Close

Tournons la page avant que le livre ne se referme

Auteur: Alexandre Daubisse (EV)/17 juillet 2014/Catégories: Éditorial, 2014

Qu’il y ait des problèmes au CÉF, personne ne le nie. J’irais plus loin, qu’il y ait des problèmes dans la communauté fransaskoise, certains peuvent le nier mais cela n’est guère contestable. 

 

Certes, il faut assainir la gestion de certains organismes. Certes, il faut mettre un terme aux décisions irrationnelles. Certes, il faut faire cesser le népotisme qui mène à placer sa famille ou ses amis à certains postes convoités en dépit de leur manque de compétences. Certes…

 

Il convient cependant de rester prudent et de ne pas étaler nos différends sur la place publique. Concentrons-nous plutôt sur la réparation des erreurs passées. Si l’incompétence est au cœur du problème, réglons la situation et tournons la page.  

 

Nous avons déjà attiré trop d’attention de la part de la majorité anglophone et il ne s’agit pas du genre d’attention que nous voulons. Ils ne chercheront pas à distinguer qui est compétent de qui ne l’est pas, qui est honnête de qui ne l’est pas. C’est toute la communauté qui paiera. Qu’on soit Fransaskois, Québécois, Mauriciens, Africains, Belges, Français, peu importe. They’re all French anyway!

 

Le risque ici, c’est que nous perdions la maîtrise de la gestion scolaire, soit par mise sous tutelle soit par la perte de financements qui nous sont dus, sous prétexte que nous ne sommes pas de bons gestionnaires.

 

Nous avons besoin du plein contrôle de nos écoles pour former l’élite fransaskoise de demain qui occupera des postes de responsabilité et d’influence, non seulement au sein de notre communauté, mais aussi dans tous les secteurs de la société saskatchewannaise. 

 

Au lieu de nourrir des rancunes, peut-être serait-il pertinent de mettre les erreurs du passé derrière nous et de collaborer afin de ne pas perdre ce qui a été si chèrement acquis par des gens fiers et passionnés. 

Imprimer

Nombre de vues (1981)/Commentaires ()

Back To Top