Close

Chronique juridique

 

 

Orchestrer les différences culturelles au sein d’une équipe

Atelier du CÉCS sur la diversité culturelle en milieu de travail

Atelier sur la diversité culturelle en milieu de travail

Atelier sur la diversité culturelle en milieu de travail

Le directeur général du Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan, Robert Therrien, a présenté l'atelier basé sur une formation développée par Lionel Laroche.
Photo: CÉCS (2018)
REGINA - Les relations entre les membres d’une équipe ou du personnel d’un organisme posent souvent des défis. Quand en plus on se retrouve avec différents bagages culturels, il faut souvent du doigté pour réussir à maintenir la cohésion et éviter les malentendus. C’est le sujet qui a été abordé par l’atelier Diversité en milieu de travail, présenté par le Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CÉCS), le 7 février dernier à Regina.

L’atelier, offert par le directeur général du CÉCS, Robert Therrien, se voulait une version condensée d’une formation développée par Lionel Laroche, auteur du livre Danger and Opportunity. Monsieur Therrien a reconnu d’entrée de jeu qu’il faut consacrer du temps aux dynamiques présentes au sein d’une équipe multiculturelle  et que « ça prend plus de temps pour faire des choses avec des gens qui sont culturellement différents. »

Il a souligné également que les différences culturelles vont plus loin qu’on pourrait le croire. Il a donné pour exemple l’influence de l’histoire du pays d’origine d’une personne pour expliquer son attitude face au changement. Les personnes qui viennent de pays ayant connu des bouleversements soudains et violents peuvent avoir une résistance naturelle aux changements proposés dans une organisation.

Il y a également la portée culturelle des mots utilisés. Un compliment peut être perçu comme un commentaire désobligeant, d’où l’importance d’utiliser des mots clairs et d’éviter des expressions locales avec des gens de culture différente. Monsieur Therrien souligne également qu’il faut « trouver des espaces sécuritaires pour discuter des différences culturelles d’une façon constructive. »

Même si l’intégration d’une main d’œuvre d’origines culturelles diverses demande une adaptation de part et d’autre (employeur et employé), monsieur Therrien explique que 80% de l’adaptation doit venir de l’employé, qui doit s’intégrer au cadre de son milieu de travail. L’employeur a également son bout de chemin à faire pour bien expliquer les exigences du milieu de travail et accommoder, dans la mesure du possible, les différentes exigences culturelles. « Le problème c’est que souvent les deux croient avoir fait leur bout de chemin alors qu’il reste encore un écart à combler » de dire monsieur Therrien.

Même si le bagage culturel peut expliquer certaines différences, il n’en reste pas moins que les individus ont leurs caractéristiques propres et qu’il ne faut pas les cantonner dans des stéréotypes. Mais monsieur Therrien explique que l’on peut reconnaître des tendances générales chez les personnes issues d’une même culture. À titre d’exemple, les personnes originaires du Pakistan s’attendent à recevoir des instructions détaillées sur les tâches à accomplir, alors que les Canadiens préfèrent connaître le but visé de façon plus générale et élaborer leur propre méthodologie pour l’atteindre.

Pour monsieur Therrien, « dès qu’on se rend compte qu’on a affaire à des différences culturelles, on a déjà la moitié de la solution ».

La diversité des handicapés

La diversité des handicapés

Le directeur général de l'Association jeunesse fransaskoise, Julien Gaudet (à droite), a fait une présentation sur la réalité des handicapés en milieu de travail lors de l’atelier Diversité en milieu de travail offert par Robert Therrien (à gauche). Photo : CÉCS
Photo: CÉCS (2018)

La diversité des handicapés

Le directeur de l’Association jeunesse fransaskoise, Julien Gaudet, a conclu la formation avec une intervention qui a  permis de sensibiliser les participants à un autre aspect de la diversité en milieu de travail : celui des handicapés. Atteint de paralysie cérébrale, il a partagé, avec humour et réalisme, son expérience en milieu de travail.

Monsieur Gaudet a fait un certain rapprochement entre les handicapés et les minorités visibles : « les gens te jugent sur ce qu’ils voient et non sur ce qu’ils connaissent ». Il affirme que « c’est la job qui définit si la personne est handicapée ou non ». Il incite les employeurs à au moins accorder une entrevue à un handicapé qui postule pour un emploi. « Si un handicapé applique pour un emploi, passez-le en entrevue. Il a lu et relu les exigence. Pensez-vous qu’un handicapé va postuler pour un emploi s’il n’est pas convaincu de pouvoir faire la job ? »

Par contre, il a insisté sur l’importance de ne pas prendre les handicapés en pitié. « Si la personne ne peut vraiment pas faire la job, il ne faut pas se sentir coupable de ne pas l’embaucher. La réalité, c’est que vous avez plus de chances d’avoir un enfant handicapé que d’en embaucher un ».

Imprimer
3403

Comments are only visible to subscribers.

Pour nous joindre

Association des juristes d'expression française de la Saskatchewan
1440, 9e Avenue Nord, bureau 219
Regina, Saskatchewan, S4R 8B1
Tél: 924-8543 / 1 800 991-1912
Téléc.: (306) 781-7916
courriel : ajefs@sasktel.net

 

newsWidgets - chronique juridique

Previous Next
Back To Top