Close
Art et culture
Le légendaire Jazzlab Orchestra en concert à Saskatoon
Jean-Philippe Deneault

Le légendaire Jazzlab Orchestra en concert à Saskatoon

Fondé il y a 20 ans par le contrebassiste Alain Bédard, le groupe montréalais Jazzlab Ochestra a offert le 19 novembre un concert spectaculaire au Bassment à Saskatoon. Une présence très attendue qui a fait la joie des mélomanes de la ville des ponts.

Lors de la présentation de l’octuor, le directeur artistique de la Saskatoon Jazz Society, Don Griffith, a pu à peine cacher son enthousiasme pour le célèbre ensemble qui est monté sur les planches du Bassment à Saskatoon.

« Ça fait des mois que j’attendais ce moment », lâche le programmateur qui d’ordinaire se place discrètement aux côtés de la console à l’arrière, mais qui, exceptionnellement, était assis aux premières loges pour ne pas manquer une seconde de ce concert sans fausses notes.

Réciproquement, le leader du groupe Alain Bédard s’est dit très ravi de l’accueil chaleureux de l’auditoire et de la compétence du sonorisateur.

« Vous avez une très belle salle. J’aimerais vous offrir à chacun une copie de notre disque, mais malheureusement la compagnie aérienne a perdu notre valise contenant tous nos disques et les vêtements de trois d’entre nous ! », a-t-il lancé au public en fin de spectacle sous une pluie d’applaudissements.

Un véritable incubateur

La particularité du Jazzlab Orchestra est qu’il est constitué de compositeurs de jazz qui sont également des instrumentistes accomplis, à même d’interpréter à tour de rôle les compositions de leurs collègues et de mettre chacune de leurs œuvres à l’épreuve constante.

Cette formule fait du groupe un véritable laboratoire de création de morceaux originaux, techniquement complexes et artistiquement aboutis. Cet incubateur a ainsi enregistré plus de sept disques et tourne sans relâche à l’international dans les plus grands circuits, festivals et salles de concert dédiés au jazz. 

En outre, l’improvisation est à l’avant-plan de la formation. Malgré la rigueur des partitions auxquelles doivent se soumettre les musiciens, le concert a justement offert de nombreux moments forts en improvisation.

Les compositions d’Alain Bédard, interprétées par l’ensemble avec une précision chirurgicale, étaient d’une immense richesse harmonique. La fraîcheur des solos et la performance époustouflante du trompettiste Artem Kovalchuk ont forcé l’admiration des spectateurs. Ukrainien d’origine, ce dernier est au Canada depuis une dizaine d’années et s’est joint il y a moins d’une semaine au groupe en remplacement du trompettiste habituel Jacques Kuba-Séguin.

De magnifiques compositions

Abysse, la composition du pianiste suisse-allemand Félix Stüssi, était d’un lyrisme poignant. « Étant natif de la région des Alpes, j’ai voulu écrire une pièce explorant la tension entre la peur et l’attirance lorsqu’on fait face à un fossé d’une grande profondeur, réelle ou métaphorique », explique-t-il.

Tidal, du tromboniste Thomas Morelli-Bernard, s’est aussi démarquée du lot : « Cette pièce est assez simple, du moins plus simple que les autres. Elle comporte des éléments modaux qui permettent d’alléger le répertoire. Ça permet une certaine ouverture qui est différente au niveau des couleurs harmoniques », précise Alain Bédard.

Moins communs, la clarinette basse et le saxophone soprano courbé étaient joués par la saxophoniste montréalaise Annie Dominique et ont créé de magnifiques couleurs et textures sonores. L’omniprésence des saxophones, interprétés eux aussi avec beaucoup de virtuosité par le Vancouvérois Erik Hove et l’Ottavienne francophile Claire Devlin, était propulsée par le jeu vigoureux et dynamique du batteur québécois Michel Lambert.

En fin de tournée dans l’Ouest canadien, le groupe Jazzlab Orchestra sera bientôt en Guadeloupe pour six concerts et une série de classe de maîtres. Plus de renseignements sur le site web de l’ensemble.

Imprimer
292

Conseil culturel fransaskois

 


 

Le CCF sur Facebook




Back To Top