Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
Monday, September 24, 2018
Menu
Nouvelles récentes

 - Monday 24 September 2018

AJEFS
/ Categories: Chronique juridique, 2015

Les mauvais traitements, la négligence et l’âgisme

Les mauvais traitements et la négligence sont des actes ou des comportements de la part d’individus qui causent un préjudice à une personne. Il peut s’agir d’un membre de la famille, d’un ami ou d’un fournisseur de soins. Bien souvent, l’individu qui maltraite une personne se trouve dans une position de pouvoir et d’influence. Ces actes peuvent être un seul incident isolé ou de comportements répétés.

Quels sont les différents types de mauvais traitements dont une personne peut être victime?

Les mauvais traitements et la négligence se manifestent sous plusieurs formes : l’exploitation financière, la violence psychologique, la violence physique, la négligence, l’exploitation sexuelle ou  le dénigrement spirituel. 

Qu’est ce que l’âgisme?

L’âgisme est une attitude sociale négative à l’égard des personnes plus âgées.  C’est une personne ou un groupe qui traite les personnes plus âgées comme une « préoccupation » ou « problème » plutôt qu’un membre important de la société. L’âgisme repose sur des croyances négatives sur le vieillissement.

Les personnes qui font des suppositions sur l’âgisme regardent les personnes plus âgées de manière humiliante, discriminatoire ou dédaigneuse. Ces attitudes peuvent conduire à la violence à l’égard des personnes âgées et à la discrimination fondée sur l’âge. 

Voici un exemple,

« Tandis qu’il attendait un café à une table au restaurant, Mathias a entendu l’un des serveurs dire : « Nous ne devrions pas servir les personnes âgées. Tout ce qui font c’est de s’assoir toute la journée. »  Contrarié et humilié, Mathias est parti et n’est plus revenu. »

Pour plus de renseignements, veuillez consulter le guide « Améliorer la Sécurité et la dignité des aînés; moi je m’engage comme citoyen » au www.ajefs.ca.    
Previous Article Douze jurés en colère : Un texte intemporel
Next Article Le commissaire aux langues officielles à la rescousse de la minorité anglo-québécoise
Print
3767

Navigation du site

Categories