Close

Navigation du site

Categories

Agenda

L'Eau vive sur Facebook

L'eau vive sur Twitter

Le défilé de la Fierté gaie fête ses 25 ans à Regina! Le défilé de la Fierté gaie fête ses 25 ans à Regina!

Le défilé de la Fierté gaie fête ses 25 ans à Regina!

Les temps changent... pour le mieux

6721
Samedi dernier, le 14 juin 2014, plus de 350 participants officiels – politiciens, entreprises, organismes communautaires, dont PFLAG (Parents, Friends and Family of Lesbians and Gays) et plus de 2 000 participants de la communauté en général, ont défilé sur les axes principaux du centre-ville. En 1989, ce n’était qu’un petit groupe de personnes qui avaient pris leur courage à deux mains pour oser marcher avec fierté dans les rues de Regina.
Journée nationale des autochtones: « L’Éducation, c’est le nouveau bison! » Journée nationale des autochtones: « L’Éducation, c’est le nouveau bison! »

Journée nationale des autochtones: « L’Éducation, c’est le nouveau bison! »

Entretien avec Cherish Deegan, présidente de la Regina Aboriginal Professional Association (RAPA)

5570
Cette journée a d’abord été célébrée en 1996. À Regina, cela a commencé en 2007 avec le soutien des commerces locaux et des associations autochtones. Puis, en 2008, la mairie et le gouvernement de la Saskatchewan ont suivi. En 2009, le 4 juin, la députée, Jean Crowder...
Lettre des parents mobilisés Lettre des parents mobilisés

Lettre des parents mobilisés

Position des parents mobilisés à la lumière des enjeux récents concernant la gestion des écoles fransaskoises:...
5964
Première183184185186187188189190191192Dernière

Le Fil fransaskois

Elizabeth May en visite à l’Ile-du-Prince-Édouard. Le Parti vert profite de son élan.

Francopresse
La Voix acadienne, IPÉ. Lors d’une visite, la cheffe du Parti vert du Canada, Elizabeth May, le chef du Parti vert de l’Î.-P.-É. a salué la position des Verts dans les sondages. Certains placent le parti à 34 % des intentions de vote.

En visite à l’Île-du-Prince-Édouard dans le cadre de sa tournée « Place aux communautés », la cheffe du Parti vert du Canada, Elizabeth May, était présente le 12 février à Charlottetown. Elle a écouté les préoccupations de l’auditoire, en grande partie des membres du Parti vert de l’Î.-P.-É. Son chef, Peter Bevan-Baker, était également de la partie.

 

Ericka Muzzo (La Voix acadienne)

 

La Voix acadienne, IPÉ. Lors d’une visite, la cheffe du Parti vert du Canada, Elizabeth May, le chef du Parti vert de l’Î.-P.-É. a salué la position des Verts dans les sondages. Certains placent le parti à 34 % des intentions de vote.
Les partisans étaient nombreux pour accueillir la cheffe du Parti vert du Canada. Plusieurs ont eu l’occasion de poser des questions ou de faire entendre un témoignage. Photo : Éricka Muzzo, avec l’autorisation de La Voix acadienne

D’entrée de jeu, Peter Bevan-Baker a salué la bonne position du Parti vert dans les derniers sondages, dont certains le placent à 34 % des intentions de vote. « Imaginez ce que l’on peut faire avec 34 %, si on a accompli tant de choses avec seulement 4 % [des intentions de vote aux élections de 2015] », a-t-il avancé, suscitant des applaudissements fournis.

Certains observateurs estiment que le Parti vert pourrait, pour une première fois, former un gouvernement à la suite des élections provinciales imminentes à l’Î.-P.-É. Elizabeth May y voit le signe de la force du parti et d’un dynamisme inédit au niveau fédéral. « Je suis très déçue par Justin Trudeau, qui est en train d’épuiser mes capacités de bénéfice du doute », a mentionné la cheffe du Parti vert, citant les promesses non respectées du gouvernem

Le vote proportionnel naitra-t-il à l’Île-du-Prince-Édouard?

Francopresse
Francopresse. La question de la réforme électorale, qui fait l’objet d’un référendum à l’Île-du-Prince-Édouard, risque de hanter le premier ministre durant la campagne fédérale de 2019.

La décision de Justin Trudeau de renier sa promesse de réforme électorale il y a deux ans risque de hanter le premier ministre durant la campagne fédérale de l’automne. Un référendum sur le vote proportionnel ce printemps à l’Île-du-Prince-Édouard pourrait propulser l’enjeu au plan national. Comme le Parti vert de la province, la réforme aurait le vent dans les voiles.

 

Jean-Pierre Dubé (Francopresse)

 

Francopresse. La question de la réforme électorale, qui fait l’objet d’un référendum à l’Île-du-Prince-Édouard, risque de hanter le premier ministre durant la campagne fédérale de 2019.
Des membres de Représentation équitable au Canada réunis à la veille du référendum de 2018. Parmi les résultats documentés de la proportionnelle, on compte une hausse du vote des jeunes et du nombre de femmes élues. Photo : avec l’autorisation de Représentation équitable au Canada

Après l’échec d’un référendum en Colombie-Britannique sur cette question en décembre 2018, la perspective d’une victoire à l’Ile-du-Prince-Édouard anime Représentation équitable au Canada (REC). L’organisme multipartisan a repris en janvier sa campagne nationale pour encourager les citoyens à soutenir les partis et les candidates et candidats favorables à la réforme du système électoral.

