Close

En quelques mots

 

 

Jeffrey Klassen

La diversité linguistique, une sagesse africaine

Afrique
Crédit : James Wiseman on Unsplash

On entend souvent dire que l’avenir de la Francophonie se trouve en Afrique. Cette proposition relève de l’accroissement démographique au sein des pays africains dans lesquels le français est parlé. On pourrait aller plus loin en admettant que l’avenir de la Fransaskoisie dépend en partie de l’immigration francophone issue de ce continent.

L’arrivée de ces francophones est une aubaine pour les institutions fransaskoises tant ils apportent avec eux une richesse linguistique.

J’ai discuté avec mon collègue Henri Biahé, professeur de l’Université de la Saskatchewan, lui aussi linguiste, et d’origine camerounaise. En lui parlant, il m’est rapidement et clairement apparu que le sujet du français en Afrique était aussi vaste que ce continent aux 54 pays.

Dans son pays natal, le Cameroun, le français n’est qu’une langue parmi 300 environ, et « être multilingue relève de la norme ». Cette situation se démarque de l’écrasante majorité des pays occidentaux où s’est imposée l’idée qu’une nation signifie une seule langue, un seul territoire.

On ne peut donc parler d’un « accent africain », car même dans un seul pays on trouvera plusieurs accents, chacun influencé par les différents systèmes phonologiques des langues locales.

Henri Biahé utilise le terme « porosité linguistique » pour décrire la situation en République du Cameroun. Ce pays de 27 millions d’habitants situé en Afrique centrale a comme langues officielles le français et l’anglais. Une preuve de cette porosité linguistique est l’existence du camfranglais, une langue mixte qui mélange le français, l’anglais et des éléments locaux.

Henri Biahé m’a donné un exemple concret d’une phrase camfranglaise. Il m’a gi fap kollo signifie « Il m’a donné cinq mille (francs CFA) ». Le verbe gi vient de l’anglais give (« donner »), et le mot fap signifie cinq (de l’anglais five). Le mot kollo est issu d’une langue locale.

Le camfranglais a été inventé par les jeunes, et s’utilise de manière informelle. Henri Biahé a effectué une partie de ses recherches doctorales au sujet de cette langue mixte. Étudiant à Dalhousie, il a pu comparer la dualité anglais-français dans son propre pays ainsi qu’en Acadie, où le chiac peut également se caractériser par une certaine mixité.

À la fin de notre conversation, j’ai soulevé le fait que, dans ses propos, mon collègue aime bien se servir de proverbes pour communiquer la vérité d’une situation. Est-ce un phénomène « africain » ?

Cette question l’a fait rire, et il rappelle un constat de l’auteur nigérian Chinua Achebe : « Les proverbes sont l’huile de palme qui fait passer les mots avec les idées. » Achebe utilisait la métaphore de l’huile de palme parce que, dans l’Afrique traditionnelle et précoloniale, et plus exactement chez les Igbos du Nigeria, l’huile de palme était souvent utilisée comme sauce pour manger des féculents comme l’igname, les rendant plus appétissants.

D’après Henri Biahé, les proverbes reviennent dans le discours oral en Afrique parce qu’ils ont la capacité de transmettre la sagesse et l’expérience vécue des ancêtres. Nous avons la chance en fransaskoisie de goûter à cette richesse.

 

 

Imprimer
486

Comments are only visible to subscribers.

Index - En quelques mots

Previous Next
Back To Top