Close

Vernissage de Solitaires/Solidaires à la Galerie Fafard du Carrefour Horizons

Une autre activité dans la série Voulez-vous français avec moi, du Conseil culturel fransaskois

Jean-Pierre Picard 7142

Une quarantaine de personnes se sont rendues à la Galerie Fafard du Carrefour Horizons de Regina pour assister au vernissage de l’exposition itinérante Solitaires/solidaires présentée par le Conseil culturel fransaskois dans le cadre de sa série Voulez-vous français avec moi?. Mise sur pied dans la foulée des célébrations du 40e anniversaire du CCF, cette série propose une variété d’activités dont le but est de faire découvrir la richesse des cultures francophones aux habitants de la Saskatchewan.

Dix ans au Lieu historique national de Batoche avec le plus bel emploi du monde

Rencontre avec Ronald Jobin

Jean-Pierre Picard 6132

Le 11 octobre, le Lieu historique national de Batoche a accueilli ses derniers visiteurs de la saison jusqu’à réouverture au mois de mai 2015. Ronald Jobin, originaire de Saint-Isidore-de-Bellevue, à 10 km de Batoche, y travaille depuis dix ans et il considère qu’il a le plus bel emploi du monde.

 

Reportages extrêmes

Jean-Pierre Picard 2674

La fusillade dans les couloirs du parlement canadien et le meurtre du caporal Nathan Cirillo devant le cénotaphe à Ottawa ont profondément secoué le pays. On a mis les drapeaux en berne et multiplié les appels au calme. Moi, plus on me dit de me calmer, plus je m’inquiète.

Le débat qui n’a pas eu lieu

Jean-Pierre Picard 4585

En prévision des élections de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) le 5 novembre prochain,  la Société Radio-Canada Saskatchewan et l’Eau vive ont uni leurs efforts pour organiser un débat en direct des candidats à la présidence de l’ACF, l’organisme parapluie de la communauté. Mais voilà, Françoise Sigur-Cloutier a été réélue à l’unanimité et s’est retrouvée seule devant la caméra. Pas de débat, donc, mais une entrevue.

"The Fransaskois" n’est plus un homme invisible

Jean-Pierre Picard 4983

Il y a de ces détails qui, sous des airs anodins, revêtent une certaine importance. Dans un article du Star Phoenix on apprenait qu’un couple de Saskatoon a récolté 2,5 millions de dollars à la 6/49. C’est une nouvelle, somme toute, banale. Ce qui la rend intéressante, c’est une phrase du troisième paragraphe : « The Fransaskois works for ASL Paving Ltd. in Saskatoon... »

Et maintenant?

Où est le Conseil culturel fransaskois après 40 ans?

Jean-Pierre Picard 4817

« Il ne faut pas faire les choses comme avant, il faut penser à comment les choses vont être dans 20 ans ». Je ne peux que partager l’avis exprimé par Suzanne Campagne, la directrice du Conseil culturel fransaskois (CCF), interrogée sur l’avenir de l’organisme après son Gala anniversaire samedi dernier.

On n’est pas fort, mais on est plus fort que l’année dernière

Assemblée annuelle de l’Association communautaire fransaskoise de Gravelbourg

Jean-Pierre Picard 6842

Une vingtaine de personnes de Gravelbourg et des environs se sont rendues au Centre culturel Maillard (CCM), le dimanche 21 septembre, pour profiter d’un brunch dominical et assister à l’Assemblée générale annuelle de l’Association communautaire fransaskoise de Gravelbourg (ACFG). 

Au revoir Tante Aimée

Jean-Pierre Picard 4822

Pendant plusieurs années, l’Eau vive a publié ta chronique chère Tante Aimée . Dans ce « courrier du cœur », tes réponses à des lettres, souvent fictives mais parfois réelles, offraient une brochette de conseils et de renseignements aussi divers qu’éclairés sur des sujets comme la santé, les ressources pour les femmes, les défis des jeunes, des nouveaux parents, des personnes âgées…

Le statut bilingue d'Ottawa et Canadians for language Fairness

Jean-Pierre Picard 4296

La semaine dernière, un reportage de Radio-Canada faisait état du questionnaire biaisé d’une consultation bidon menée par Canadians for Language Fairness (CLF) destinée aux candidats des élections municipales à Ottawa. Ce questionnaire offre des perles de subtilité dans le style « Vous ne trouvez pas que le bilinguisme à Ottawa c’est beaucoup d’argent pour pas grand monde ? » (Traduction libre)

De l’importance de lire

Jean-Pierre Picard 7147

Même si cet édito était bilingue, près de la moitié des adultes canadiens n’auraient pas le niveau de lecture leur permettant de bien le comprendre. Non pas que j’écrive de façon incompréhensible (quoi que ça m’arrive parfois), mais tout simplement parce qu’un texte de type journalistique ou d’opinion requiert un niveau 4 ou 5 de littératie. Selon une étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 48% de la population canadienne n’atteint pas le niveau 3. 

