques Cartier ne plante sa croix à Gaspé. Cet abri évoque un paradoxe… La plus vieille présence française en Amérique dans la plus jeune des provinces canadiennes…

Aujourd’hui, Terre-Neuve compte 2600 francophones environ, soit un demi pour cent de sa population. C’est bien peu. Refuge pour les navires, terre rude pour la francophonie.

C’est ici que la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne s’est réunie cette année. Quatorze ministres, soit 10 des provinces, trois des territoires et la ministre fédérale du Patrimoine, y siègent. Tous sans exception affichent la volonté de développer la francophonie. Mais la mixture dévoile un paysage plutôt raboteux quand on survole le pays à la recherche de signes d’ouverture.

Le dossier scolaire est toujours source de tension dans cinq juridictions : la Colombie-Britannique, l’Alberta, la Saskatchewan, les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon. Il aurait été intéressant que la Conférence en parle…

On y a traité quatre dossiers : les services à l’enfance, le tourisme, les services en français et l’immigration.

L’immigration francophone retient l’attention.

De plus en plus, on la voit comme le moyen de changer le cours de l’histoire qui voudrait que la langue française vogue imperceptiblement vers des eaux troubles et des ciels obscurs.

Les francophones au pays perdent petit à petit leur poids démographique. De 25 % de la population canadienne dans les années 80, ils sont tombés à 23%. Ce n’est peut-être pas un gros déclin, mais l’évolution d’un pays se mesure en siècles.

La revanche des berceaux est terminée. Les familles nombreuses ne sont plus que souvenirs nostalgiques sur de vieilles photos écornées, en noir et blanc.

Il faut répondre par l’ouverture en accueillant les immigrants francophones. Comment faire ? En leur montrant que l’on peut vivre en français ailleurs qu’au Québec.

Les membres de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne vont poursuivre cette démarche. Comme c’est souvent le cas dans ce type de pourparlers, on n’en dit pas beaucoup au sujet des mesures concrètes.

Les provinces et le fédéral ont néanmoins convenu de prendre ensemble la voie du développement, celle qui peut conduire au renforcement de la présence francophone sur le territoire.

Parmi les moyens pour attirer ces Néo-Canadiens, pourquoi ne pas nommer les écoles? Les immigrants pensent souvent à l’avenir quand ils quittent leur pays pour en adopter un autre. Or, cet avenir passe par les enfants.

La deuxième consultation publique fédérale sur les langues officielles se déroulait en même temps et dans la même ville que la Conférence ministérielle. La Fédération des parents francophones de Terre-Neuve et du Labrador y participait. Son président, Luc Larouche, avait de quoi faire réfléchir ceux qui veulent intégrer des francophones.

Il connaît une école « temporaire » vieille de 15 ans dans sa province. En face de celle-ci trône une splendide école anglophone. On se sent certainement déchiré, quand on veut que son enfant étudie en français, en choisissant entre château et cabanon.

Promettre aux immigrants francophones de belles écoles qui donneront à leurs enfants autant d’espoir en l’avenir que les meilleures écoles anglophones aurait certainement de quoi les attirer.

On ne parle plus d’intention mais de gestes concrets, de pièces à fabriquer et à assembler. Il faudrait peut-être commencer par régler les problèmes que l’on connaît déjà.

La Poile… Un nom sur la carte de Terre-Neuve. C’est loin, très loin de Saint-Jean, à l’extrémité ouest de l’île, près de Port-aux-Basques. Il y a longtemps, on écrivait La Poële. Inaccessible par la route, on s’y rend par cabotage. Des Français seraient passés par là pour baptiser les lieux à leur façon.

J’ai pensé à ce village quand Luc Larouche, a parlé de l’école qu’il veut pour ses enfants… Loin et inaccessible, et puis à ce tréma effacé, remplacé par un « i » bilingue.


Article précédent Exposition d’arts de l’École Ducharme
Prochain article Lettre des parents: Bernard Roy doit démissioner
Imprimer
12169

Theme picker

Autres nouvelles - Éducation

L'École Mgr de Laval slame ses accents à Regina

L'École Mgr de Laval slame ses accents à Regina

L'école fransaskoise remporte un prix international

Six élèves de la 8e année du Pavillon secondaire des Quatre Vents de l'école de Monseigneur on remporté un des deux Prix du public offerts dans le cadre du concours « Slame tes accents » du Centre de la Francophonie des Amériques.

23 mai 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (390)/Commentaires (0)/
Un vent de solidarité au Canada pour sauver le Campus Saint-Jean

Un vent de solidarité au Canada pour sauver le Campus Saint-Jean

L’appel à l’action de l’ACFA dans le cadre de la campagne «Sauvons Saint-Jean» a été entendu d’un bout à l’autre du pays, et même au-delà de nos frontières. 

19 mai 2020/Auteur: Guillaume Deschênes-Thériault (Francopresse)/Nombre de vues (502)/Commentaires (0)/
Une miniécole de médecine pour y voir clair

Une miniécole de médecine pour y voir clair

Le premier volet de la 24e édition de la Miniécole de médecine de l’Université d’Ottawa s’est consacré entièrement au sens de la vue, présentant l’anatomie de l’œil et jetant les bases de la prévention des troubles de la vision.

19 mai 2020/Auteur: Sébastien Durand/Nombre de vues (531)/Commentaires (0)/
Des élèves fransaskois se livrent face à la pandémie

Des élèves fransaskois se livrent face à la pandémie

Déjà un peu plus d’un mois que les jeunes Fransaskois sont passés de la salle de classe à la table du salon et ont échangé leurs stylos pour un clavier. Comment vivent-ils cette transition et quel regard portent-ils sur la situation?