Le président Réal Lavergne sonne la charge face à la résistance au changement. « Nous ne pouvons plus nous satisfaire de promesses.

Règles douloureuses : la piste de l’ostéopathie

Francopresse

Est-ce que le traitement ostéopathique peut contribuer à soulager les règles douloureuses et améliorer la qualité de vie des femmes? Voilà la question à laquelle Andrée Lavergne, étudiante en 6e année au Canadian College of Osteopathy, va tenter d’apporter une réponse. Elle travaille en effet sur sa thèse de fin d’études qui porte sur un sujet pointu : soulager les règles menstruelles ou la dysménorrhée, en termes scientifiques.

 

Marie Berckvens (La Liberté)

 

Andrée Lavergne mène une étude sur l’ostéopathie comme traitement efficace des règles douloureuses. Elle recherche encore une vingtaine de femmes, pour tester son postulat de base. Photo : Marie Berckvens, avec l’autorisation de La Liberté

Andrée Lavergne puise sa motivation dans son expérience personnelle. Longtemps concernée par ce souci, elle veut aujourd’hui aider les femmes et les professionnels de la santé.

Une capsule du temps enterrée pour 50 ans

La Liberté
La première fin de semaine laisse présager un 50e Festival du Voyageur qui remplira les objectifs des organisateurs. Météo et technologie y auront contribué. Par Camille Harper Gabriel et Marcelle Forest ont été les Voyageurs officiels en...

Programme de contestation judiciaire : L’AFO dépose des demandes

Francopresse

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a déposé des demandes au Programme de contestation judiciaire (PCJ) concernant l’Université de l’Ontario français (UOF) et le Commissariat aux services en français.

 

Sylvie Branch (Le Droit)

 

Le président de l’AFO, Carol Jolin. Photo : archives, avec l’autorisation du journal Le Droit

L’organisme qui milite pour la défense des droits des francophones en Ontario a voulu « explorer ses options » en soumettant des dossiers dans le cadre de la première ronde de demandes.

« On sait ce que ça coute quand on s’en va du côté légal et qu’on paie des avocats. Pour nous, c’est extrêmement important que ce programme soit revenu sur les rails. Si on doit aller devant les tribunaux, il faut qu’on soit équipé pour le faire sur le plan financier », soutient Carol Jolin, président de l’AFO.

De son côté, le recteur par intérim de l’UOF, Normand Labrie, confirme qu’aucune demande de financement n’a été faite par son organisation.

Plus de 60 demandes ont été soumises au Programme de contestation judiciaire (PJC) qui a été rétabli en novembre dernier. Du nombre, 28 concernent les droits en matière de langues officielles et 34 sont au sujet des droits de la personne.

 

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Droit.

« On aimerait peindre la province en vert »

Francopresse

Avec la reprise des travaux à Queen’s Park mardi, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) prévoit poursuivre la mobilisation et militer pour l’indépendance du Commissariat aux services en français et pour le financement de l’Université de l’Ontario français (UOF).

 

Sylvie Branch (Le Droit)

 

Près de 18 000 personnes ont joint le mouvement de La Résistance depuis sa création. Photo : archives, avec l’autorisation du journal Le Droit

« On veut garder ça vivant, on veut que les gens continuent à nous suivre et qu’ils joignent La Résistance », explique Carol Jolin, président de l’AFO.

Près de 18 000 personnes ont joint le mouvement de La Résistance depuis sa création il y a trois mois — alors que le gouvernement de Doug Ford sabrait le projet d’université et le poste de commissaire aux services en français — et quelque 69 000 $ ont été récoltés. L’AFO entend poursuivre les efforts au cours des prochains mois afin de mobiliser plus de gens et renflouer les coffres.

Jolin assure que les discussions se poursuivent avec le bureau de la ministre ontarienne des Affaires francophones, Caroline Mulroney, afin de militer pour que la province fasse une demande de financement au fédéral concernant le projet d’université de langue française.

Le Commissariat aux services en français doit passer sous l’égide de l’ombudsman dès le 1er mai. Une mobilisation doit avoir lieu d’ici cette date, mais l’AFO est en train de jauger les options avant de décider si ça prendra la forme d’une manifestation.

L’objectif au cours des prochai

Facebook, grand sauveur des journaux?

La Liberté
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés. En janvier dernier, le géant du Web a promis 300 millions de dollars pour divers projets de journalisme local censés aider les médias affectés par...

Hého!

La Liberté
L’équipe de La Liberté a arpenté les allées de la 50e édition du Festival du Voyageur durant les premières journées et soirées de célébration. Familles et amis se sont bousculés pour assister aux animations et concerts que proposaient les...
RSS
12345678910Dernière
Back To Top