Close

S'exprimer autrement
Cette chronique, en collaboration avec La Cité universitaire francophone,  offre des textes dont les auteurs ont en commun d’avoir choisi le français comme langue seconde.


 

Les larmes de crocodile d’Hubert T. Lacroix

Auteur: Jean-Pierre Picard/23 septembre 2015/Catégories: Communication, SRC - Saskatchewan, Opinion, Politique, 2015

Hubert T. Lacroix, président-directeur général de SRC/CBC

Hubert T. Lacroix, président-directeur général de SRC/CBC

Je croyais que le cynisme avait ses limites, mais il semble que non. Le président-directeur général de Radio-Canada, Hubert T. Lacroix, a déclaré récemment que  le « plus grand manquement » des diffuseurs publics « est de ne pas avoir parlé suffisamment haut et fort des menaces qui nous guettent. Notre situation fait penser à la fable de la grenouille qu’on place dans un récipient d’eau froide chauffée progressivement. Nous n’avons pas dit clairement que nous risquons de finir ébouillantés ».

Pourtant, la grenouille gueule depuis longtemps, monsieur Lacroix. Les Jean-François Lépine, Pierre Maisonneuve et bien d’autres, qui ont contribué à donner à Radio-Canada ses lettres de noblesse, ont dénoncé haut et fort le dommage irréversible infligé à notre diffuseur public. Des gens ont marché dans la rue, de nombreuses associations ont manifesté leur inquiétude face à la situation. En Saskatchewan, l’Assemblée communautaire fransaskoise a dénoncé, en juin 2014,  la « lente exécution du diffuseur public ».

Monsieur Lacroix, vous n’avez rien vu venir? Est-ce vraiment possible avec votre expérience dans le domaine?

C’est votre champ d’expertise après tout. Vous avez enseigné le droit des valeurs mobilières, des fusions et acquisitions d’entreprises à l’Université de Montréal. De 2000 à 2005, vous avez présidé d’une main de maître au démantèlement de l’empire médiatique québécois Télémédia et participé à la création de Telemedia Ventures à partir des recettes de cette vente de garage.

Quelque chose sonne faux lorsque vous déclarez que « vous auriez dû sonner l’alerte plus tôt ».

Le 12 mai 2014, à l’émission Pas de midi sans info, vous avez déclaré : « Je ne crois pas à une bataille sur la première page du journal avec les personnes qui sont en poste à Ottawa et qui ont un ascendant sur le radiodiffuseur public. » En effet, il n’y a pas eu de bataille en première page. Il ne semble pas y en avoir eu derrière les portes du conseil d’administration non plus, ce qui n’a rien d’étonnant lorsqu’on sait que tous ses membres ont des affinités très serrées avec le parti au pouvoir.

En éliminant 25% du personnel, c’est le contenu qui a écopé. D’excellentes émissions d’affaires publiques ont mordu la poussière. On a de plus en plus de difficulté à voir une différence entre la SRC et d’autres diffuseurs. La Fédération des communautés francophones et aca-dienne a déclaré, en juin 2014, que « Radio-Canada était devenu méconnaissable ».

Et tout ce temps, vous avez clamé que notre diffuseur public se réinventait. Vos lieutenants régionaux ont fidèlement défendu votre stratégie. Lors du Rendez-vous fransaskois en 2014, votre directeur des services de l’Ouest est venu informer la communauté francophone en Saskatchewan que tout allait bien et même que « ça allait s’améliorer avec la nouvelle génération de journalistes qui peut faire des reportages sur leur iPhone qu’on pourra regarder sur notre montre intelligente ».

J’endosse entièrement le discours sur l’importance du virage numérique pour la société d’État.  Mais, monsieur Lacroix, un changement d’une telle ampleur exige des investissements considérables, pas des coupures.

On sait que les conservateurs ont une allergie viscérale face aux médias d’information en général et Radio-Canada en particulier. La série de coupures habilement étalées dans le temps ainsi que votre déclaration aux allures de « il est trop tard, sniff, sniff » ressemblent drôlement à une stratégie bien orchestrée pour faire disparaître notre diffuseur public. Je vous en prie, monsieur Lacroix, ne jouez pas le rôle de la victime dans ce scénario que vous avez mis en scène.

P.S. : Et la prime de départ? C’est combien?

 

Imprimer

Nombre de vues (9924)/Commentaires ()

Comments are only visible to subscribers.

Back To Top