Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
23 mars 2017
Menu

Tourisme et plein air par Dominique Liboiron

 

Une raison de plus pour visiter Ponteix

Le tourisme religieux

Auteur: Dominique Liboiron/2 mars 2017/Catégories: Tourisme et plein air, Ponteix, 2017

Église Notre-Dame D'Auvergne

Église Notre-Dame D'Auvergne

Les clochers de Notre-Dame d’Auvergne mesurent 128 pieds ou 39 mètres en hauteur alors que les croix aux sommets font 24 pieds ou plus de sept mètres. L’église peut accueillir près de 1000 paroissiens, plus que la population de Ponteix.

Photo : Dominique Liboiron

PONTEIX - Le plus souvent, le tourisme est une activité de plaisir ou de divertissement. Par contre, le tourisme religieux offre une dimension spirituelle aux voyages. À la fois une source de plaisir et un approfondissement de sa foi, le tourisme religieux vous offre le joyeux mélange d’une aventure et d’un pèlerinage.

Si un voyage spirituel vous intéresse, vous serez comblé à Ponteix où les attraits religieux ne manquent pas. Le village du sud de la province compte son église impressionnante, deux statues remarquables de la Vierge Marie et une sublime croix de Dozulé. Par contre, même si les endroits de dévotion chrétienne vous inspirent peu, l’art, l’architecture et l’histoire des lieux sont en soi des raisons pour visiter Ponteix qui compte également des sites historiques axés sur l’archéologie et les dinosaures.

L’histoire du village débute avec l’abbé Jean-Marie Royer qui cherchait à fonder une paroisse dédiée à la Vierge Marie. Les paroissiens ont érigé Notre-Dame d’Auvergne et l’abbé Royer y a placé La Pietà, une statue de Marie tenant le corps de son fils crucifié.

Cachée dans un tas de foin durant la Révolution française, une période de l’histoire marquée par le vandalisme de l’art religieux, La Pietà a également survécu à un incendie en 1923 qui a dévasté l’église de Ponteix.

L’histoire de La Pietà, vieille de 500 ans, est parsemée de péripéties et de ferveur. 

Taillée d’un seul morceau de chêne blanc, elle est l’objet d’un pèlerinage annuel le 16 juillet afin d’invoquer des pluies abondantes. Cette année, l’archevêque dira la messe à partir de 14h00.

Au nord du village, vous trouverez Notre-Dame-des-Champs, une statue  entourée par les stations de la croix qui veille sur les âcres de blé doré. Elle est située sur l’ancien homestead de la famille Levasseur. Jean Levasseur et sa sœur jumelle Jeanne Legault ont proposé l’idée d’une statue à leurs frères et sœurs, le but étant de rendre hommage à leurs parents, eux-mêmes pionniers. La famille y a consenti et l’artiste Ian Mackenzie a entamé le projet. Son canevas, pour ainsi dire, est le tronc d’un sapin de Douglas, cet arbre géant de la côte Ouest. La statue mesure 15 pieds de haut (4,5 mètres.) parce que la mère aux jumeaux est morte en accouchant de son quinzième enfant.

Au sud du village, située sur une colline, une croix de Dozulé marque l’entrée de Ponteix. Elle doit son existence à Guy Roberge, un fermier et éleveur de bisons qui habite la communauté. Sa fille Brigitte lui a parlé des apparitions dont Madeleine Aumont, qui habitait près de Lisieux en France, a été témoin.

Inspiré par l’histoire de cette dévotion, Guy Roberge a demandé l’aide de Michel Couture, aussi de Ponteix, afin de construire la croix. Elle sera la première croix de Dozulé en Saskatchewan.

Selon Guy Roberge, la croix est pour tous ceux ont besoin de réconfort, peu importe s’ils sont chrétiens ou non. Illuminée la nuit, elle émet une lueur douce et paisible. Le jour, son emplacement sur une colline haute offre une vue majestueuse propice à la réflexion ou la prière.

Bénie par l’abbé Fernand Ducharme, la croix bleue et blanche mesure 7,38m en hauteur par 1,23m de largeur, des dimensions à l’échelle de ce que Jésus aurait demandé à Madeleine Aumont. 

Si la spiritualité autochtone vous intéresse ou si vous désirez en savoir plus au sujet de l'histoire autochtone en général, le musée au Centre culturel Royer est doté de la plus grande collection privée d’artéfacts des Premières Nations de tout l’Ouest canadien. Les plus anciennes têtes de flèche remontent à 11 000 ans.

Situé au bout de la rue principale, le musée contient également une réplique de la tête du plésiosaure que l’on y a découvert en 1992. Gigantesque dinosaure marin avec de grandes nageoires et un long cou, le plésiosaure vivait il y a 75 millions d’années.

Pour de plus amples informations au sujet du pèlerinage, composez le (306) 625-3207. Vous pouvez rejoindre le Centre culturel Royer au (306) 625-3340 afin de connaître le chemin pour vous rendre à Notre-Dame-des-Champs, qui est tout près du village, ou pour organiser une visite guidée de l’église.


Imprimer

Nombre de vues (867)/Commentaires (0)

Liens à visiter

Comments are only visible to subscribers.

Votre nom
Votre adresse email
Objet
Entrez votre message ...
x