Close

Grandir, un jeu d'enfant

Par Sandra Hassan Farah, directrice du Centre de la petite enfance 

Les trésors du monde à Prince Albert

Trucs et astuces pour faciliter la construction identitaire de votre enfant

 

Journalisme en français : Des journalistes formés en Saskatchewan dès 2019

Auteur: Lucas Pilleri (Francopresse)/18 décembre 2018/Catégories: Éducation, Postsecondaire, Collège Mathieu

Daniel Tremblay

Daniel Tremblay

Professeur en journalisme à la Cité collégiale
Photo : courtoisie
Le Collège Mathieu, situé à Saskatoon et Regina, importera le programme de journalisme de la Cité collégiale d’Ottawa pour la rentrée d’automne 2019. Le cours viendra étoffer une relève journalistique de plus en plus rare en milieu minoritaire. La Saskatchewan deviendra ainsi la province la plus à l’ouest du pays à offrir des cours de journalisme en français.

Alors qu’Ottawa a annoncé investir 595 millions pour soutenir le journalisme au Canada, le Collège Mathieu mise sur l’avenir médiatique fransaskois. Offert depuis 1995 à La Cité collégiale, le cours de journalisme s’étale sur deux ans et forme chaque année une quinzaine de jeunes aux postes de journaliste, rédacteur, recherchiste, pupitreur, animateur, ou encore reporter.

« C’est un programme très pratique, indique Daniel Tremblay, professeur en journalisme et coordonnateur du programme. On envoie les étudiants sur le terrain et on corrige leurs reportages pour la presse écrite, la radio et la télé. Il n’y a presque aucun examen théorique. » En outre, les étudiants y bénéficient de liens étroits avec les employeurs comme Radio-Canada, TVA, TFO, Le Droit, Rogers TV ou des stations de radio privées.

Une réelle demande

Francis Kasongo, directeur général du Collège Mathieu

Francis Kasongo, directeur général du Collège Mathieu

Photo : courtoisie
Le Collège Mathieu, qui fête cette année ses 100 ans, a diffusé un sondage à la mi-novembre afin d’évaluer la faisabilité du projet. Si les résultats chiffrés ne sont pas encore connus, le programme est assuré de faire sa rentrée en 2019. « Le programme répondra aux besoins du journalisme écrit, audiovisuel et sur les médias sociaux », promet Francis Kasongo, directeur général.

Avec une cohorte d’au moins cinq étudiants prévue, les médias communautaires fransaskois se frottent les mains. « C’est particulièrement difficile de recruter dans l’Ouest. Quand j’ai su qu’un cours en journalisme écrit serait disponible, j’ai appelé le Collège Mathieu pour leur demander de me réserver un stagiaire! », se réjouit Marie-France Kenny, présidente de la Coopérative des publications fransaskoises, qui publie notamment L’Eau vive.

Francopresse. Le Collège Mathieu importera le programme de journalisme de la Cité collégiale d’Ottawa pour la rentrée 2019. La Saskatchewan deviendra ainsi la province la plus à l’ouest du pays à offrir des cours de journalisme en français.

Sensibiliser aux enjeux des minorités

« Le programme aidera les jeunes journalistes à acquérir la perspective locale et communautaire. En bout de ligne, on aura des journalistes déjà immergés dans la communauté, avec une bonne prise des réalités locales, une pratique sur le terrain et un réseau », présage Francis Kasongo.

Pour Marie-France Kenny, cette sensibilisation à la vie francophone en situation minoritaire ne pourra être que bénéfique. « C’est une réalité difficile à comprendre. Ça prend une partie de la formation et un minimum de temps pour comprendre les enjeux, les défis et les bons coups de la communauté fransaskoise. »

Durant la formation, les apprentis journalistes suivront un cours sur la francophonie destiné à les sensibiliser. « À La Cité, la grande majorité des étudiants viennent du Québec, sont des Franco-Ontariens ou des Français. Dès le premier cours, je leur apprends qu’il y a un demi-million de francophones en Ontario et plus d’un million hors Québec. Il y a tout un travail d’éducation à faire pour leur dire que la francophonie, ce n’est pas juste le Québec », détaille le professeur Daniel Tremblay.

Avec l’ajout de cette formation en Saskatchewan, Marie-France Kenny espère un avenir plus radieux pour les médias communautaires, mais aussi pour les jeunes qui doivent souvent déménager pour suivre leurs études, « et qui pourront désormais se former et travailler dans la province. »

Imprimer

Nombre de vues (2873)/Commentaires ()

Comments are only visible to subscribers.

Theme picker

Back To Top