Close
  • Amélie Boutin, diplômée de l'École canadienne-française de Saskatoon

    Amélie Boutin, diplômée de l'École canadienne-française de Saskatoon

    Née à Saskatoon, Amélie a effectué tout son parcours scolaire à l’École canadienne-française, depuis la garderie jusqu’à la 12e année. Elle part maintenant étudier les sciences en français à l’Université d’Ottawa.

  • Le Conseil culturel fait le bilan

    Le Conseil culturel fait le bilan

    En marge du Festival fransaskois qui s’est tenu du 5 au 7 juillet, le Conseil culturel fransaskois (CCF) a tenu son assemblée générale annuelle au Parc provincial de Pike Lake.

  • Camps d’été à la rescousse !

    Camps d’été à la rescousse !

    Voici un tour d’horizon des différentes options de camps de jour proposées pendant l’été dans différentes villes de la Saskatchewan, avec un contenu en français.

  • La dégénérescence des produits

    La dégénérescence des produits

    Avez-vous déjà remarqué que les produits d’aujourd’hui n’ont pas la même qualité ou ne durent pas aussi longtemps que ceux de vos grands-parents ? Ce phénomène porte un nom et il affecte tout le monde : c’est l’obsolescence programmée.

  • Inde : Consolidation du nationalisme hindou

    Inde : Consolidation du nationalisme hindou

    Le 23 mai dernier, les Indiens ont reporté le premier ministre Narendra Modi et son Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien) au pouvoir. Cette deuxième victoire écrasante confirme la suprématie des nationalistes hindous et démontre l’absence d’une opposition viable au BJP....

  • L'aide fédérale pour les radios et journaux se fait attendre

    L'aide fédérale pour les radios et journaux se fait attendre

    Après avoir exercé des pressions soutenues pendant deux ans pour obtenir une aide critique aux médias frappés par la chute de revenus, les journaux et radios communautaires se heurtent à d’autres délais.

Navigation du site

Categories

Agenda fransaskois

L'Eau vive sur Facebook

Le Portail fransaskois

L'eau vive sur Twitter

Bison buté Bison buté

Bison buté

183

Parmi les destinations phares de notre province : le parc national de Prince Albert est garant d’un dépaysement total. Prologue parfait avant la grande et sauvage forêt boréale du Nord, le parc est l’occasion de jouer aux aventuriers dans un environnement encore hospitalier.

Le Conseil culturel fait le bilan Le Conseil culturel fait le bilan

Le Conseil culturel fait le bilan

AGA 2019 du Conseil culturel fransaskois

569

En marge du Festival fransaskois qui s’est tenu du 5 au 7 juillet, le Conseil culturel fransaskois (CCF) a tenu son assemblée générale annuelle au Parc provincial de Pike Lake.

Camps d’été à la rescousse ! Camps d’été à la rescousse !

Camps d’été à la rescousse !

Voici un tour d’horizon des différentes options de camps de jour proposées pendant l’été dans différentes villes de la Saskatchewan,...
727
Explorez la rivière Saskatchewan Sud Explorez la rivière Saskatchewan Sud

Explorez la rivière Saskatchewan Sud

Le terme Saskatchewan vient du mot cri « Kisiskatchewani Sipi. » ou, autrement dit, ‘rivière qui coule...
788
Rencontre avec le Coloc Mike Sawatzky à Saskatoon Rencontre avec le Coloc Mike Sawatzky à Saskatoon

Rencontre avec le Coloc Mike Sawatzky à Saskatoon

SASKATOON - L’édition 2019 du Festival fransaskois a accueilli la formation québécoise Les Colocs. L'Eau vive a voulu se pencher sur...
841
1345678910Last

Theme picker

Le Fil fransaskois

Le temps des sucres

Author: Mélanie Jean/Thursday, March 29, 2018/Categories: Agriculture et environnement, Chronique environnement, 2018

Érablière à Saint-Alexandre de Kamouraska

Érablière à Saint-Alexandre de Kamouraska

Photo : Mélanie Jean
Maintenant que le printemps est officiellement arrivé, vient le temps de l’année d’une longue tradition dans l’Est du Canada et le Nord-Est des États-Unis : le temps des sucres. La tradition d’aller manger un repas arrosé de sirop d’érable et de la tire sur neige à la cabane à sucre remonte au début du 19e siècle, bien que les Premières Nations maîtrisaient la technique bien avant l’arrivée des Européens. La technique a bien changé, de l’utilisation du chalumeau et de la chaudière au système de tubulures. Ce temps de l’année est une excellente occasion d’en savoir plus sur un arbre emblématique au Canada.

