Close
Art et culture

Ode à la bibliothèque

Image
La Whisper Room de la bibliothèque publique de Regina est un véritable studio d’enregistrement.
Crédit : Regina Public Library

Depuis quelques mois, mon collaborateur Sam Sayer et moi avons commencé un nouveau projet artistique intitulé The Lisms. Ce qui est intéressant avec ce projet, c’est que nous utilisons les ressources du studio d’enregistrement à la bibliothèque centrale, au centre-ville de Regina. 

Avant de commencer The Lisms, Sam et moi faisions partie d’un quartet qui composait de la musique punk appelé Right Now, que nous avons commencé avec deux autres amis en 2020. Sam chante, joue de la guitare et de la contrebasse, et compose ses propres chansons dans son band Jam Slayer. Sam et moi, nous aimons travailler ensemble. Il est créatif, curieux et travaille fort. 

Une des choses que nous avons décidé de faire avec The Lisms est de rendre ce projet plus « numérique ». Pour commencer, chaque chanson que nous sortons sera accompagnée d’une vidéo. À la bibliothèque centrale, il y a un studio pour travailler les vidéos, avec un fond vert (green screen) et trois ordinateurs qui possèdent les programmes requis pour faire de la réalisation de vidéos. 

Pour moi, la vidéo est un nouveau médium à explorer. Mon opinion est que tous les arts, à leur base, racontent des histoires. Cette concentration sur une histoire est une des forces qui rassemble les divers médiums artistiques (théâtre, poésie, chanson, peinture, cinéma, etc.).

Il y a aussi deux assistants qui travaillent à la bibliotech et qui sont dédiés uniquement à ce studio d’enregistrement. Ils sont d’excellentes ressources et m’ont aidé à utiliser l’équipement disponible. Il y a vraiment tout ce dont on a besoin : des microphones, un ordinateur, des programmes, des instruments, etc. On peut même louer des instruments de la bibliotech – j’ai loué un xylophone !

En réfléchissant à cette nouvelle expérience et aventure, je songe au fait que nos bibliothèques sont de véritables bénédictions sociales. Dans un monde qui est toujours imparfait, il me semble que l’idée de la bibliothèque est quelque chose de très spécial et au cœur d’un acte d’amour et d’humanité. 

Je vous invite donc à explorer votre bibliothèque la prochaine fois que vous aurez le temps. À mon avis, elles représentent un de nos trésors, un lieu magique qui préserve la sagesse collective pour les individus de notre société. À la bibliothèque dort une liberté qui se réveille avec l’apparence d’un esprit inspiré et curieux.

Imprimer
1636

Conseil culturel fransaskois

 


 

Le CCF sur Facebook




Back To Top