Close
Art et culture
Marie-Lou Bernatchez
/ Catégories: Arts et culture, Cinéma

Festival Cinergie : un format hybride et de nouvelles initiatives

Image
Crédits : Courtoisie de Corinne Dourlent

La 16e édition du Festival international du film francophone de Saskatoon, ou Cinergie, a eu lieu du 19 au 24 octobre derniers au Roxy Theatre. L’occasion pour le public et les groupes scolaires de visionner une quinzaine de longs et courts métrages canadiens et internationaux récemment sortis, en français sous-titrés en anglais.

« Le début du festival a été assez frileux », regrette Corinne Dourlent, directrice du Festival Cinergie depuis le mois de mai. « Nous avons commencé à avoir plus de festivaliers à partir du vendredi soir [le 22 octobre] et le week-end s’est très bien déroulé. »

Blessée la veille de la lancée du festival, cette dernière a dû faire appel au comité de sélection et aux bénévoles de la Fédération des francophones de Saskatoon pour prendre le relais. « Tout le monde s’est mobilisé pour prendre ma place, j’en suis reconnaissante, c’était beau à voir. »

Rencontre avec les cinéastes

Image
Crédits : Courtoisie de Corinne Dourlent

L’un des événements très attendus était la projection du documentaire Intimités francophones d’eux, produit par Projet Ose en partenariat avec le Centre de la francophonie des Amériques, et la rencontre en personne avec la réalisatrice Anne-Céline Genevois lors de la soirée d’ouverture du festival le mardi 19 octobre. 

« Anne-Céline Genevois était super intéressante, son travail est super important pour la reconnaissance de la francophonie dans l’Ouest », souligne à cet égard Corinne Dourlent.

Le film propose un voyage dans l’Ouest canadien et au Brésil à travers le partage d’une langue, permettant de mieux saisir les concepts rattachés à l’identité linguistique et aux questions d’appropriation de la langue. 

Autre moment fort du festival, la rencontre avec Steve Jodoin, animateur et producteur d’Edmonton. Ce dernier a présenté le quatrième épisode de la deuxième saison de Cowboy urbain dans lequel il se rend en Saskatchewan à la rencontre de plusieurs Fransaskois éleveurs de bétail. 

« Cet homme est un showman, rapporte la directrice, il a retrouvé des festivaliers qui étaient présents lors de son dernier passage à Cinergie il y a quelques années, c’était un beau moment du festival. » La série est disponible sur la plateforme Unis TV.

Des productions d’ici et d’ailleurs

Image
Crédits : Courtoisie de Corinne Dourlent

Grâce à un partenariat avec la plateforme Unis TV, Cinergie a pu offrir au total huit films canadiens, dont deux courts métrages. « Nous avons un comité de huit personnes qui sélectionnent les films. Avec la COVID, nous avons eu beaucoup de difficultés à trouver des films internationaux en français, explique la directrice, donc on a dû retourner jusqu’à 18 mois en arrière, alors qu’habituellement ils doivent avoir été réalisés dans l’année. »

Malgré tout, la responsable indique recevoir spontanément des films de beaucoup de réalisateurs autonomes et reste en relation avec des maisons de distribution partout dans le monde. Elle se dit ainsi surprise de voir le vaste éventail de productions francophones internationales.

« C’était vraiment intéressant de faire la sélection, nous avons présenté un dessin animé sicilien dont la version originale est en français, même chose pour la Chine, donc il y a des films de partout qui sont produits en français », se réjouit Corinne Dourlent.

De nouvelles initiatives

Image
Crédits : Courtoisie de Corinne Dourlent

La direction du festival avait démarré plus tôt cette année une collaboration avec le restaurant Picaro de Saskatoon qui offrait 10 % à tous les festivaliers. Elle souhaite désormais instaurer un autre partenariat avec un hôtel pour la prochaine édition. 

« Ceci permettrait d’ouvrir le festival aux gens qui sont de passage, et aussi de relancer l’économie qui souffre en ce moment », mentionne la directrice, qui se réjouit aussi de la visibilité apportée au festival grâce à la diffusion d’Unis TV à travers le pays.

Autre nouveauté cette année, le festival a collaboré avec Sylvain Dessureault, un acteur basé à Sherbrooke, au Québec, pour la réalisation de capsules publicitaires. « Je voudrais le remercier car il a réalisé une capsule en même pas dix jours et il a fait un travail incroyable avec le peu de temps et de moyens », souligne Corinne Dourlent. 

Le comité de Cinergie explore la possibilité d’offrir le festival sur deux fins de semaine au lieu des soirées en semaine. La 17e édition aura lieu pendant la dernière partie du mois de mai 2022, toujours en format hybride.

Imprimer
786

Conseil culturel fransaskois

 


 

Le CCF sur Facebook




Back To Top