Close
  • Explorez la rivière Saskatchewan Sud

    Explorez la rivière Saskatchewan Sud

    Le terme Saskatchewan vient du mot cri « Kisiskatchewani Sipi. » ou, autrement dit, ‘rivière qui coule rapidement’. En simplifiant la traduction, nous aboutissons à ‘eau vive’.

  • Un nouveau slogan et un nouveau recueil pour la Nouvelle plume

    Un nouveau slogan et un nouveau recueil pour la Nouvelle plume

    Les Éditions de la nouvelle plume ont présenté le tome 6 du recueil Théâtre fransaskois ainsi qu'un nouveau slogan en marge du Festival fransaskois, le 6 juillet 2019.

  • Quand les jeunes s’investissent pour la science !

    Quand les jeunes s’investissent pour la science !

    REGINA - Le 20 juin dernier, à l’école Monseigneur de Laval de Regina, on a pu assister à un spectacle de chansons, de danses concocté par les classes de 3e année,ainsi qu'à la remise des prix aux gagnants de l’Expo-sciences qui s‘était déroulée au début du mois.

  • La dégénérescence des produits

    La dégénérescence des produits

    Avez-vous déjà remarqué que les produits d’aujourd’hui n’ont pas la même qualité ou ne durent pas aussi longtemps que ceux de vos grands-parents ? Ce phénomène porte un nom et il affecte tout le monde : c’est l’obsolescence programmée.

  • Inde : Consolidation du nationalisme hindou

    Inde : Consolidation du nationalisme hindou

    Le 23 mai dernier, les Indiens ont reporté le premier ministre Narendra Modi et son Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien) au pouvoir. Cette deuxième victoire écrasante confirme la suprématie des nationalistes hindous et démontre l’absence d’une opposition viable au BJP....

  • L'aide fédérale pour les radios et journaux se fait attendre

    L'aide fédérale pour les radios et journaux se fait attendre

    Après avoir exercé des pressions soutenues pendant deux ans pour obtenir une aide critique aux médias frappés par la chute de revenus, les journaux et radios communautaires se heurtent à d’autres délais.

Navigation du site

Categories

Agenda fransaskois

L'Eau vive sur Facebook

Le Portail fransaskois

L'eau vive sur Twitter

Explorez la rivière Saskatchewan Sud Explorez la rivière Saskatchewan Sud

Explorez la rivière Saskatchewan Sud

85

Le terme Saskatchewan vient du mot cri « Kisiskatchewani Sipi. » ou, autrement dit, ‘rivière qui coule rapidement’. En simplifiant la traduction, nous aboutissons à ‘eau vive’.

Un nouveau slogan et un nouveau recueil pour la Nouvelle plume Un nouveau slogan et un nouveau recueil pour la Nouvelle plume

Un nouveau slogan et un nouveau recueil pour la Nouvelle plume

Les Éditions de la nouvelle plume étaient bien présentes au Festival fransaskois

93

Les Éditions de la nouvelle plume ont présenté le tome 6 du recueil Théâtre fransaskois ainsi qu'un nouveau slogan en marge du Festival fransaskois, le 6 juillet 2019.

Rencontre avec le Coloc Mike Sawatzky à Saskatoon Rencontre avec le Coloc Mike Sawatzky à Saskatoon

Rencontre avec le Coloc Mike Sawatzky à Saskatoon

SASKATOON - L’édition 2019 du Festival fransaskois a accueilli la formation québécoise Les Colocs. L'Eau vive a voulu se pencher sur...
147
Un Festival fransaskois riche en émotions Un Festival fransaskois riche en émotions

Un Festival fransaskois riche en émotions

Sous son nouveau nom de Festival fransaskois, le rassemblement annuel de la fransaskoisie a rassemblé environ 500 personnes du 5 au 7 juillet. Au...
248
Quand les jeunes s’investissent pour la science ! Quand les jeunes s’investissent pour la science !

Quand les jeunes s’investissent pour la science !

REGINA - Le 20 juin dernier, à l’école Monseigneur de Laval de Regina, on a pu assister à un spectacle de chansons, de danses concocté par...
139
Deux enseignants reconnus pour leur engagement sportif Deux enseignants reconnus pour leur engagement sportif

Deux enseignants reconnus pour leur engagement sportif

Terry Gaudet et Michel Forest, enseignants respectivement à l’École St-Isidore à Bellevue et à l’École Mathieu de Gravelbourg, ont...
320
La Saint-Jean-Baptiste fêtée en Saskatchewan La Saint-Jean-Baptiste fêtée en Saskatchewan

La Saint-Jean-Baptiste fêtée en Saskatchewan

La Saint-Jean a battu son plein dans plusieurs communautés de la province. Plusieurs centaines de Fransaskois ont célébré avec convivialité la...
309
1345678910Last

