Close
Nos élèves qui façonnent le monde: Sydney Goldstone
Conseil des écoles fransaskoises
/ Catégories: La vie des élèves

Nos élèves qui façonnent le monde: Sydney Goldstone

« J'ai commencé en prématernelle à l'école Monseigneur de Laval et j'ai terminé ma 12e année en 2016. J'ai été finissante avec 24 personnes que je connaissais depuis des années. Mes enseignants et la communauté m'ont inspirée. Mes professeurs de sciences sociales, de mathématiques et de sciences à l'époque étaient vraiment doués pour nous faire apprécier les matières. Une ancienne élève de l'école Monseigneur de Laval, devenue professeure à l'Université d'Ottawa, était venue nous parler en classe d'un programme qui permettait d'étudier à l'Université d'Ottawa, tout en devenant page à la Chambre des communes. J'avais l'avantage d'être complètement bilingue. Étudier le droit à Ottawa représentait un défi séduisant.

Comme page, j'ai apprécié avoir accès aux politiciens, être au centre de l'action et participer au processus démocratique de cette façon. C'est un point de départ magnifique pour quelqu'un qui était intéressé à la politique. Je souhaitais poursuivre mes études en français et j'ai toujours voulu devenir avocate. Mon expérience de page a fait que ma première année d'université a été bien encadrée. J'ai développé des amitiés précieuses. Quand je considère qu'aujourd'hui, j'ai entrepris des études de droit à l'Université d'Ottawa, et tout ce que j'ai été capable d'accomplir, je réalise que cela a vraiment été une démarche judicieuse pour moi.

Le processus décisionnel et les aspects qui informent la prise de décision par les gouvernements m'interpellent. Maintenant avec mes études, le droit de l'emploi m'intéresse et les droits linguistiques comme ceux des familles qui inscrivent leurs enfants dans les écoles du Conseil des écoles fransaskoises me passionnent. Depuis septembre, j'occupe un poste à temps partiel d'étudiante en droit à la firme Power Law qui cherche à faire valoir les droits des minorités linguistiques. J'avais une connexion vraiment personnelle avec les enjeux auxquels sont confrontées les minorités linguistiques, alors je me considère chanceuse. J'aime le milieu bilingue qu'offre Ottawa. Mais j'aimerais bien pouvoir retourner en Saskatchewan pratiquer le droit en français dans un domaine qui m'intéresse, dans un environnement bilingue, qui sait, peut-être un jour. »

Imprimer
877

Theme picker

 

Navigation du site


Categories

Back To Top