Close
Art et culture

La joie du théâtre fait son retour avec Pandamour

Image
Dean Stockdale à gauche et Alyssa Billingsley à droite
Crédits : Courtoisie de la Troupe du Jour

L’amour peut-il survivre aux réunions Zoom, à la quarantaine, à la distanciation sociale et aux romances en ligne ? La Troupe du Jour (LTDJ) a répondu à la question avec humour lors de sa tournée provinciale du 23 juillet au 1er août avec la pièce Pandamour

Tous les deux ans, la troupe produit un spectacle estival qui donne lieu à une tournée provinciale. Si 2021 comporte son lot d’incertitudes et de défis inédits, l’équipe a travaillé avec détermination pour produire un spectacle qui fait un retour sur la vie et l’amour pendant la pandémie. Cette année, la troupe s’est rendue à Prince Albert, Saskatoon, Bellevue, Moose Jaw, Regina et Gravelbourg. 

Création et émotions

Image
De gauche à droite : Émilie Dubois, Dean Stockdale et Gabrielle Dufresne, acteurs dans la pièce Pandamour
Crédits : Courtoisie de la Troupe du Jour

L’écriture de Pandamour est le résultat de la collaboration entre les quatre dramaturges Madeleine Blais-Dahlem, Émilie Dubois, Marie-Claire Marcotte et Martine Noël-Maw. Les sessions d’écriture ont été animées par Gabrielle Dufresne qui a partagé la mise en scène de Pandamour avec Bruce McKay et joué l’un des rôles lors de la tournée.

« La tradition du spectacle estival de la Troupe du Jour a toujours été de s’amuser, de trouver la joie, le léger de la chose, explique l’écrivaine Madeleine Blais-Dahlem. Le titre au début était L’amour en temps de pandémie, qui explique sans ambiguïté le point de vue. »

Cependant, revisiter plus d’un an de restrictions sociales est un processus émotionnel. Marie-Claire Marcotte exprime certaines de ces émotions : « En groupe, on a puisé un peu plus dans la comédie, l'absurde qui en est ressorti. Nous étions tous d'accord que la pandémie a apporté beaucoup de peine pour plusieurs, donc le but était de plutôt se pencher sur le comique. On a quand même, par moments, apprivoisé un côté plus triste et sérieux. »

Madeleine Blais-Dalhem revient sur les sacrifices inévitables liés à la pandémie, même pour ceux qui ont eu de la chance sur le plan économique : « Dans nos sessions Zoom, l’accord général était de ne pas avoir peur d’aborder les défis, les moments difficiles de la vie en temps de COVID. Pour Martine et moi, ayant conjoints, maison, cour et travail à domicile, il n’y a pas eu de stress de nature économique. Cependant, le projet m’a fait réaliser que l'absence dans ma vie de mes deux enfants, de leurs conjoints et surtout de mon petit-fils pendant 18 mois était une grande perte. Pour la première fois dans sa vie, mon petit-fils n'a pas eu de Noël chez grand-maman. »

Une catharsis s’est produite pour Émilie Dubois, écrivaine et actrice, lors du processus d’écriture : « Pour ma part, cela m’a fait du bien de mettre en mots des frustrations, des joies, des incompréhensions en lien avec la pandémie », témoigne cette dernière. La dramaturge n’est certainement pas la seule à avoir retiré de tels effets de la pièce, la comédie aidant à faire face au stress émotionnel engendré par la pandémie.

Du théâtre en pandémie

Dean Stockdale
Dean Stockdale joue ici le rôle d'un petit garçon lors d'une conversation Zoom avec sa grand-mère.
Crédits : Courtoisie de la Troupe du Jour

Comme pour bien des projets depuis le début de la pandémie, une atmosphère d’incertitude a entouré la création de Pandamour. « Quand j’ai commencé à travailler sur la pièce en février, les premières émotions qui ont surgi ont été de la confusion et de l’incertitude. On ne savait pas combien de temps le confinement allait encore durer et on ignorait si le spectacle serait présenté live ou en virtuel, confie Martine Noël-Maw. Il y avait beaucoup d’inconnues, mais on s’est lancés dans la création en se disant que peu importe la forme que ça allait prendre, on avait des choses à dire et à partager. »

Bruce McKay, co-metteur en scène de Pandamour ainsi que directeur artistique et co-directeur général de LTDJ, exprime lui aussi le même ressenti : « Nous avons commencé à planifier la tournée il y a un certain temps et il était impossible de savoir quel serait l'état des choses en été. Quels types de restrictions seraient encore en vigueur ? Comment pouvions-nous répéter et partir en tournée en toute sécurité ? Les gens seraient-ils prêts à venir voir du théâtre ? Il fallait essayer d'anticiper les différents scénarios. »

Une ambiance festive

Martine Noël-Maw a assisté à la pièce de théâtre le 24 juillet à Saskatoon et note l’ambiance festive insufflée par l’œuvre : « J’ai été très agréablement surprise. C’est étonnant de voir à quel point l’équipe a réussi à créer un tout cohérent en réunissant nos textes. Le spectacle est beaucoup plus musical que ce à quoi je m’attendais et cela entraîne le spectateur dans une ambiance festive qui fait contrepoids à ce qui aurait pu être lourd comme sujet. Il y en a pour tous les âges et c’est bien rodé. Chapeau ! »

Pour sa part, Émilie Dubois décrit ainsi Pandamour : « Une pièce tout en légèreté... Une pièce qui souligne des faits cocasses et parfois plus émotifs en lien avec la pandémie. Une pièce musicale pour toute la famille ! » Quant à Marie-Claire Marcotte, elle qualifie la pièce de « pot-pourri amusant et divertissant de scènes et interludes musicaux au sujet des hauts et des bas de la pandémie ».

À la suite de la présentation du 30 juillet à Moose Jaw, l’actrice et metteuse en scène Gabrielle Dufresne a exprimé son bonheur de renouer avec le public en chair et en os : « Ça fait du bien d’être accueillis dans les communautés et de retrouver les spectateurs en personne ! » 

Imprimer
2228

Conseil culturel fransaskois

 


 

Le CCF sur Facebook




Back To Top