Close
  • Le revenu de base garanti se faufile dans la campagne électorale

    Le revenu de base garanti se faufile dans la campagne électorale

    L’Institut Cooper et le PEI Working Group for a Livable Income (WGLI) veulent faire du revenu de base garanti (RBG) un enjeu électoral. 

  • À l’heure du numérique, comment sauver nos médias?

    À l’heure du numérique, comment sauver nos médias?

    Du 4 au 6 octobre à l’Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse, le grand colloque Les médias francophones sous toutes leurs coutures est revenu sur le rôle des médias, leurs défis et occasions en cette période de crise inédite.

  • Voyager à l’étranger avec les enfants

    Voyager à l’étranger avec les enfants

    Il est fortement recommandé qu’un enfant qui voyage à l’étranger soit seul, accompagné d’un seul parent ou tuteur, d’amis ou de membres de sa famille ou d’un groupe ait une lettre de consentement.

  • Parler ou ne pas parler de Denise Bombardier?

    Parler ou ne pas parler de Denise Bombardier?

    Des francophones en milieu minoritaire choisissent de se tenir loin du débat sur leur survivance provoqué par Denise Bombardier. D’autres iront défendre leur point de vue à l’émission Tout le monde en parle.

  • Semaine nationale des journaux: Lus, mais tenus pour acquis

    Semaine nationale des journaux: Lus, mais tenus pour acquis

    Médias d’info Canada tient la Semaine nationale des journaux sous ce thème, du 6 au 12 octobre 2019. Pour l’association, la presse écrite — tant à l’échelle locale que nationale — est d’une importance critique, surtout dans le monde actuel....

  • Journée nationale des ainés : Que faire de nos ainés?

    Journée nationale des ainés : Que faire de nos ainés?

    Vieux, fragiles, malades. Voilà quelques-uns des stéréotypes auxquels sont associés les ainés. Alors que leur nombre ne cesse d’augmenter, et que le pays a célèbré la Journée nationale des ainés le 1er octobre, leur place dans la société est prépondérante.

  • Mission accomplie pour  le premier Talk Chaud

    Mission accomplie pour le premier Talk Chaud

    SASKATOON - Plus d’une quarantaine de personnes étaient rassemblés au Relais vendredi 27 septembre afin d’assister au premier Talk Chaud de la saison culturelle de la Fédération des francophones de Saskatoon.

Navigation du site


Categories

Agenda fransaskois


L'Eau vive sur Facebook

Le Portail fransaskois

L'eau vive sur Twitter

Les feuilles d’automne : entre spectacle et séduction Les feuilles d’automne : entre spectacle et séduction

Les feuilles d’automne : entre spectacle et séduction

456

Septembre marque la transition entre l’été et l’automne. Dès lors, les arbres étaleront leur feuillage coloré d’automne. Explorons davantage ce spectacle naturel qui ne cesse de séduire.

Le pianiste David Jalbert ravi de sa rencontre avec les Fransaskois Le pianiste David Jalbert ravi de sa rencontre avec les Fransaskois

Le pianiste David Jalbert ravi de sa rencontre avec les Fransaskois

324

REGINA - Le virtuose de renommée internationale, David Jalbert, a été surpris de constater que la plupart de son public s'exprimait dans sa langue natale lors de son concert à Regina.

Saskatoon retrouve enfin ses députés communautaires Saskatoon retrouve enfin ses députés communautaires

Saskatoon retrouve enfin ses députés communautaires

SASKATOON - Vacants depuis février 2018, les deux postes de députés communautaires pour le district électoral n° 6 sont finalement pourvus....
572
Robert Therrien fait le bilan de ses 25 ans au CÉCS Robert Therrien fait le bilan de ses 25 ans au CÉCS

Robert Therrien fait le bilan de ses 25 ans au CÉCS

REGINA - Originaire de Willow Bunch, Robert Therrien devient le directeur général du Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) en...
763
Voyager à l’étranger avec les enfants Voyager à l’étranger avec les enfants

Voyager à l’étranger avec les enfants

Il est fortement recommandé qu’un enfant qui voyage à l’étranger soit seul, accompagné d’un seul parent ou tuteur, d’amis...
84
Retrouvailles au Collège Mathieu Retrouvailles au Collège Mathieu

Retrouvailles au Collège Mathieu

45 ans après avoir terminé leurs études au Collège Mathieu d'anciens élèves se sont rencontrés à Gravelbourg.