16 mai 2020/Auteur: Leslie Diaz/Nombre de vues (950)/Commentaires (0)/
La francophonie de l’Ouest menacée : «Sauvons Saint-Jean!»

La francophonie de l’Ouest menacée : «Sauvons Saint-Jean!»

L’Association canadienne-française de l’Alberta, soutenue par plusieurs associations, est partie en croisade pour défendre le Campus Saint-Jean dont l'avenir est menacé par d’importantes coupes budgétaires.

16 mai 2020/Auteur: Geoffrey Gaye – (Le Franco)/Nombre de vues (83)/Commentaires (0)/
Le téléenseignement, une forme de théâtre expérientiel pour Colette George

Le téléenseignement, une forme de théâtre expérientiel pour Colette George

Je me sens un peu plus animée durant mes leçons virtuelles. C'est comme si j'étais une comédienne dans une pièce de théâtre.

14 mai 2020/Auteur: L'Eau vive/Nombre de vues (464)/Commentaires (0)/
Le téléenseignement, une expérience formatrice

Le téléenseignement, une expérience formatrice

J'ai eu le bonheur de vivre l'expérience de l'enseignement à distance il y a une douzaine d'années dans un autre contexte et cette expérience continue d'influencer l'utilisation que je fais de la technologie dans l'enseignement des mathématiques en salle de classe depuis ce temps.

1 mai 2020/Auteur: L'Eau vive/Nombre de vues (830)/Commentaires (0)/
Les jeunes de l’école Père Mercure au fait de l’actualité sanitaire

Les jeunes de l’école Père Mercure au fait de l’actualité sanitaire

J’ai proposé à mes élèves un défi, non obligatoire : faire une capsule vidéo pour la salle de classe au sujet de la COVID-19. J’ai reçu 10 vidéos sur 13 élèves !

30 avril 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (865)/Commentaires (0)/
Pénurie de juristes bilingues : la solution du côté de l’immersion ?

Pénurie de juristes bilingues : la solution du côté de l’immersion ?

Le manque de juges, avocats, procureurs et greffiers bilingues en milieu minoritaire est une réalité de longue date. Mais l’immersion, de plus en plus populaire au pays, pourrait constituer une piste de solution.

14 avril 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (1316)/Commentaires (0)/
Les nouvelles écoles fransaskoises absentes du budget provincial

Les nouvelles écoles fransaskoises absentes du budget provincial

La construction de nouvelles écoles fransaskoises devra attendre

Dans son plan de dépenses de plus de 14 milliards de dollars, rien n’est prévu pour la construction des nouvelles écoles tant attendues par les Fransaskois.

9 avril 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (1204)/Commentaires (0)/
Le CÉF adopte le télétravail et le télé-enseignement

Le CÉF adopte le télétravail et le télé-enseignement

Depuis le 20 mars, les écoles fransaskoises sont fermées en raison de la pandémie de la COVID-19. Le personnel du CÉF opte désormais pour le télétravail et le télé-enseignement.

3 avril 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (1398)/Commentaires (0)/
École à distance : Les élèves du CÉF ont hâte de se brancher

École à distance : Les élèves du CÉF ont hâte de se brancher

Les élèves du Conseil des écoles fransaskoises pourront suivre leurs cours en ligne dès le 6 avril.

3 avril 2020/Auteur: Sébastien Durand – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (1859)/Commentaires (0)/
Le CÉF lance une application pour téléphone intelligent

Le CÉF lance une application pour téléphone intelligent

Le CÉF a dévoilé, le 12 mars 2020 une a,pplication pour téléphone intelligent qui permettra aux familles et aux élèves d'avoir accès en tout temps à l'information dont elles ont besoin.

19 mars 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (1603)/Commentaires (0)/
« Maman, je garde les enfants ! »

« Maman, je garde les enfants ! »

L’Association des parents fransaskois (APF) a offert un atelier sur la garde d’enfants en proposant aux jeunes âgés de 11 à 15 ans la formation Gardiens avertis à Saskatoon le 15 février, à Regina le 22 et à Prince Albert le 29.

12 mars 2020/Auteur: Leslie Garrido Diaz – Initiative de journalisme local – APF/Nombre de vues (1149)/Commentaires (0)/
Le Collège Mathieu formera la relève journalistique dès l’automne

Le Collège Mathieu formera la relève journalistique dès l’automne

Les inscriptions pour le programme de journalisme en français du Collège Mathieu sont finalement ouvertes. 

29 février 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local - APF/Nombre de vues (2246)/Commentaires (0)/
RSS
1345678910Dernière

Theme picker

 

Nouvelles du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Une élève de l’école du Parc nommée Cadet de la Ligue navale du Canada de l’année

Regina, le 25 mai 2020 – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) offre ses plus sincères félicitations à Liliana Borean, une élève de 6e année à l’école du Parc de Regina qui a été nommée Cadet de la Ligue navale du Canada de l’année 2020.
25 mai 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Belle récolte pour le slam des élèves du PSQV au concours « Slame tes accents »

Regina, le 22 mai 2020 – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) est fier d’annoncer que des élèves du Pavillon secondaire des Quatre Vents de l’école monseigneur de Laval ont remporté deux prix dans le cadre du concours « Slame tes accents »...
23 mai 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Trois élèves du CÉF lauréats de bourses du français pour l’avenir

Regina, le 16 avril 2020 – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) est fier d’annoncer que trois élèves de ses écoles sont lauréats de bourses d’études universitaires attribuées dans le cadre du Concours national de rédaction 2019-2020 du...
16 avril 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/
1345678910Dernière

Theme picker

Le CEF sur Facebook


Back To Top