Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
Monday, November 19, 2018
Menu
Nouvelles récentes

 - Monday 19 November 2018

Pascal Lévesque
/ Categories: Arts et culture, 2016

Entretien avec Michel Lalonde

Michel Lalonde

Michel Lalonde

Photo: TFO
Le 1er juillet 2016, Michel Lalonde a pris sa retraite de Radio-Canada Saskatchewan après 24 ans de service à titre de réalisateur. Cet auteur-compositeur originaire de l’Ontario n’a pas l’intention de cesser de créer.  Il compte continuer à se produire tout en aidant les jeunes artistes de la relève qui vivent dans une période de changement à l’ère du numérique. Entretien!

Michel Lalonde, tracez-nous un bilan de vos années à Radio-Canada

« C’est un bilan très positif. J’ai eu la chance personnellement d’en profiter, de m’épanouir, d’apprendre beaucoup. J’ai eu aussi la chance de voir grandir de jeunes artistes. Pendant plusieurs années, le chapeau que j’ai porté le plus c’est celui de faire une place aux événements culturels, de les enregistrer, d’en faire la promotion, de même que faire du travail avec le développement du talent chez les jeunes. Puis les dernières années, on a pris un virage au niveau technologique, numérique et là j’ai appris des nouvelles choses aussi. Cependant, je suis content aussi de passer à autre chose. »

 

Vous avez été donc en quelque sorte une sorte mentor pour la relève artistique?

« J’ai eu, en effet, la chance de faire du mentorat. À l’époque, une part importante du mandat de Radio-Canada était d’apporter ce soutien aux communautés, que ce soit l’enregistrement et la diffusion de spectacles ou le développement des artistes. Ça tombait dans mes cordes. J’ai pu faire profiter à des jeunes l’expérience que j’avais tout en étant payé par Radio-Canada.

Je veux toujours continuer à partager mes connaissances et mon expertise. Je veux cependant aussi me donner un peu plus de temps à moi, sortir un peu des nouveaux trucs de mon bord, de la création de chansons et de textes, revenir peut-être avec un nouveau disque, faire de la scène. Je vais cependant toujours prendre plaisir à aider les nouveaux artistes et faire de la direction artistique. C’est pour moi une occasion de partager et c’est très gratifiant. Je suis un artiste un peu pédagogue. Ça fait plus de 50 ans que je me présente sur une scène. Au début de ma carrière, à mon époque on trafiquait nous-mêmes, on faisait tout par soi-même. »

Vous dites que vous faisiez tout par vous-mêmes à vos débuts, mais quelle est la différence aujourd’hui pour les nouveaux artistes?

« Aujourd’hui, dès qu’un nouvel artiste fait deux chansons et un concours, très souvent, on en entend parler. Mais souvent ces artistes-là n’ont pas eu la chance de jouer pendant deux-trois ans peut-être tous les soirs dans les boites, dans les clubs, pour apprendre le métier, alors ils sont propulsés sans être préparés. Radio-Canada et le Conseil culturel fransaskois jouent peut-être ce rôle-là, mais cette expérience, ça ne s’achète pas. En même temps, les jeunes artistes n’ont pas beaucoup de débouchés, ils ont moins de place qu’avant pour se faire payer pour jouer. Il y avait plus de boites et de bars pour se produire quand j’ai commencé, même si les cachets n’étaient pas énormes. On prenait beaucoup plus d’expérience. Ils sont confrontés à d’autres défis. Aujourd’hui, on parle davantage de musique préenregistrée ou de streaming sur Internet. Les artistes n’ont pas le temps de mûrir et de se faire payer pour apprendre suffisamment le métier. »

 

Vous faites références au virage numérique en parlant de streaming sur Internet et c’est quelque chose dont on parle beaucoup en ce qui concerne les médias et les artistes. 

« Radio-Canada joue beaucoup sur l’offre numérique pour qu’on puisse avoir accès à tout, partout et quand on veut. En contrepartie, ils mettent moins de matériel à la disposition du créateur, se disant que les gens peuvent créer chez eux avec leurs logiciels.

 

À l’époque il y avait plus de réalisateurs chevronnés qui pouvaient venir en aide aux jeunes. Ça ne s’achète pas ça non plus.  Composer avec ça, ce n’est pas évident. Il y a beaucoup moins d’accent qui est mis sur la transmission de connaissances artistiques, de production. Aujourd’hui tu as un Ipad, un ordinateur, un cellulaire, tu es réalisateur, producteur, musicien, et tout le monde met n’importe quoi sur Internet. Ça fait qu’il peut y avoir du très bon comme du très mauvais. Tout le monde y a accès. »

 

Comment vous voyez-vous en tant que créateur en cette ère du numérique?

« Pour moi, Radio-Canada met l’accent sur l’offre numérique au détriment de l’offre culturelle. Je m’y retrouve moins parce que je suis d’abord quelqu’un du côté création-production et moins dans la manipulation du contenu web. Cependant au besoin, je me sers du numérique. J’essaie de trouver un équilibre là-dedans. »

 

Michel Lalonde n’a pas de projet d’album défini pour l’instant, mais il continuera à être présent pour la communauté artistique fransaskoise et pour la francophonie en tant que créateur.

 

Michel Lalonde en quelques dates

1947 – Naissance de Michel à Glen Robertson, Ontario

1976-1983 Membre fondateur du groupe Garoulou et chanteur au sein de la formation. Garolou remportera de nombreux prix dont deux Félix et un Disque d’or. Le groupe sortira six disques.

1988 - Premier disque solo : Délit de suite

1990 – Arrivée de Michel en Saskatchewan pour un poste d’artiste en résidence

1995 - Membre fondateur du groupe fransaskois La Raquette à claquette qui enregistre 2 Cds (L’abbé rôde et Quand la pluie viendra)

2011 – Sortie d’un second album solo : L’Amour fou

 

Print
3331

Navigation du site

Categories