Les Éditions la nouvelle plume et le milieu scolaire

Développer une nouvelle génération de lecteurs

Jean-Pierre Picard 6519

L’assemblée générale annuelle des Éditions de la nouvelle plume (ÉNP), le 27 août 2014, a permis aux participants, sur place et en téléconférence, de faire le bilan d’une année positive et de faire le point sur les nombreux défis auxquels fait face la seule maison d’édition francophone à l’Ouest de Winnipeg. Si les ÉNP ont réussi à être actives tout en dégageant un surplus de 5 140 $, c’est grâce au dévouement d’une équipe de bénévoles animée par la passion du livre. En effet, les ressources financières de l’organisme ne lui permettent pas d’embaucher du personnel. 

La loi, l’ordre et les femmes autochtones

Jean-Pierre Picard 4442

Lors de son passage au Yukon, le Premier ministre s’est fait questionner sur la pertinence d’une commission d’enquête sur le sujet de la violence faite aux femmes autochtones. Les chefs autochtones ainsi que des premiers ministres provinciaux, dont Brad Wall de la Saskatchewan, réclament ouvertement une telle enquête depuis quelque temps. Le premier ministre Harper a déclaré qu’il ne s’agissait pas ici d’un « phénomène sociologique » mais d’un problème de criminalité, que c’était le rôle de la police de s’en occuper.

L’Eau vive a besoin de ses abonnés

ou plus on nous lit, moins on s’abonne

Jean-Pierre Picard 1887

« Je n’ai pas besoin de m’abonner, on reçoit l’Eau vive au bureau (ou à l’école) ». Combien de fois ai-je entendu des commentaires de ce genre. Certes, il est réconfortant de penser que nous comptons plus de lecteurs que d’abonnés. Mais le problème, c’est que pour convaincre les annonceurs d’acheter de l’espace publicitaire, il faut être en mesure  de démontrer un tirage intéressant. Or. en ce moment, l’Eau vive compte à peine 900 abonnés et ce nombre diminue d’année en année.

Pour qu’on se souvienne d’eux

Jean-Pierre Picard 1596

Certaines rencontres dans nos vies laissent leur marque. C’est à l’Eau vive, en 1986, que le chemin d’Albert O. Dubé et le mien se sont croisés. Quelques jours plus tôt, un certain Roland Pinsonneault m’avait invité à souper pour  ce que je croyais être une entrevue pour le poste de graphiste dans un journal francophone. J’ai eu droit à un cours passionné sur l’histoire de la presse francophone de l’Ouest et sur le mot Fransaskois. Dans son envolée, il y avait toujours un nom qui revenait : Albert!  

Et c’est reparti

Jean-Pierre Picard 7311

C’est, hélas, grâce aux visites périodiques dans les couloirs des tribunaux que la francophonie canadienne réussit tant bien que mal à tirer son épingle du jeu. Le dossier scolaire a tenu pas mal d’avocats occupés ces dernières années à l’échelle du pays afin de s’assurer que l’éducation en français ait droit de cité à l’échelle du pays. Et ce n’est pas fini! 

Si on se donne des règles, c’est pour les suivre

Jean-Pierre Picard 4869

Je doute que les premiers feux de signalisation ou panneaux d’arrêt aient été installés dans les villes l’année même où les voitures ont fait leur apparition dans nos rues. Il aura fallu sans doute quelques collisions avant de prendre conscience de la nécessité d’offrir un certain encadrement à la circulation. 

La coopération au-delà des coopératives

Assemblée annuelle du Conseil de la Cooperation de la Saskatchewan

Jean-Pierre Picard 7979

Créé en 1947 pour soutenir le développement de coopératives francophones en Saskatchewan, le Conseil de la Coopération de la Saskatchewan s’est adapté au fil des ans pour devenir un instrument de développement économique qui dépasse largement le modèle coopératif. C’est le constat qui est ressorti de l’assemblée générale annuelle du CCS, qui s’est tenue à Saskatoon le samedi 14 juin 2014. 

Ça prend tout un village, vous dites?

Jean-Pierre Picard 6823

Dommage que Kafka ne soit plus de ce monde. Il aurait trouvé la situation de la gestion scolaire fransaskoise plutôt inspirante. La semaine dernière, le LeaderPost de Regina a rapporté que le ministre de l’Éducation se dit profondément préoccupé du retard de la paie du personnel enseignant du Conseil des écoles fransaskoises (CÉF). 

Dernier Cabaret de la saison le 6 juin à Saskatoon

Jean-Pierre Picard 4339

Depuis novembre 2013, le Cabaret offre un rendez-vous mensuel avec les grands noms de la chanson francophone et les créateurs d’ici. Ces soirées, animées par Dave Turcotte et Jean-Pierre Picard, ont permis à une vingtaine d’artistes de défiler sur la scène du Relais à Saskatoon. Le vendredi 6 juin c'est le dernier Cabaret de la saison.

RSS
123456789

Navigation du site

Categories

Back To Top