 

893
Assurances voyages, ne partez pas sans elles! Assurances voyages, ne partez pas sans elles!

Assurances voyages, ne partez pas sans elles!

Vous planifiez de voyager vers une autre province ou territoire canadien, ou à l’étranger? Les assurances voyages vous protègent contre...
908
L'Inde au-delà de l'actualité L'Inde au-delà de l'actualité

L'Inde au-delà de l'actualité

Quand on pense Inde, on pense 1,3 milliard d'habitants, nationalisme hindou, tensions au Cachemire, misère des bidonvilles. Mais l'Inde...
1008

CETA rien n’y comprendre

Le CETA, pour Comprenhensive Economic and Trade Agreement, est un traité commercial établi entre l’Union européenne et le Canada. Outre les aspects antidémocratiques et dangereux pour les économies nationales, ce traité est fortement contesté pour ses risques environnementaux.

124678910Last

Theme picker

Le Fil fransaskois

L'ancien directeur de l'APF inquiet des manipulations démocratiques

Author: Frédéric Dupré/Friday, February 15, 2019/Categories: Communautaire, APF - Association des parents fransaskois , Archives, 2019

Carol-Guillaume Gagné

Carol-Guillaume Gagné

Après deux ans à la direction de l’Association des parents fransaskois (APF), Carol-Guillaume Gagné a remis sa démission au début de l’année. L’Eau vive a voulu recueillir les raisons qui ont poussé, un deuxième directeur de l’APF à démissionner en deux ans.

EV : Quels défis principaux avez-vous dû relever au cours des deux années à la direction l’APF ?
CGG : J’ai eu assez rapidement des défis budgétaires, une fois le grand projet Le Canada c’est Moi terminé. Pour défendre les droits des parents, on manque souvent de financement.

On a, quand même, réussi de beaux partenariats avec la Société historique de la Saskatchewan et avec les Centres éducatifs pour la petite enfance (CEPE). Après avoir été à la fondation du système scolaire fransaskois, l’APF devait consolider les CEPE. Nous y avons travaillé très fort. Mais quand le fédéral a annoncé un financement important dans le domaine, le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) s’est montré intéressé.

Le Ministère nous avait reconnus comme étant les porteurs du dossier. Nous avons commencé ensuite à discuter avec le CÉF. En mai 2018, le CÉF a embauché des consultants pour développer un protocole d’entente pour travailler ensemble. Leurs consultants ont déposé ce protocole lors d’une rencontre, le 26 juin, sans que les CEPE, ni l’APF n’aient pu le voir avant. Les directions des CEPE ont alors demandé plus de temps pour l’étudier. On a eu jusqu’à la fin août, mais on n’était pas prêt. Alors ce qu’on a fait, c’est développer un protocole d’occupation des locaux et un autre pour la collaboration école-CEPE. C’est toujours en cours. Je ne sais pas où c’en est maintenant.

EV : Certaines personnes affirment qu’il y a eu un coup de force à l’AGA de novembre 2018. Que s’est-il passé ?
CGG : On a avait six postes vacants pour les élections. Le conseil d’administration a donc fait des démarches pendant plusieurs mois pour recruter des volontaires qui collaborent déjà avec l’APF. Nous avions donc trouvé nos candidats pour former un conseil d’administration de gens compétents et surtout qui connaissaient bien l’APF.