Le Fil fransaskois

Un Plan d’action de bon augure

Author: Lucas Pilleri (Francopresse)/Sunday, April 15, 2018/Categories: Politique, Francophonie, 2018

Dévoilement du Plan d’action pour les langues officielles, le 28 mars 2018 à Ottawa

Dévoilement du Plan d’action pour les langues officielles, le 28 mars 2018 à Ottawa

Le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise, Roger Gauthier (à droite), en compagnie de la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, et du député d’Edmonton Centre, Randy Boissonnault
Photo : Dominique Sarny / ACF
Le Plan d’action pour les langues officielles a été finalement dévoilé le 28 mars à Ottawa. Avec 2,7 milliards de dollars prévus pour 2018-2023, il constitue le plus gros investissement de l’histoire pour les langues officielles. La grande majorité des organismes communautaires francophones ont applaudi le Plan, et ont loué son approche du « par et pour ». Mais certains observateurs restent prudents, dans l’attente de détails sur sa mise en œuvre.

Au-delà de la grosse enveloppe, c’est l’approche du « par et pour » que les organismes célèbrent. « Le gouvernement a bien écouté les demandes de la communauté », estime Martin Théberge, président de la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF). Le responsable souhaiterait même aller plus loin avec un « par, pour et avec », réclamant ici une « réelle collaboration » avec le gouvernement. « C’est en travaillant ensemble qu’on obtiendra le meilleur impact de ces investissements », précise-t-il.

Jean Johnson était à Ottawa lors de l’annonce et s’est même entretenu en comité restreint avec le premier ministre et la ministre du Patrimoine canadien avant le dévoilement. « J’ai adoré le ton des discours », commente-t-il. Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) est lui aussi enchanté par l’approche : « Il y a un désir de changer la culture au sein de l’appareil gouvernemental. Le ‘par et pour’ reflète le besoin des communautés de se prendre en main ».

Pour Linda Cardinal, professeure de sciences politiques à l’Université d’Ottawa, le gouvernement a démontré qu’il prenait toute la mesure de ses obligations. Elle se réjouit de ce que les langues officielles soient enfin reconnues « comme une source de fierté, de richesse et d’identité, plutôt que dans une logique économique comme avant ».

Malgré tout, la titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques met un bémol à la notion de « par et pour » : « C’est une version très édulcorée dans la réalité. Il y a eu certes un travail de consultation et de collaboration, mais ce que les communautés veulent, c’est avoir le contrôle des orientations. Ce n’est pas la même chose. Le principe de subsidiarité n’est pas dans le plan ».

Un investissement direct

Les organismes communautaires ont été entendus : les investissements se feront directement, sans passer par des transferts provinciaux. Aussi, tous les organismes soutenus présentement par Patrimoine canadien recevront une bonification de leurs financements, et ce dès le 1er avril. « C’était nécessaire. Ça faisait dix ans que les enveloppes n’avaient pas bougé alors que tout est à la hausse », relève Martin Théberge.

Dans le secteur culturel, plus de 11 millions de dollars seront investis. « Le gouvernement a reconnu le secteur des arts, cultures et industries culturelles comme étant l’un des vecteurs du développement de nos communautés », se félicite le président de la FCCF.

Le Plan d’action renouvèlera par ailleurs l’entente multipartite avec le lancement du corridor touristique et patrimonial pancanadien, l’augmentation du financement de Radio-Canada et de nouveaux investissements pour des agences culturelles telles que le Conseil des arts, le Centre national des arts, l’Office national du film, et le Fonds des médias. « La culture joue un rôle primordial. C’est l’identité d’un peuple, et c’est aussi un vecteur d’intégration pour les nouveaux arrivants », exprime Martin Théberge.

Un plan d’investissement, pas d’action ?

Linda Cardinal n’est pas très inspirée par le Plan d’action qui, pour elle, s’apparente bien plus à un plan d’investissement : « Ça ressemble plus à un catalogue, une liste d’investissements, sans trop de détails. On le lit comme un budget », regrette-t-elle.

Pour la professeure, le plan manque de cohérence. « Je m’attendais à quelque chose de plus fort et de mieux coordonné. Il manque une vision, des orientations, des objectifs précis et mesurables », analyse l’experte. Elle reproche aussi l’absence d’actions concrètes et aimerait trouver « un plan d’action pour la fonction publique ».

Malgré tout, la plupart des parties prenantes sont emballées par le Plan d’action. Mais plusieurs restent prudentes : « La balle est dans notre cour. C’est à nous de bien agir et démontrer le bienfondé de ces investissements », insiste Jean Johnson. « C’est loin d’être la fin du travail », conclut Martin Théberge.

L’Assemblée communautaire fransaskoise accueille favorablement le Plan d’action. « Le gouvernement a bien entendu nos préoccupations et adresse plusieurs points importants avec ce plan » a déclaré son président, Roger Gauthier.

Print

Number of views (6074)/Comments ()

Comments are only visible to subscribers.

Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top