Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
23 mars 2017
Menu
Communautaire - Actualité

Actualité communautaire

Quel avenir pour le couvent Jésus-Marie?

Gravelbourg se mobilise pour sauver un joyau de notre patrimoin

Auteur: Jean-Pierre Picard/7 mars 2017/Catégories: Communautaire, Gravelbourg, 2017

Couvent de Gravelbourg

Couvent de Gravelbourg

L’architecture, les boiseries et les nombreuses toiles de l’aile nord du couvent offrent un effet saisissant.

Photo: Jean-Pierre Picard (2018)
GRAVELBOURG - Depuis sa construction en 1918, c’est la première année scolaire qui voit les couloirs du couvent Jésus-Marie de Gravelbourg rester déserts. Le silence règne dans les 90 000 pieds carrés de l’imposant édifice. Presque centenaire, il a vu des générations d’élèves sillonner ses couloirs comme en témoignent les nombreuses photos de finissants qui ornent encore les murs. Avec son architecture riche en boiseries et ses nombreuses peintures ramenées d’Europe, l’ancien Collège Thévenet ne peut qu’émerveiller. Mais c’est un émerveillement teinté d’inquiétude car l’avenir de l’édifice se joue en ce moment.  Est-ce que ce monument à un pan de l’histoire fransaskoise ne survivra qu’en photos? 

L’avenir du couvent est un sujet qui divise la communauté de Gravelbourg. D’un côté il y a des résidents soucieux du fardeau fiscal que peut représenter cet édifice pour une municipalité d’environ 1 000 personnes. De l’autre, il y a ceux qui mettent tout en œuvre pour éviter de voir une pièce du patrimoine architectural disparaître. Ils ont mis sur pied le comité Les amis du couvent et travaillent activement pour assurer la survie de l’édifice. L’Eau vive a rencontré deux membres du comité, André Moquin et Louis Stringer, pour une visite de l’édifice.

Au-delà d’une visite des lieux, c’est un voyage dans les souvenirs que nous ont offert nos guides. Chaque détour d’un couloir amenait son lot d’anecdotes qui rappellent qu’au delà de la brique et des boiseries, ce sont des pans de vies que ces couloirs ont abrités. André Moquin s’est arrêté un instant devant l’une des nombreuses portes et s’est tourné vers nous, ému, pour dire « c’est la première classe où j’ai enseigné en 1966 ».

Trouver une vocation à l’édifice

Afin d’éviter que l’avenir du couvent ne se joue uniquement avec des colonnes de chiffres (15 millions pour rénover vs 4 millions pour démolir), il faut trouver une vocation à l’édifice.

Une des pistes qui suscite de l’intérêt est de le convertir en un bâtiment à usages multiples dont une grande partie pourrait être un centre d’excellence en soins pour personnes souffrant de démence, avec la possibilité de logements, tout en conservant une vocation se rattachant aux arts dans la partie nord du bâtiment. Monsieur Stringer affirme que s’il s’avère impossible de sauver le couvent, il faut au moins préserver cette partie nord qui est un véritable joyau architectural.

Le comité Les amis du couvent a déjà fait des activités de levée de fonds et a même eu une confirmation d’une contribution de 200 000$ de la municipalité de Gravelbourg pour faire avancer les études sur les coûts reliés aux réparations et au développement de divers scénarios.

Mais il faudra agir vite car certaines parties de la structure continuent de se détériorer. Au cours des dernières années, la division scolaire Prairie South s’est contentée de colmater le toit qui a un grand besoin d’être remplacé. Lorsque l’on visite le dernier étage, inutilisé depuis des années, on constate les nombreuses traces d’infiltration d’eau et de moisissure.

La Société centrale d’hypothèque et de logement est une source de financement qui pourrait appuyer le projet, mais, comme le rapporte Louis Stringer, « il nous ont dit qu’il ne donnerait rien en ce moment car le projet n’est pas ‘shovel ready’ ».


Couvent Jésus-Marie: un peu d’histoire

Fondée en 1816, à Lyon, France, par Claudine Thévenet, la communauté des Soeurs de Jésus-Marie est arrivée au Canada en 1855, à Lévis, Québec. En 1915, Mère Sainte-Émilienne et quatre autres religieuses arrivent à Gravelbourg et prennent la relève de l'école publique dès le 1er septembre. La communauté de Gravelbourg est alors en pleine croissance et l'école devient vite trop petite. Les religieuses décident de bâtir un couvent et le Canadien Pacifique leur donne un terrain de 30 acres. En 1918, l’édifice abrite le Collège Thévenet qui peut recevoir 80 pensionnaires et plus d'une centaine d'externes.

En 1995, le gouvernement a attribué la désignation Lieu historique national du Canada des Établissements-Religieux-de-Gravelbourg à l’ensemble formé par la co-cathédrale, l’évêché et le couvent Jésus-Marie.

En 1997, le couvent a été remis à la division scolaire Golden Plains.  En 2006 il est pris en main par la division scolaire Prairie South qui finira par quitter l’édifice à l’automne 2016 avec la construction d’une école plus petite qui correspond plus à ses besoins.

 

Imprimer

Nombre de vues (1370)/Commentaires ()

Votre nom
Votre adresse email
Objet
Entrez votre message ...
x

Le Portail fransaskois

Nouvelles de l'ACF

3 nouveaux projets pour les communautés -

liés au mieux-être, à l’apprentissage du français et aux camps d’été.

Déclaration en chambre et levée du drapeau fransaskois,

Saskatchewan Gallery, rez de chaussé du Palais Législatif à Regina

La francophonie en 3D : Diversité, Dualité, Dynamisme!

La Fondation canadienne pour le dialogue des cultures amorce aujourd’hui la 19e édition des Rendez-vous de la Francophonie

Camp voyageur 2017

La période d’inscription pour l’été 2017 est commencé.

Affiche ta francophonie!

Nouveaux t-shirts en vente pour les Rendez-vous de la francophonie 2017
24 février 2017/Auteur: Assemblée communautaire fransaskoise/
RSS
12345678910Dernière