Close

Index - Le point sur le RIF

Previous Next

Le point sur le RIF - Chronique du Réseau en immigration francophone de la Saskatchewan

Des jeunes francophones de tout le pays se sont rencontrés

Forum national des jeunes ambassadeurs

Author: Denis Lord /Friday, September 7, 2018/Categories: Société, Francophonie, Jeunesse, Archives, 2018

Anusha Sivakumar et Jaiden Stevens, au centre, ont bien aimé leur périple à Montréal dans le cadre du Forum national des jeunes ambassadeurs.

Anusha Sivakumar et Jaiden Stevens, au centre, ont bien aimé leur périple à Montréal dans le cadre du Forum national des jeunes ambassadeurs.

Photo : Français pour l’avenir
Une trentaine de jeunes francophones de partout au Canada se sont retrouvés à Montréal, du 9 au 14 août dernier, pour participer au Forum national des jeunes ambassadeurs (FNJA). Ce fut une véritable pépinière d’idées pour organiser des activités en français dans leurs collectivités.

Le FNJA est organisé par Français pour l’avenir, un organisme qui « vise à promouvoir le bilinguisme officiel du Canada et les avantages d’apprendre et de communiquer en français auprès des élèves de la 7e à la 12e année au Canada ».

Dans le cadre du Forum, les jeunes ambassadeurs préparent les activités de promotion du français qu’ils organiseront dans leur milieu pendant l’année à venir. Et bien sûr, ils s’amusent.

« On leur apprend comment s’organiser, explique la directrice générale de Français pour l’avenir, Gabrielle Frédette-Fortin. Ils font un engagement et nous faisons un suivi. »

Parmi les activités de promotion du français déjà organisées dans le passé, mentionnons un club de lecture et une comédie musicale.

« Ils nous donnent beaucoup de ressources pour faire le projet, de la rétroaction sur ce qui va bien, ce qui pourrait être amélioré », dit Anusha Sivakumar, de l’école Sir John Franklin de Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest.

Anusha en est à sa deuxième visite à Montréal. Elle organisera à son école ce que Français pour l’avenir appelle une activité Franconnexion, qui sert à montrer à quoi sert dans la vie le français appris en classe. L’élève bénéficie d’une trousse comprenant des vidéos, des jeux-questionnaires, des propositions d’activités. « Je veux encourager la participation à des activités, car on manque beaucoup d’intérêt pour le français », considère-t-elle. Elle y inclura peut-être du sport, elle qui a participé l’an dernier aux Jeux de la francophonie canadienne.

Jaiden Stevens habite Norman Wells. Dans sa classe de français, ils sont… deux. « Je veux faire une activité pour encourager plus de gens à parler français, mais en dehors de la classe », explique Jaiden, qui a visité le Québec pour la première fois. Ça pourrait être de la musique en français, de la cuisine française. » De la cuisine française ? « Comme de la poutine et des crêpes », précise Jaiden, qui entend cuisiner lui-même.

Des jeunes motivés

Les 30 jeunes Canadiens qui participent à FNJA étudient le français de base ou intensif, ils sont en immersion ou dans des écoles francophones. On y retrouve plusieurs membres des diverses communautés culturelles du pays. « C’est le désir de Français pour l’avenir de représenter la diversité canadienne, souligne Mme Frédette-Fortin. Ils partagent les réalités de leur collectivité. Parfois, le français est leur 3e langue. »  C’est le cas d’Anusha Sivakumar, qui parle le tamil.

Les futurs ambassadeurs avaient été sélectionnés à partir d’une vidéo et d’un court texte de présentation de l’activité qu’ils envisagent de créer. « C’est la classe parfaite, affirme Mme Frédette-Fortin ! Des jeunes super motivés à l’école. Ils sont engagés, dynamiques, impliqués dans le sport, les arts ou le parascolaire ; souvent, ils brillent en français et ont un caractère un peu extraverti. »

Découvrir Montréal

L’organisme paie le transport, l’hébergement, etc. À Montréal, ils ont visité le Vieux-Port et des galeries, fait des piqueniques. Et bien sûr, ils ont eu des ateliers et des conférences, sur la construction identitaire, par exemple, ou sur l’art de parler en public. Après une telle expérience, les jeunes ambassadeurs resteront en contact. « C’est un réseau pour la vie », assure Gabrielle Frédette-Fortin.

« C’est vraiment cool de rencontrer des gens de partout au Canada qui apprennent le français », s’enthousiasme Jaiden Stevens, qui trouve que Montréal est vraiment une belle ville et qui est impressionné par les grands édifices.

En 2019, le FNJA devrait avoir lieu en Colombie-Britannique.

Deux ambassadeurs fransaskois

Parmi la trentaine ambassadeurs présents au Forum national des jeunes ambassadeurs (FNJA), la Fransaskoisie avait deux représentants : Jean-François Martel et Jacob Bueno.

Jacob Bueno

Jacob Bueno

Photo : Français pour l’avenir
Pour le jeune Bueno, bien que sa langue maternelle ne soit pas le français, ce dernier, d’après son profil présenté dans le site de l’organisme Français pour l’avenir, apprécie la langue de Molière et espérait, par ce programme, de rencontrer de nouvelles personnes et acquérir de nouvelles compétences.


Jean-François Martel

Jean-François Martel

Photo : Français pour l’avenir
Quant à Jean-François Martel, la principale motivation du jeune homme à participer à ce programme est venue d’une observation : «J’ai constaté qu’en Saskatchewan, les francophones ont peur de parler français, ils sont gênés de parler notre langue. Moi, je veux contribuer à la fierté d’être francophone en Saskatchewan, mais aussi au Canada », a-t-il mentionné à l’Eau vive, en juillet dernier. D’ailleurs, le jeune Martel, à titre d’ambassadeur, doit organiser des activités qui sauront promouvoir la langue française. À cet égard, en juillet, il proposait de créer un groupe de musique qui interprétera des chansons francophones. Le jeune homme  envisage de démarrer son projet à la prochaine rentrée scolaire.

Print

Number of views (603)/Comments ()

Tags: FNJA
Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top