Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
18 décembre 2017
Menu
Nouvelles juridiques

La livrée des forêts

Auteur: Mélanie Jean/22 juin 2017/Catégories: Agriculture et environnement, Chronique environnement, 2017

Livrée des forêts

Livrée des forêts

Si vous êtes sortis à l’extérieur ou avez suivi les nouvelles locales ce printemps, vous avez probablement remarqué une quantité abondante de chenilles. Plusieurs d’entre vous ont aussi probablement visionné la vidéo de l’infestation majeure de chenilles chez une résidente de Saskatoon. C’est maintenant la quatrième année d’une infestation de la livrée des forêts (forest tent caterpillar, Malacosoma disstria) en Saskatchewan.

Plusieurs autres région canadiennes sont affectées, par exemple en Alberta, en Ontario et au Québec. Bien que la ville de Saskatoon ne fasse pas de suivi officiel sur les infestations de la livrée, il semble que les gens aient rapporté des quantités plus élevées qu’à l’habitude. Les chenilles sont présentement beaucoup moins nombreuses, puisqu’elles ont fini de se nourrir et sont en cours de métamorphose.

La livrée des forêts est un insecte défoliateur indigène à l’Amérique du Nord qui s’attaque principalement au peuplier faux-tremble, mais peut également se nourrir d’une variété d’arbres et d’arbustes à feuillage décidu. En ville, les chenilles se nourrissent principalement de frêne vert, de peuplier et de cerisier. Bien que les chenilles endommagent le feuillage des arbres, il est très rare que cela cause la mortalité. Les arbres en santé sont capables de produire de nouvelles feuilles en un mois et de recommencer à faire de la photosynthèse.

Les chenilles mesurent environ 5 cm de longueur et sont de couleur foncée avec des lignes longitudinales bleues et jaunes de même que des points blancs. Ce sont des chenilles sociales, c’est-à-dire que toutes les 50 à 200 chenilles qui éclosent d’une même masse d’œufs demeurent ensemble jusqu’à la mue. La chenille se fabrique ensuite une chrysalide (cocon) et se transformera éventuellement en papillon de nuit. Le papillon de la livrée des forêts mesure environ 3 cm de largeur au niveau des ailes et a un corps jaunâtre et velu. Contrairement à la livrée d’Amérique que l’on retrouve plus à l’est, la livrée des forêts ne forme pas de tente, mais plutôt des tapis de soie sur les arbres. Les fils de soie permettent aux chenilles de mieux adhérer à la surface et peut aussi leur permettre de se déplacer d’une branche à l’autre à la manière de funambules.

Les infestations de la livrée des forêts se produisent tous les 10-12 ans et durent de 2 à 5 ans. En Saskatchewan, la dernière infestation a eu lieu en 2007-2008. Au Canada, la superficie défoliée lors d’épidémies précédentes en 2001 et 2009 était de 14,3 millions et 150 000 hectares, respectivement. Il faudra attendre la fin de l’infestation présente pour savoir l’étendue des dommages. Les chercheurs ne sont pas tout à fait certains des facteurs qui mènent à l’initiation d’une infestation de la livrée des forêts. Il est cependant fort probable que des températures printanières chaudes, une bonne synchronie avec les arbres hôtes, et une baisse de la prédation favorisent le déclenchement de ce phénomène. La durée de l’infestation est régulée par plusieurs facteurs tels que les conditions météorologiques, les pressions exercées par les prédateurs et les parasitoïdes (parasite de parasite, certaines espèces de mouches par exemple), la disponibilité des espèces d’arbres préférées, et le potentiel de dispersion des papillons adultes (la dispersion est plus facile dans les zones où la topographie est plate que dans les montagnes).

Il y a relativement peu de recherche à ce jour sur la livrée des forêts en Saskatchewan. On ne sait pas encore comment les changements climatiques affecteront les infestations de la livrée des forêts. Il est possible que l’interaction entre les infestations et un climat plus sec mènent à des dommages plus importants ou plus de mortalité chez les arbres affectés. Des printemps plus chauds pourraient aussi potentiellement augmenter la fréquence ou la durée des infestations. Il est aussi important de se rappeler que, bien qu’une grande quantité de chenilles puisse être déplaisante pour nous, c’est une source exceptionnelle de nourriture pour tous les oiseaux, mammifères (incluant les ours) et autres arthropodes. 


Pour en savoir plus…

http://www.saskparks.net/tentcaterpillars

https://www.rivercare.org/news/tent-caterpillars-are-for-the-birds

http://www.rncan.gc.ca/forets/feux-insectes-perturbations/principaux-insectes/13380

https://www.saskatoon.ca/news-releases/forest-tent-caterpillars-abundant-saskatoon-again-year

Pour une vidéo avec beaucoup de chenilles : http://www.huffingtonpost.ca/2017/06/01/caterpillars-saskatchewan_n_16909458.html

Imprimer

Nombre de vues (875)/Commentaires ()

Comments are only visible to subscribers.

Votre nom
Votre adresse email
Objet
Entrez votre message ...
x