Close

Coup d'oeil sur le monde

D’où viennent les plantes décoratives du temps des Fêtes ?

Cactus de Noël

Cactus de Noël

Photo : Gracieuseté (2017)
Le poinsettia

Le poinsettia (Euphorbia pulcherrima) est facilement reconnaissable par ses couleurs rouges et vertes et typiquement utilisé dans les décors du temps des Fêtes. Cette plante fait partie de la famille des euphorbes et est originaire des forêts tropicales décidues du Mexique. Les feuilles du poinsettia sont vert foncé. Ce sont les bractées, des feuilles modifiées à l’aisselle des fleurs, qui sont d’une couleur rouge vif chez le poinsettia. Les bractées peuvent aussi être d’autres couleurs chez différentes variétés, par exemple blanches ou vert pâle. La couleur des bractées est produite par photopériodisme, c’est-à-dire qu’elles doivent être dans la noirceur complète pour environ douze heures cinq jours d’affilée et être bien éclairées durant la journée. Les fleurs du poinsettia sont petites, jaunes, et groupées au centre des groupes de feuilles.

Chez les aztèques, le poinsettia était utilisé pour faire de la teinture rouge et en tant que médicament pour contrer la fièvre. Au Mexique, cette plante est utilisée en lien avec Noël depuis le 16e siècle selon la légende. Dès le 17e siècle, par contre, on sait que des frères franciscains l’utilisaient. Cette plante a fait son apparition chez nos voisins du sud en 1825. Pendant longtemps le monopole de la production de poinsettia était détenu par une famille californienne. Cependant, des avancées horticulturales ont permis à nombre de cultivateurs à l'échelle de l’Amérique du Nord et du monde entier de cultiver le poinsettia. Il est maintenant cultivé à l'échelle mondiale et peut pousser en nature dans des climats subtropicaux comme en Australie ou à Madagascar. Dans les endroits où le climat leur est favorable, les poinsettias peuvent atteindre une hauteur de 4 m !

Le cactus de Noël

Les cactus de Noël proviennent des forêts tropicales des montagnes du sud-est du Brésil et comptent six espèces du genre Schlumbergera. Dans leur habitat naturel, ces plantes poussent comme des épiphytes, poussant sur les troncs d’arbre sans leur causer de dommage, ou dans des craques ombragées et humides sur des rochers. Un grand nombre d’hybrides ont été créés entre les différentes espèces. La floraison de ces cactus se produit entre septembre et février. Le cactus de Noël possède des branches tombantes composées de segments aplatis qui ne possèdent pas vraiment d’épines. Les fleurs poussent aux extrémités des branches et deviennent de plus en plus nombreuses avec le temps. Les fleurs, en forme de trompette et de couleurs très vives dans les teintes de rouge et de rose, sont pollinisées par des colibris dans leur habitat naturel. 

On sait que l’espèce Schlumbergera truncata était déjà cultivée en Europe, en 1818. Un des cultivars les plus communs est le Schlumbergera x buckleyi. Le x dans le nom latin indique que cette plante est un hybride entre deux espèces. En effet, le cactus de Noël, tel qu'on le connaît, est un hybride entre Schlumbergera truncata (le cactus de l'Action de grâce) et le Schlumbergera russelliana. Il a été créé, vers 1852, en Angleterre, par William Buckley. Le cactus de Noël a été populaire dans la deuxième moitié du 19e siècle, mais, a par la suite, été oublié jusque vers 1950. Depuis, les cactus de Noël sont cultivés partout dans le monde et des tonnes de nouveaux hybrides ont été produits, incluant une variété à fleurs jaunes. On dénombre aujourd’hui plus de 200 cultivars (variété de plantes produites en culture par sélection).

Le houx

Le houx est l’une des plantes les plus utilisées dans la décoration du temps des Fêtes avec ses feuilles coriaces, épineuses et vert foncé et ses baies rouges. Deux espèces de houx font partie des coutumes du temps des Fêtes : Ilex aquifolium et Ilex verticillata. Le premier est une espèce indigène à l’Europe, à l’Asie occidentale et au nord de l’Afrique, qui possède les typiques feuilles très dentelées, alors que le deuxième provient du nord-est de l’Amérique du Nord et a des feuilles dont les dents sont plus discrètes. Le houx est un arbuste ou petit arbre de sous-bois dont le feuillage et les fruits persistent durant l’hiver. Le houx est dioïque, on retrouve donc des plants mâles et femelles séparés.

Bien que le houx soit souvent utilisé comme plante ornementale depuis l’Antiquité, ses feuilles et ses fruits sont toxiques et peuvent induire vomissements, troubles digestifs et troubles neurologiques si consommé en grande quantité. Chez les romains, on offrait des branches de houx aux nouveaux mariés pour les féliciter et en signe de bienveillance. Les anciens Européens et les Amérindiens plantaient du houx près des maisons pour repousser les mauvais esprits. Les baies de houx séchées étaient aussi utilisées par les Amérindiens de l’est de l’Amérique du Nord comme ornementation pour les cheveux ou les vêtements.

Le gui

Le gui européen (Viscum album) fait partie de la famille des Santalaceae. C’est une plante hémiparasite, c’est-à-dire que c’est une plante qui fait de la photosynthèse mais prélève chez son hôte de l’eau et des sels minéraux dissous. Il pousse sur les troncs et branches de plusieurs espèces d’arbres et d’arbustes. Le gui européen est originaire de l’Europe et du Sud de l’Asie. Cette espèce est très rarement trouvée en Amérique du Nord et une autre espèce est souvent utilisée en remplacement : Phoradendron leucarpum (indigène aux États-Unis et au Mexique). Les feuilles sont vertes et épaisses et les fleurs produisent des baies blanches ou jaunâtres. Comme le houx, le gui garde ses feuilles en hiver, c’est pourquoi c’est une plante qui a une place importante dans les coutumes de plusieurs régions.

L’importance du gui dans les coutumes peut être retracées jusqu’à la Grèce et la Rome antiques. Dans l'Europe de la pré-chrétienté, le gui était un symbole de la fertilité et de la vitalité. Une vieille tradition du temps des Fêtes veut que l’on accroche des branches de gui au plafond et que l’on s’embrasse en dessous. La trace la plus ancienne de cette coutume date du 16e siècle, en Angleterre.

Imprimer
3427

Comments are only visible to subscribers.

Back To Top