Close

 

Navigation du site


Categories

Una olla

Mychèle Fortin 1185

Depuis plus de 40 ans, je prépare mes frijoles – fèves noires –  dans une olla, un pot en terre cuite qui ressemble à celui dans lequel certaines de nos grands-mères faisaient cuire leurs « bines ».

Liberté d'expression ou liberté de faire taire ?

Mychèle Fortin 4116

La pandémie n'est pas la seule source de division dans la société canadienne. Les causes légitimes de mécontentement et d'inquiétude sont oubliées, noyées sous des avalanches de revendications de personnes ou de groupes qui s'estiment offensés. Ce que Caroline Fourest appelle une « peste de la sensibilité » dans son livre Génération offensée (Grasset, 2020).

Ce sera comment, après?

Mychèle Fortin 13562

À peine quelques semaines entre le "il y a un méchant virus en Chine" et la "distanciation sociale", entre les rassemblements limités à 250 personnes et le confinement. «Ce n'est pas l'espèce la plus forte qui survit, ni même la plus intelligente. C'est celle qui s'adapte le mieux au changement » écrivait Darwin.

Rencontre avec le Coloc Mike Sawatzky à Saskatoon

Les Colocs étaient en vedette au Festival fransaskois 2019

Mychèle Fortin 11681

SASKATOON - L’édition 2019 du Festival fransaskois a accueilli la formation québécoise Les Colocs. L'Eau vive a voulu se pencher sur cette grande aventure musicale et a eu le plaisir de rencontrer le membre fondateur saskatchewanais de la formation, Mike Sawatzky, à Saskatoon, ville qui l'a vu grandir.

Amnistie internationale : Une lumière contre les ténèbres

Mychèle Fortin 13991

Le logo de l’organisation, une bougie entourée de fil de fer barbelé, est devenu un symbole mondial d’espoir. Il rappelle cette phrase du sage chinois Lao-Tseu (601 av. J.-C.) : « Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres ». Un don à Amnistie internationale, en temps ou en argent, c’est une façon d’allumer une bougie.

Des haïkus inspirés par la démesure des Prairies

Lancement du premier recueil de haïkus de Sébastien Rock à Saskatoon

Mychèle Fortin 11164

SASKATOON - Ça a l’air tellement simple, un haïku : trois lignes, 17 syllabes… Ça ne l’est pas. C’est ce qu’ont appris la quarantaine de personnes qui ont assisté, le 30 avril dernier, au lancement d’un recueil de haïkus de Sébastien Rock à la librairie McNally Robinson de Saskatoon.

RSS
12345

Theme picker

Back To Top