Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
Sunday, September 23, 2018
Menu
Nouvelles récentes

 - Sunday 23 September 2018

Event date: 7/2/2017 3:15 PM - 7/8/2017 8:00 PM Export event

Event Location: Regina Unitarian Church, 2700 College Avenue, Regina.

Théâtre Oskana

The Betrayal de Laurier Gareau au Fringe de Regina

Voyage dans l'histoire des Métis

Laurier Gareau dans le rôle de Gabriel Dumont

Laurier Gareau dans le rôle de Gabriel Dumont

Photo: Guy Michaud (2017)
REGINA - C'est dans le cadre du festival de théâtre éclectique Fringe Festival, du 2 au 8 juillet, que le théâtre Oskana, seule troupe de théâtre communautaire en français de Regina, présente The Betrayal de Laurier Gareau. Si la pièce est jouée en anglais, c’est faute d’avoir pu trouver un acteur francophone pour se joindre à l’aventure. Cet aléa ne diminue en rien un texte magistral, surtitré en français, qui prend vie sur scène au profit d’un voyage dans le temps qui ne saurait laisser indifférents les spectateurs. 

Conçue d’abord comme une pièce radiophonique en français, The Betrayal ou La Trahison, a ensuite été adaptée pour la scène, lorsque l'auteur, alors étudiant au Département de théâtre de l’Université de l’Alberta, l’a reprise comme projet d’écriture sans pour autant rencontrer d’intérêt en termes d’adaptation pour la scène. C’est la version anglaise de la pièce, jouée dans le cadre du Fringe Festival d’Edmonton en 1985, qui lui permettra de la publier en anglais un an plus tard, à l’occasion du 100e anniversaire de la résistance des Métis à Batoche.

C’est donc la version de 1986 que la dizaine de spectateurs du Fringe Festival de Regina ont eu la chance de redécouvrir dans la pénombre de l’Église unitarienne de Regina, ce dimanche 2 juillet, lors de la première des six représentations programmées. En effet, Laurier Gareau n’a pas manqué de souligner, lors de la cérémonie d’ouverture du festival à l’Artesian de Regina, le vendredi 30 juin, que les mots du dramaturge peuvent avoir un impact différent en fonction de la culture dans laquelle ils sont joués.

Il a ainsi invité le public de tout horizon à venir voir la pièce de 60 minutes, mise en scène par Guy Michaud, un habitué du Théâtre Oskana où il a monté plusieurs pièces. Sur scène, deux acteurs: Laurier Gareau, qui interprète Gabriel Dumont, et Jeff Ring, qui joue le père Moulin, dans un huis-clos en un acte. La conversation entre les deux hommes se passe en 1905, soit 20 ans après la bataille de Batoche. Dumont reparcourt avec son vieil ami les sentiers de l’Histoire.

Peut-être est-ce la simplicité désuète de l’Église unitarienne ou celle des décors réduits au plus strict minimum qui donne une certaine âpreté à la représentation, interpellant aussi le spectateur par sa lenteur initiale. Le temps pourrait s’arrêter là, avec Dumont dans son rocking-chair et le père Moulin dans sa soutane. Pourtant, la clarté de la diction de Ring, sa composition du personnage autant que la fougue fatiguée de Gareau dont l’imposante figure scénique fait oublier la nudité des lieux, parviennent au fil des répliques à instaurer une autre temporalité.

Ainsi, la conversation amicale devient dispute sur fond de questionnement éthique puisque la trahison n’est plus l’apanage d’un camp ou de l’autre mais bien plutôt un conflit interne avec lequel il faut apprendre à vivre. Les injonctions du père Moulin à « regarder de l’avant » se heurtent sans relâche à la réalité du futur qui, pour Dumont, est la mort. Elle est à la fois l’horizon des choses et le prétexte de la conversation puisque sa visite est motivée par son désir de se faire enterrer sur la colline qui domine la rivière Gros-Ventre, là même où se trouve le cimetière catholique. Il y a donc une circularité dans la pièce, qui se retrouve dans ses thèmes mais aussi ses termes.

En effet, il y a dans l’interchangeabilité des accusations et de la culpabilité une tension qui s’élabore sur fond de paradis perdu. Et c’est sans doute le tour de force de The Betrayal que de faire naître avec la plus grande économie de moyens une vision de l’Histoire qui réussit à ravir le public, dans un contexte culturel on ne peut plus diffèrent. Kenneth Brown, un spectateur enthousiaste et sensible à la magie du territoire de Batoche qu’il a visité il y a plus de 15 ans, considère que la pièce « permet vraiment de retrouver la mémoire de cette histoire. »

Plus encore, The Betrayal crée une mémoire de cette histoire pour ceux qui la méconnaissent. On ne peut donc que souhaiter que davantage de spectateurs y assistent ou se procurent une copie du texte disponible dans les deux langues, à la fin des représentations.

Laurier Gareau dans le rôle de Gabriel Dumont

Horaire des représentations:

  • 2 juillet, 2017 3:15pm
  • 3 juillet, 2017 9:15pm
  • 4 juillet, 2017 7:15pm
  • 5 juillet, 2017 1:45pm
  • 7 juillet, 2017 5:45pm
  • 8 juillet, 2017 7:45pm
Regina Unitarian Church, 2700 College Avenue, Regina.

Print
1456

Navigation du site

Categories