Close
Michèle Fortin (EV)

Des élèves voudraient une heure de... 60 minutes

Kathleen Carter et Samuel Jean, coprésidents du comité d'élèves de l'École canadienne-française de Saskatoon

Kathleen Carter et Samuel Jean, coprésidents du comité d'élèves de l'École canadienne-française de Saskatoon

Photo: Michèle Fortin
SASKATOON - C’est une délégation de jeunes élèves de l’École canadienne-française de Saskatoon, qui a donné le coup d’envoi de l’Assemblée annuelle des électeurs du Conseil scolaire fransaskois. 

Cette délégation, composée d’élèves impliqués dans des activités culturelles et sportives pendant l’heure du dîner, a fait savoir que cette heure n'a que 45 minutes et qu'ils aimeraient bien qu'elle en ait 60.

Armée d’un tableau détaillé, Kathleen Carter, coprésidente du comité d’élèves, a présenté le plan des étudiants pour réaménager l’horaire. Cela paraissait simple et bien pensé. Seulement, les rouages sont complexes pour animer le réseau d’écoles fransaskoises. Réaménager 15 minutes à l'intérieur d'une journée ne serait pas, semble-t-il, une mince affaire. 

Selon Donald Michaud, directeur de l’éducation par interim au Conseil des écoles fransaskoises, la difficulté vient de « l'arrimage des horaires. Il n'y a pas suffisamment de classes ou de groupes pour tenir les enseignants du secondaire occupés à temps plein. Il faut donc les partager avec le primaire, parfois même avec des écoles d’ailleurs par vidéoconférence ». Des parents de Zenon Park, en téléconférence, ont soulevé qu’un tel réaménagement à Saskatoon leur compliquerait la vie.

Monsieur Michaud s'est dit impressionné par la qualité de la présentation, et a dit souhaiter que les élèves participent au comité qui devra évaluer leur proposition.

Imprimer
7166
Back To Top