L’érable à sucre (Acer saccharum) pousse dans la forêt tempérée du Nord-Est de l’Amérique du Nord. Son aire de répartition va de la Nouvelle-Écosse au Québec, en passant par le Sud de l’Ontario et le Sud-Est du Manitoba pour sa limite au nord, et du Missouri au Tennessee et au Nord de la Géorgie pour sa limite au sud. Il est particulièrement abondant au Québec (plus de 144 000 hectares et deux tiers de la production mondiale) et dans les états de New York et du Vermont. La feuille d’érable est particulièrement caractéristique, avec ses 5 lobes (3 gros lobes et deux petits à la base de la feuille) aux longues pointes obtuses. La coloration automnale de l’érable peut varier entre jaune, orangé et rouge vif, le tout parfois sur un même individu. Les graines d’érable sont produites dans des disamares, communément appelées hélicoptères. Les érables ont une taille d’environ 30 m et vivent 200 ans, mais certains arbres peuvent exceptionnellement vivre de 300 à 400 ans ! L’érable est une espèce typique de forêts matures et les plantules sont très tolérantes à l’ombre, pouvant survivre dans le sous-bois en attendant une ouverture dans le couvert forestier. Le bois d’érable est un bois dur très prisé en menuiserie et pour faire des planchers. L’érable à sucre peut être confondu avec l’érable de Norvège, une espèce non-indigène, dont la sève blanchâtre n’est pas comestible et qui est souvent plantée comme arbre ornemental dans les villes.

L’érable à sucre est une espèce avec une forte valeur économique et culturelle pour les humains, mais c’est également une espèce avec une grande importance écologique. Un grand nombre d’animaux et d’insectes se nourrissent des feuilles, branches, bourgeons, graines et écorce de l’érable, par exemple le cerf de Virginie, l’orignal, le lièvre, le porc-épic, le polatouche (écureuil volant), et plusieurs espèces de lépidoptères (papillons) et pucerons. Toutes sortes d’oiseaux chanteurs et pics nichent dans les érablières. Plus d’une vingtaine d’espèces d’insectes peuvent s’attaquer à l’érable à sucre et cette espèce d’arbres est susceptible à neuf maladies principales, selon Ressources naturelles Canada.

Dans plusieurs régions, on dénote un déclin des populations d’érable à sucre. En plus des pestes et perturbations naturelles, l’influence humaine et les changements climatiques sont aussi responsables de ce déclin. Dans certaines zones urbaines de la Nouvelle-Angleterre et sur le Mont Royal, à Montréal, on remarque l’érable de Norvège, une espèce non-indigène et plus compétitive, qui peut remplacer l’érable à sucre. En effet, le manque d’eau causé par des températures plus chaudes et/ou moins de précipitations réduisent la croissance de l’érable à sucre dramatiquement, et ce malgré une plus grande fertilisation en azote1. Cela suggère que les érables pourraient éventuellement disparaître, surtout vers le sud de leur aire de répartition. Si des températures plus chaudes mènent à la disparition des érables à sucre vers le sud, est-il possible qu’ils migrent vers le nord et en altitude ? C’est une possibilité, mais des chercheurs de l’Université de Sherbrooke et de Memorial University ont étudié la limite altitudinale de l’érable à sucre au parc national du mont Mégantic, dans les Appalaches, et ont trouvé une histoire beaucoup plus complexe. Leurs résultats suggèrent que (1) les sols provenant d’altitudes plus élevées n’étaient pas favorables à la germination et à la survie des graines d’érable à sucre, possiblement en raison des communautés microbiennes du sol et (2), la prédation des graines par les petits mammifères était plus élevée en altitude. Cela suggère que, vers la limite nord et altitudinale de l’érable à sucre, des facteurs autres que la température (qualité du sol et prédation) limitent la possibilité de migration de l’érable. Bien que la présence de l’érable à sucre et la production de sirop au Canada ne soient pas à risque immédiatement, ces recherches soulignent la complexité des écosystèmes. Éventuellement, l’érable à sucre pourrait être coincé entre un climat trop chaud et sec au sud et des obstacles à sa migration vers le nord.

Bien que l’érable à sucre ne pousse pas en Saskatchewan, il est tout de même possible de s’en procurer à l’épicerie. Pour ceux qui désirent un sirop produit dans les Prairies, il est possible de faire du sirop à partir de bouleau. La production de ce sirop existe depuis des centaines d’années au Canada, mais ce n’est que récemment que sa production est faite à plus grande échelle. En effet, il faut une grande quantité de sève pour faire le sirop de bouleau (120 litres de sève pour 1 litre de sirop, versus 40 pour 1 dans le cas de l’érable à sucre). Ce sirop a une saveur plus près du miel ou de la mélasse, mais est de plus en plus prisé par les chefs.


Pour en savoir plus…

http://laroutedessucres.com/

https://aimfc.rncan.gc.ca/fr/arbres/fiche/86

http://www.sciencemag.org/news/2018/01/no-more-pancake-syrup-climate-change-could-bring-end-sugar-maples

http://www.cbc.ca/life/food/please-not-the-syrup-climate-change-could-extinguish-sugar-maple-growth-1.4496072

https://www.canadiangeographic.ca/article/climate-change-isnt-only-thing-threatening-maple-trees

Liens vers les études scientifiques originales :

1 https://esajournals-onlinelibrary-wiley-com.cyber.usask.ca/doi/abs/10.1002/ecy.2095

2 http://rspb.royalsocietypublishing.org/content/281/1794/20141779

 

Print

Number of views (4944)/Comments ()

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top