À ma grande surprise, à l’AGA, un groupe d’une trentaine de personnes est arrivé en plein milieu de l’assemblée pour venir voter. Ces gens n’ont même pas participé au reste du symposium. Notre équipe n’avait jamais vu ces gens avant. Ils ne connaissaient pas l’APF, ni ne participaient à nos activités. Certains n’étaient même pas des parents. En plus, il y a eu une demande que des éducatrices, qui étaient en formation durant le symposium, soient invitées à venir pour le vote. On avait donc une soixantaine de nouvelles personnes qui sont venues juste pour voter. Tout cela a ralenti le déroulement de l’assemblée. Il a fallu toutes les inscrire. Certaines en venant s’inscrire me disaient qu’il venait voter pour telle ou telle personne. Ça m’a questionné énormément sur leur motivation à venir voter.

Il y a des gens qui ont été transportés jusqu’à l’AGA uniquement pour venir voter pour telle ou telle personne. J’ai vu un cadre d’une institution fransaskoise déchirer son bulletin de vote pour en donner un bout à une autre personne. Voyons donc! On bafoue les règles démocratiques d’une organisation.

Finalement, les volontaires que nous avions recrutés n’ont pas été élus sauf une dans le nord de la province. Je me suis donc retrouvé avec un conseil de quatre personnes du sud de la province qui ne connaissaient rien à l’APF.

EV : Est-ce un facteur dans votre décision de démissionner ?
CGG : J’étais assez découragé. Quand tu as un nouveau conseil d’administration qui arrive et une nouvelle présidence, il faut les former et les sensibiliser à notre planification stratégique, c’est très lourd. Ça prend beaucoup de temps faire cela sans compter que j’étais déjà débordé par la tâche même de direction de l’association. Ça m’a découragé. Je commençais vraiment à manquer d’énergie. Je ne voyais plus ma famille qu’une fin de semaine par mois, le reste du temps j’étais au bureau, en congrès, en meeting, en formation, etc, etc.

Cette assemblée générale a vraiment été la goutte qui a fait déborder le vase. Je ne pensais plus que j'avais l'énergie pour cela.

EV : Comment réagissez-vous au fait que des nouveaux-venus se mobilisent ainsi pour prendre le contrôle d’un organisme ?
CGG : Ce qui m’inquiète le plus, c’est que les enfants et les petits-enfants des Fransaskois qui se sont battus pour que l’on reconnaisse leurs droits scolaires, s’impliquent beaucoup moins que leurs parents.

Il y a, selon moi, une incroyable défection du tronc commun des francophones. Quand on regarde la démographie de la communauté fransaskoise, il y a à peu près 88 % des Fransaskois qui sont de deuxième ou troisième générations en Saskatchewan. Ils veulent faire partie d’une communauté stimulante et plaisante, ils ne veulent pas la politicaillerie. Je sais que des parents engagés ont été vraiment déçus par la tournure de cette assemblée. Je me demande s’ils vont continuer à s’impliquer. J’en doute.

Tout cela m’inquiète énormément. C’est super que les nouveaux arrivants participent, mais il ne faut surtout pas abandonner les 2e et 3e générations. Ces gens connaissent bien le milieu, ils ont des compétences professionnelles pour renforcer nos associations. Les exclure ainsi c’est vraiment dommage. On est malheureusement en train de perdre la majorité de nos francophones et sans compter tous les jeunes de l’immersion.

EV : Qu’allez-vous retenir de votre séjour en Saskatchewan ?
CGG : Il y a des personnes en Saskatchewan qui m’ont profondément marqué. Je ne pourrais jamais enlever de mon coeur la fransaskoisie. Je garderai toujours en tête ma connexion avec la Saskatchewan. Ma famille est encore là. Ils vont me rejoindre progressivement, le temps que mes enfants finissent leurs études.

Print

Number of views (3150)/Comments ()

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top