Close

Bonjour Saskatchewan

Politique

Comment le vote autochtone peut faire basculer les élections

Le faible taux de participation électorale des Autochtones est un enjeu important, tant au Canada qu’aux États-Unis. Jusqu’au début des années 1960, le droit de vote leur était largement refusé au Canada. Aux États-Unis, ils obtiennent ce droit en 1924. Pour la juriste autochtone américaine Patty Ferguson-Bohnee, comme pour le chef du Parti néo-démocrate saskatchewanais Ryan Meili, le vote autochtone pourrait peser lourd dans la balance politique.

Patty Ferguson-Bohnee est membre de la Tribu indienne de Pointe-au-Chien, l’une des plus anciennes communautés francophones de la Louisiane. Ses recherches universitaires en France ont porté sur les relations coloniales françaises avec les Indiens de la Louisiane aux 17e et 18e siècles.

S’exprimant couramment dans un français aux sonorités et expressions à la fois européennes et louisianaises, la directrice de la clinique juridique indienne de l’École de droit de l’Université d’État de l’Arizona encadre ses étudiants autochtones dans leur pratique du droit dans les forums tribaux, étatiques et fédéraux.

En plus de travailler à la clarification du statut des tribus et de leur souveraineté, les étudiants se penchent de près sur le vote autochtone. « Je dirige le Arizona Native Vote Election Protection Project. Notre objectif est de veiller à ce que le droit de vote des électeurs autochtones soit protégé. Nous formons des bénévoles qui se rendent sur les réserves indiennes le jour du scrutin et nous assistons les électeurs afin de nous assurer que tout se passe bien. Nous sommes en constante communication avec les tribus afin de préparer les prochaines élections. Nous travaillons de près avec nos partenaires pour préparer 2020 », explique-t-elle.

Surmonter les obstacles au vote 

Dans son Témoignage sur le droit de vote et l’administration des élections en Arizona, la juriste détaille les nombreux défis auxquels sont confrontés les électeurs autochtones, notamment ceux qui vivent dans les réserves : barrières linguistiques, disparités socio-économiques, manque d’accès aux transports, manque d’adresses résidentielles, difficulté d’accéder au courrier, etc.

Pourtant, Patty Ferguson-Bohnee estime que le vote autochtone pourrait fortement influencer les résultats électoraux. « Au niveau local, nous avons besoin que plus d’Autochtones se présentent comme candidats, y compris dans les County Commissions. Cela peut faire une différence, surtout dans les swing states où le vote peut basculer grâce au vote autochtone. En 2020, les Amérindiens pourraient décider du vainqueur de l’élection présidentielle dans six swing states où il y a beaucoup de jeunes électeurs en âge de voter », avance-t-elle.

La juriste fonde beaucoup d’espoir dans la jeunesse : « Les jeunes me donnent de l’espoir. Ils ont le désir de vivre dans un monde juste. Ce sont les jeunes qui ont mené la lutte contre l’oléoduc Dakota-Access », rappelle-t-elle.

Des solutions concrètes existent pour augmenter le taux de participation électorale, comme veiller à ce que toutes les tribus autochtones puissent inscrire leurs électeurs, encourager le vote anticipé en personne et le vote par correspondance. Il faudrait également assurer des stations de vote au sein même des réserves et consulter les tribus sur les endroits idéaux pour ces stations, suggère l’Américaine.

Entre devoir historique et avantage stratégique

Pour Ryan Meili, chef du Nouveau parti démocratique de la Saskatchewan et chef de l’opposition, il est évident que les autochtones joueront un rôle décisif dans le résultat des prochaines élections provinciales à l’automne 2020.

« Il est très important qu’on augmente le niveau d’implication des personnes autochtones ici en Saskatchewan. On a vu que le taux de participation des personnes autochtones le jour du vote dans la dernière élection avait diminué », précise-t-il d’emblée.

Ryan Meili insiste lui aussi sur l’importance de la représentation des autochtones non seulement à titre d’électeurs, mais aussi de candidats. « Nous devons nous assurer d’avoir des candidats issus des communautés autochtones. Nous sommes très fiers de compter parmi notre équipe Betty Nippi-Albright dans le comté de Saskatoon Centre. Sa présence comme candidate est très importante », souligne-t-il à cet égard.

Pour le politicien, les obstacles au vote autochtone sont nombreux en Saskatchewan, à l’instar de l’accessibilité aux urnes. « Il n’y a pas assez de stations de vote dans les endroits clefs sur les réserves », déplore-t-il.

Faire porter sa voix

Ryan Meili explique que, lors de la campagne provinciale, il sera important pour toutes les formations politiques de parler de sujets concernant directement les populations autochtones. Car si elles ne se retrouvent pas dans les thèmes discutés, le taux de participation sera de nouveau décevant le jour du scrutin.

« Dans notre histoire, les peuples autochtones ont beaucoup été marginalisés. Pourtant, ce qui les concerne nous concerne tous. Dans les dossiers comme ceux de l’éducation et de la santé, cela me semble évident », insiste-t-il.

Là où les réalités américaines et saskatchewanaises se rejoignent, c’est qu’il y a plusieurs comtés en Saskatchewan où le vote autochtone pourrait changer la donne, comme dans les swing states américains. « Il est important que les Autochtones sachent qu’ils ont ce pouvoir de changer le cours des élections et de changer les choses. Tous les partis vont devoir présenter des politiques répondant aux intérêts des Autochtones, que ce soit du point de vue de la réforme de notre système de justice, de l’environnement, de la réconciliation et des revendications territoriales », conclut Ryan Meili.

Le Indian French louisianais

Bien que reconnue aujourd’hui comme souveraine, la Tribu indienne de Pointe-au-Chien en Louisiane a survécu à l’esclavage, aux affres de la colonisation et à l’exclusion du droit de vote pendant de nombreuses années. « Nous continuons de parler le Indian French, une langue orale. Mes grands-parents le parlaient entre eux et c’était la langue maternelle de ma mère. Notre communauté était isolée et discriminée. Nous ne sommes pas cajuns. Certains Français se sont mariés avec des membres de notre tribu. Nos noms de famille sont principalement Billiot, Dardar et Verdin », précise la juriste Patty Ferguson-Bohnee, membre de la tribu.

Imprimer
6584

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Assemblée communautaire fransaskoise

Nouvelles de l'ACF

Rencontre de l'ADC les 7 et 8 mars 2015

Les députés communautaires seront en session à Saskatoon à l'Hotel Hilton Gardens.

La Cause Caron-Boutet devant la Cour suprême du Canada

Une décision favorable confirmerait que le français a le même statut que l'anglais dans les institutions publiques de la Province.
13 février 2015/Auteur: Assemblée communautaire fransaskoise/

Madame Isabelle Nkapnang Djossi se joint à l’équipe de l’ACF

Elle occupera le poste d’agente aux communications.
27 janvier 2015/Auteur: Assemblée communautaire fransaskoise/
RSS
Première8586878890929394Dernière

Theme picker

Back To Top