Close

Coup d'oeil sur le monde

Mychèle Fortin

Inde : Consolidation du nationalisme hindou

Drapeau indien
80 % des Indiens sont hindous, 14 % sont musulmans. On trouve aussi des chrétiens, des bouddhistes et des sikhs.
Le 23 mai dernier, au terme des plus grandes élections de l’histoire et d’une période de vote qui s’est échelonnée sur six semaines, les Indiens ont reporté le premier ministre Narendra Modi et son Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien) au pouvoir. Avec une majorité absolue, 303 sièges sur 543(1), cette deuxième victoire écrasante confirme la suprématie des nationalistes hindous et démontre l’absence d’une opposition viable au BJP. Modi peut poursuivre son agenda. Ce qui a de quoi inquiéter.

Traditionnellement, le nationalisme hindou trouvait en bonne partie ses appuis au sein des castes et classes supérieures. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Principal acteur de l’opposition, le Congrès national indien (NIC), acteur clé de la scène politique indienne depuis l’indépendance (1947), a été décimé une première fois en 2014. Cette fois, la défaite a été pire.

La famille Nehru-Gandhi n’avait jamais été vaincue dans sa circonscription d’Amethi (Uttar Pradesh), un des bastions de cette dynastie politique. Rahul Gandhi, petit-fils d’Indira Gandhi et arrière-petit-fils de Nehru, a été battu par plus de 45 000 voix au profit du BJP. Cette défaite consacre la chute du NIC et le rejet des élites.

Populisme à la Modi

Le populisme de Modi s’incarne dans son image d’homme fort et charismatique, mais aussi d’homme d’origine modeste, se déclarant appartenir à la caste des Intouchables. Il représente une Inde forte, qui s’appuie sur la majorité hindoue et sur ses craintes des minorités religieuses et culturelles, et se présente comme le défenseur du pays, le guide et protecteur de la nation face à l’ennemi musulman extérieur, le Pakistan(2).

Modi est plus populaire que son parti. Alors que sa campagne de 2014 avait largement porté sur la promesse de miracles économiques, celle de 2019 a été axée sur le nationalisme et la promesse de faire de l’Inde une grande puissance, portée par un discours nationaliste et anxiogène. Elle a aussi été axée sur sa personne.

Il faut dire que le bilan économique de Modi est mitigé. Malgré un PIB qui augmente de 6 à 7 % par an(3), l’Inde traverse aujourd’hui une crise agricole grave(4) et le chômage des jeunes demeure un problème criant dans un pays où la moitié des 1,3 milliard d’habitants a moins de 25 ans. Mais on croit en Modi et les décisions impopulaires de son gouvernement(5) n’ont pas réussi à ternir son image.

Sa popularité repose en grande partie sur des mesures visant l’amélioration de la vie des plus pauvres : programmes de construction de toilettes, d’alimentation en électricité de villages isolés, d’accès à des combustibles à cuisson plus propres, d’ouverture de comptes en banque pour les plus démunis. Et puis, Modi a réussi à rassembler les gens autour de projets communs qui font la fierté de tous, comme l’embellissement et le nettoyage d’espaces publics, tels les marchés.

Quel avenir pour les minorités religieuses ?

Il faut savoir que Narendra Modi a été ministre en chef de l’État du Gujarat pendant plus de dix ans. Au cours de cette période, en 2002, plus de 1 000 personnes, musulmanes pour la plupart, périrent dans des émeutes. Modi fut soupçonné de complicité dans le massacre et fut pendant des années interdit de séjour aux États-Unis.

Pendant son premier mandat, les tensions politico-religieuses ont grimpé et la société indienne s’est polarisée. Rien ne permet de croire qu’il en ira autrement dans ce second mandat. Au contraire. Pendant sa campagne, Modi n’a pas hésité à exciter les sentiments anti-musulmans et anti-pakistanais de la majorité hindouiste.

On peut s’attendre à ce que, au cours des cinq prochaines années, Modi et son parti œuvrent à diviser davantage le pays sur une base religieuse, encouragent l’extrémisme hindou, et fassent pression pour une Inde hindoue. Les minorités, à commencer par les minorités musulmanes, vont se sentir de plus en plus menacées.(6) Il deviendra encore plus difficile de parler protection des minorités ou maintien d’une Inde laïque. On peut parier que les troubles au Cachemire ne vont pas s’apaiser, pas plus que les relations avec le Pakistan.


  1. L’hémicycle de la Lok Sabha compte 545 parlementaires au total. Les deux derniers sièges, représentant la communauté anglo-indienne, sont nommés directement par le président de l’Inde sur proposition du parti au pouvoir. Le président de l’Inde est Ram Nath Kovind, élu en 2017, issu du BJP.
  2. L’Inde et le Pakistan ont connu une grave crise au début de l’année, allant jusqu’à des combats aériens au-dessus du Cachemire, région où les citoyens musulmans mènent une lutte de sécession depuis trente ans.
  3. L’augmentation du PIB au Canada, entre 2012 et 2018, oscille entre 1,75 et 3, 05 % (http://perspective.usherbrooke.ca)
  4. On estime à 40 le nombre de fermiers qui se suicident quotidiennement (Le Devoir, 13 avril 2019)
  5. À titre d’exemples : le retrait des billets de 500 et 1000 roupies – qui a sérieusement compliqué le quotidien des pauvres, et l’introduction d’une taxe sur les produits et services qui a eu des effets négatifs sur les petites entreprises.
  6. Avec 26 élus, les députés musulmans représentent 4,8 % des députés élus à la Lok Sabha.
Imprimer
2457

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Back To Top