Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
Monday, September 24, 2018
Menu
Nouvelles récentes

 - Monday 24 September 2018

Pascal Lévesque
/ Categories: Société, 2016

La cause LGBT en Saskatchewan : des progrès certes, mais...

Entretien avec Guy Michaud

Guy Michaud

Guy Michaud

27 ans après la première Semaine de la fierté gaie organisée en 1989 à Regina, la cause LGBT a fait du progrès en Saskatchewan et plus généralement en Occident. Pourtant la fusillade d’Orlando montre que l’homophobie est encore bien présente et que la lutte pour les LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres) continue. Nous nous sommes entretenus avec le dramaturge Guy Michaud sur ces questions.

Comment les choses ont-elles évolué en Saskatchewan depuis la première Semaine de la fierté gaie en 1989?

Une des choses qui, je pense, a changé, c’est le fait que l’orientation sexuelle est entrée dans les chartes provinciales et canadiennes des droits de la personne. Les LGBT saskatchewannais ont pu se prévaloir de ces droits. On peut entre autre penser à cet homme qui a inondé les boîtes aux lettres de Regina et Saskatoon avec des pamphlets dénonçant la fierté gaie et l’homosexualité. On a pu aller devant la Commission des droits de la personne qui l’a condamné. Sans les chartes, on serait encore en train de se battre. Les premières parades de la fierté gaie sont aussi arrivées, un peu sur le tard, découlant de cette mouvance qui a demandé au gouvernement de se déniaiser. Ça ne s’est pourtant pas fait du jour au lendemain, cela a pris beaucoup de lobbying. On a emboîté le pas à certaines provinces qui étaient en avance sur nous, mais la Saskatchewan a été l’une des premières provinces à entériner les mariages de même sexe. (NDLR : Le 5 novembre 2004 un jugement de la Cour du banc de la Reine en Saskatchewan a décrété que l’interdiction des mariages entre partenaires du même sexe allait à l’encontre de la Charte des droits et libertés)          

 

Que pensez-vous de l’état de la culture LGBT en Saskatchewan?

Il n’y a pas vraiment de village. C’est plus difficile parce que la communauté est peut-être vingt ans en retard sur des villes comme Montréal, Toronto, Vancouver et Winnipeg. Le village c’est quelques clubs à Regina et à Saskatoon. Il y a encore des craintes de s’afficher, malgré toutes les protections législatives. On ne verra pas deux gars dans le Parc Victoria se tenir main dans la main. Moi, je n’en ai jamais vu sauf au club, ou pendant la parade gaie où les gens vont être un petit peu plus libérés parce qu’ils ne sont pas seuls. L’homophobie existe, elle est peut-être moins visible qu’il y a vingt ou trente ans, mais elle est encore là.

 

Plusieurs de vos pièces traitent de l’homosexualité ou du moins présentent des personnages homosexuels. Quelle place prend la cause LGBT dans vos œuvres?

J’ai écrit des pièces dans les années 1980 qui traitaient du sida et par ricochet certains de mes personnages étaient gais. Je donnais aussi la voix à des jeunes. Même aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de pièces de théâtre qui sont écrites pour les jeunes et encore moins pour les jeunes LGBT.

 

La tuerie d’Orlando a été un électrochoc. Que peut-on tirer des événements?

La situation canadienne et la situation américaine sont totalement différentes ne serait-ce qu’au chapitre des armes à feu. Est-ce que ça va changer quelque chose? J’en doute. Aux États-Unis, n’importe qui peut rentrer et acheter une arme destinée non pas à tirer des animaux, mais à tirer du monde. Ça radicalise un peu la communauté LGBT. On se dit qu’il faut lutter parce que si on ne lutte pas, le tireur a gagné. On ne sait pas s’il a un lien avec l’État islamique même s’il l’a dit. D’un autre côté, on dit qu’il allait cruiser au club. 56 000 raisons peuvent faire qu’il ait disjoncté. Il y a aussi encore du monde qui pense que les LGBT présents au Pulse méritaient de se faire tirer. On l’a vu avec des pasteurs qui sortent la bible et récitent leur babla homophobe. Quand on voit qu’il y a encore du monde qui pense ça en 2016, il ne faut pas se surprendre que des incidents dramatiques et tragiques se produisent.

 

Qu’est ce qui doit être fait pour la lutte LGBT en Saskatchewan et au Canada?

Il y a toujours un travail de sensibilisation et de conscientisation à faire. Il y a encore des jeunes qui se tuent. Dans certains des cas, les jeunes se font écœurer à l’école et à la maison. Il y a du travail à faire dans les écoles et à la maison; ça fait partie de tout le travail anti-bullying, anti-taxage. Les jeunes vivent des choses peut-être plus difficiles que ce que moi j’ai vécu, je suis une personne très privée et j’ai été chanceux. Il faut dire aussi que dans mon temps, on n’avait pas Internet, on n’avait pas Facebook, on n’avait pas Twitter. Quand tu rentrais chez toi, tu avais la paix pendant quelques heures même si tu recommençais à te faire écœurer le lendemain. Avec Internet, tu peux te faire écœurer 24h/24. Je pense même que c’est plus difficile de vivre en paix avec soi-même. Comment peux-tu t’accepter quand tu peux te faire harceler à longueur de journée, sept jours sur sept?

Print
1428

Navigation du site

Categories